Voir la fiche complète du film : Le Sang des Templiers (Jonathan English - 2011)

Le Sang des templiers

Quand un film fait se rencontrer Alamo et Les sept mercenaires chez les Templiers, cela donne une production dotée d’une mise en scène sans fioriture pour le moins immersive. On oublie de petites errances au niveau de la narration pour saluer cette initiative courageuse
Publié le 27 Novembre 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Le Sang des Templiers
7

Les templiers ont marqué l’histoire d’une empreinte au fer rouge. De tout temps, l’aura qui entoure l’ordre aura inspiré et nourrit l’imaginaire à travers des mythes et des mystères non résolus à ce jour. Entre fantasmes et réalité, il est parfois difficile de faire la distinction. En témoigne la polémique sur leur fameux trésor, ainsi que le Graal. Pour le présent film, il n’est nulle question de s’attarder sur les énigmes ésotériques qu’on laissait les moines soldats dans leur sillage. L’on se penche plutôt sur un traitement sobre et sans fantaisie mal placée pour nous offrir une production historique dotée d’une base solide. Jonathan English parvient-il à exploiter correctement son sujet ?

Le sang des templiers ne développe pas vraiment un fait avéré, mais compose son scénario sur une poignée de personnages réels tout en brodant autour de pans oubliés de leur histoire. Il apparaît donc une certaine liberté, même si le siège du château de Rochester a bien eu lieu au XIIIe siècle dans des circonstances somme toute similaires. Force est de reconnaître que l’intrigue évoque de nombreuses productions issues des années 1960, tels que Les sept mercenaires ou Alamo pour ne citer que les plus flagrantes. Le mélange peut paraître original, mais la progression l’est beaucoup moins, notamment lors de l’arrivée des premières neiges où la trame tourne en rond.

De la réunion du groupe à la lutte au sein du château, l’exposition des protagonistes est au centre du récit. Nullement rébarbatif, le réalisateur s’emploie à instaurer une atmosphère sombre et dénuée de toute complaisance. Comprenez que l’on décrit la vie quotidienne de l’époque sans rien édulcorer. La dureté du monde paysan ou la cruauté de la « noblesse » sont au cœur du film. À ce titre, la brutalité des batailles et autres affrontements ne lésine pas sur les démembrements, l’hémoglobine, le tout saupoudré d’un zeste de torture et de violence gratuite. Le réalisme est de rigueur quand il faut tuer, blesser ou torturer.

Le soin apporté à la reconstitution laisse admiratif de ce qu’a effectué l’équipe de production pour ressusciter le XIIIe siècle. Qu’il s’agisse des accessoires, des décors (intérieurs et extérieurs) ou des costumes, l’ensemble contribue à créer l’illusion d’un véritable voyage à travers le temps. Construction d’une réplique du château de Rochester, élaboration des armes de l’époque (tour de siège, catapultes…), aucun détail n’est oublié. Un exploit d’autant plus étonnant que le budget a été réuni de manière indépendante. Néanmoins, l’on regrettera que le titre soit quelque peu usurpé. Hormis l’entame et le personnage central, l’histoire des templiers et l’ordre lui-même resteront au second plan, voire sans importance.

La première heure passée, il est vrai que l’ensemble peut paraître redondant : assaut, contre-attaque et ainsi de suite jusqu’à la percée pour provoquer un rebondissement dans l’intrigue. En cela, l’attention s’amoindrit sensiblement dans une baisse de rythme provisoire où la tension dramatique cède la place à un statu quo. L’aspect survie aurait gagné à être accentué afin d’offrir un second souffle à des batailles certes plaisantes et sans équivoque, mais peu évocateur des conditions de vie dans un château fort lors d’un siège d’une telle ampleur. Malgré cette errance, l’ennui n’est pas de rigueur, et ce, grâce à un panel d’interprètes charismatiques et compétents.

Exception faite de James Purefoy, le casting n’est pas forcément connu du grand public (si l’on se résume aux grosses sorties et autres blockbusters), mais se révèle plus que remarquable pour finaliser le contexte. Les personnages évoluent selon leurs possibilités en parallèles de leurs alliés et ennemis sans jamais se départir de leurs objectifs. En ce sens, davantage d’ambiguïtés auraient apporté une petite touche émotionnelle. L’on voit par la même l’aspect très secondaire, pour ne pas dire anecdotiques, des femmes. Clairement reléguées au rang d’esclaves ou de ménagères, elles n’ont qu’une place amoindrie au sein des événements.

Au final, Le sang des templiers est un film sombre et brutal. Grâce à un contexte travaillé et soigné, des interprètes dans le ton et une atmosphère marquante, Jonathan English parvient à faire oublier certaines maladresses au niveau de son scénario (temps mort à déplorer en milieu de parcours), ainsi qu’un traitement rigide quant aux rôles de chacun. Il en ressort une production qui ne faiblit pas devant l’effort et nous propose un moment âpre dénué d’héroïsme inopportun. On regrettera simplement que la page allouée aux templiers ne soit finalement qu’une vitrine plutôt que le véritable fond de l’histoire. Les amateurs du Moyen-Age l’apprécieront néanmoins pour son souci du réalisme.

 

 



 

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Black Swan
Nina est une jeune danseuse étoile ambitieuse dont l’unique but est d’atteindre le sommet de son art. Lorsqu'elle obtient le rôle-titre du Lac des cygnes, elle est ravie. Pourtant, le travail harassant et une « concurrente » semblent se liguer contre elle. Elle commence à entrevoir des visions pour le moins inquiétantes. Son personnage le hanterait-il au point de la tourmenter dans la réalité ?...
Meurtres
Le premier contact avec Meurtres est des plus agréable. En effet, la superbe jaquette peinte n'est pas sans rappeler les grands classiques d'antan et n'hésite pas à proclamer fièrement "L'un des meilleurs slashers de ces dernières années". Honnêtement, après les tonnes de slashers tous plus banals les uns que les autres qui ont fleuri durant la vague de Néo-slashers...
L'Effet Papillon 3
Après un Effet Papillon 2 de sinistre mémoire, on n'était pas vraiment impatient à l'idée de voir débarquer un nouvel épisode de cette saga spatio-temporelle. Pourtant, l'idée de base (pouvoir modifier le présent en interagissant sur le passé) est propice à tous les délires et peut faire partir le scénario dans des directions imprévisibles pour autant que le concept soit bien exploité...
The  Coffin
Pour le critique de cinéma, il existe en gros trois catégories de films : ceux qu'il a beaucoup apprécié et sur lesquels il y a beaucoup à dire, ceux qu'il a détesté et sur lesquels il y a également beaucoup de choses à raconter et puis il y a la dernière catégorie: ceux qui laissent indifférent. C'est celle-là qui donne le plus de fil à retordre au critique consciencieux et désireux...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...