Voir la fiche complète du film : Les Maîtresses de Dracula (Terence Fisher - 1960)

Les Maîtresses de Dracula

Malgré la mort de Dracula, le vampirisme est toujours de mise dans certaines régions isolées de la Transylvanie. Libéré de sa prison dorée, le baron Meinster est bien décidé à reprendre le flambeau du prince des ténèbres. Finalement plus élaboré que la plupart des Dracula, ce long-métrage fait clairement partie des réussites des studios Hammer.
Publié le 4 Décembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Les Maîtresses de Dracula
8
Vampire

Malgré la mort de Dracula, le vampirisme est toujours de mise dans certaines régions isolées de la Transylvanie. Libéré de sa prison dorée, le baron Meinster est bien décidé à reprendre le flambeau du prince des ténèbres.

Suite au succès du Cauchemar de Dracula, la Hammer décide de lancer une franchise vampirique en parallèle aux Frankenstein, dès le début des années 60. Cependant, Christopher Lee, alors très demandé, refuse de reprendre son rôle phare. Dracula perdant la vie à la fin du premier film, les studios Hammer imaginent donc une suite sans son légendaire suceur de sang, en axant le film sur l'autre vedette de la firme, Peter Cushing, dans le rôle du célèbre Van Helsing.

Les Maîtresses de Dracula

Pour des raisons commerciales, le titre laisse toutefois planer le doute sur le sort de Dracula, tout en rattachant, même de manière fortuite, ce film aux adaptations de Bram Stoker. D'emblée, le cinéaste Terence Fisher nous plonge dans une atmosphère gothique et inquiétante, tout en respectant les codes du genre. Repérée dans le Cirque des Horreurs, la française Yvonne Monlaur campe avantageusement la victime de prédilection du vampire. Aussi charmante que réservée, assez naïve, elle illustre bien l'héroïne chère aux fans de la Hammer. D'ailleurs, elle parvient à nous tenir en haleine jusqu'à l'arrivée tant attendue de Cushing, qui intervient seulement à partir du second tiers du métrage.

La découverte du château, la rencontre avec le vampire et sa protectrice névrosée et une tension montant crescendo prouvent tout le savoir-faire d'un Fisher au sommet de son art. Le scénario, également réussi, transforme le baron Meinster au fil des minutes. Pouvant passer pour une victime quelques instants, il dévoilera rapidement sa véritable nature. Pour remplacer le talentueux et magnétique Christopher Lee, la Hammer porte son choix sur un illustre inconnu, David Peel. Avec son physique de jeune premier, il alterne avec un certain bonheur rage, haine et fragilité, conservant cet air supérieur propre aux vampires de l'époque, souvent issus d'une noble lignée. Plutôt que d'imiter Lee, Peel compose une autre partition, illuminant davantage son adversaire et sa victime.

Les Maîtresses de Dracula

Dans le rôle de Van Helsing, Cushing est l'atout majeur du film. Distingué et sobre, l'acteur confirme ici qu'il est l'âme de la Hammer, là où un Lee n'en est qu'une pierre angulaire. Certes, l'affrontement entre les deux est toujours réjouissant, mais le jeu de Cushing sublime l'ensemble de manière inattendue. On appréciera également l'interprétation des seconds rôles : de la mère de Meinster au prêtre, en passant par la servante psychopathe, souvent la marque des grands films. Bénéficiant d'un bon rythme, les Maîtresses de Dracula manque cependant d'un attrait érotique inférieur à la norme des studios Hammer, Yvonne Monlaur et les femelles vampires n'ayant pas le charme ni l'aura d'une Ingrid Pitt, par exemple. Toutefois, cette négligence scénaristique légère évite également tout écart et concentre le spectateur jusqu'à un duel final épique et captivant, où Van Helsing renaît par le feu, l'idée de l'élimination du vampire étant fort originale.

Finalement plus élaboré que la plupart des Dracula, ce long-métrage fait clairement partie des réussites des studios Hammer. Distribué récemment en Blu-Ray par l'éditeur français Elephant Films dans son cycle Hammer, qui propose en outre de savoureux bonus (dont une interview d'Yvonne Monlaur), les Maîtresses de Dracula mérite incontestablement qu'on le (re)découvre, preuve ultime que le vampirisme peut (sur)vivre sans le sempiternel Dracula.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Massacre au Camp d'Eté 2
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Cinq ans après une sanglante vague de crimes commise non loin de là, un camp de vacances est victime de mystérieuses disparitions en chaîne. Moins connue que son homologue Jason Voorhees, Angela est pourtant au centre de la saga des Sleepaway Camp , initiée en 1983 et toujours d'actualité (un sixième volet est prévu pour 2011). Oeuvrant à la...
Killing Sharks
Comme un grand nombre de prédateurs, le requin fait partie des animaux que l'être humain craint le plus, au même titre que le crocodile, la pieuvre géante ou encore l'ours. Il est donc assez logique que des producteurs peu scrupuleux tentent de jouer sur la peur de ces animaux en faisant des films d'horreur. Et ils ne sont pas nombreux à tirer leur épingle du jeu. On pourra noter le...
Bait 3D
Il est difficile de se renouveler quand on parle de requins au cinéma sans en faire un film d'horreur moisi. Les productions Asylum sont là pour en attester avec leurs pléthores de films aux squales pixélisés ou ayant subi des mutations dégueulasses. Néanmoins, tous ces films de requins que l'on trouve médiocres ne le seraient peut-être pas si Les Dents de la Mer n'avait pas existé...
Fairy in a cage
On connaît le cinéma japonais pour son originalité, sa folie et, parfois, sa violence graphique exacerbée au possible. Loin des fondamentaux occidentaux, on y découvre la plupart du temps une singulière mise en scène, une culture traditionaliste prégnante à travers une histoire farfelue et incongrue au possible. Dans certains cas, les films sont plus posés, mais il ressort toujours une volonté...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et enfin, de l'...

Sur Horreur.net