Voir la fiche complète du film : Les Maîtresses de Dracula (Terence Fisher - 1960)

Les Maîtresses de Dracula

Malgré la mort de Dracula, le vampirisme est toujours de mise dans certaines régions isolées de la Transylvanie. Libéré de sa prison dorée, le baron Meinster est bien décidé à reprendre le flambeau du prince des ténèbres. Finalement plus élaboré que la plupart des Dracula, ce long-métrage fait clairement partie des réussites des studios Hammer.
Publié le 4 Décembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Les Maîtresses de Dracula
8
Vampire

Malgré la mort de Dracula, le vampirisme est toujours de mise dans certaines régions isolées de la Transylvanie. Libéré de sa prison dorée, le baron Meinster est bien décidé à reprendre le flambeau du prince des ténèbres.

Suite au succès du Cauchemar de Dracula, la Hammer décide de lancer une franchise vampirique en parallèle aux Frankenstein, dès le début des années 60. Cependant, Christopher Lee, alors très demandé, refuse de reprendre son rôle phare. Dracula perdant la vie à la fin du premier film, les studios Hammer imaginent donc une suite sans son légendaire suceur de sang, en axant le film sur l'autre vedette de la firme, Peter Cushing, dans le rôle du célèbre Van Helsing.

Les Maîtresses de Dracula

Pour des raisons commerciales, le titre laisse toutefois planer le doute sur le sort de Dracula, tout en rattachant, même de manière fortuite, ce film aux adaptations de Bram Stoker. D'emblée, le cinéaste Terence Fisher nous plonge dans une atmosphère gothique et inquiétante, tout en respectant les codes du genre. Repérée dans le Cirque des Horreurs, la française Yvonne Monlaur campe avantageusement la victime de prédilection du vampire. Aussi charmante que réservée, assez naïve, elle illustre bien l'héroïne chère aux fans de la Hammer. D'ailleurs, elle parvient à nous tenir en haleine jusqu'à l'arrivée tant attendue de Cushing, qui intervient seulement à partir du second tiers du métrage.

La découverte du château, la rencontre avec le vampire et sa protectrice névrosée et une tension montant crescendo prouvent tout le savoir-faire d'un Fisher au sommet de son art. Le scénario, également réussi, transforme le baron Meinster au fil des minutes. Pouvant passer pour une victime quelques instants, il dévoilera rapidement sa véritable nature. Pour remplacer le talentueux et magnétique Christopher Lee, la Hammer porte son choix sur un illustre inconnu, David Peel. Avec son physique de jeune premier, il alterne avec un certain bonheur rage, haine et fragilité, conservant cet air supérieur propre aux vampires de l'époque, souvent issus d'une noble lignée. Plutôt que d'imiter Lee, Peel compose une autre partition, illuminant davantage son adversaire et sa victime.

Les Maîtresses de Dracula

Dans le rôle de Van Helsing, Cushing est l'atout majeur du film. Distingué et sobre, l'acteur confirme ici qu'il est l'âme de la Hammer, là où un Lee n'en est qu'une pierre angulaire. Certes, l'affrontement entre les deux est toujours réjouissant, mais le jeu de Cushing sublime l'ensemble de manière inattendue. On appréciera également l'interprétation des seconds rôles : de la mère de Meinster au prêtre, en passant par la servante psychopathe, souvent la marque des grands films. Bénéficiant d'un bon rythme, les Maîtresses de Dracula manque cependant d'un attrait érotique inférieur à la norme des studios Hammer, Yvonne Monlaur et les femelles vampires n'ayant pas le charme ni l'aura d'une Ingrid Pitt, par exemple. Toutefois, cette négligence scénaristique légère évite également tout écart et concentre le spectateur jusqu'à un duel final épique et captivant, où Van Helsing renaît par le feu, l'idée de l'élimination du vampire étant fort originale.

Finalement plus élaboré que la plupart des Dracula, ce long-métrage fait clairement partie des réussites des studios Hammer. Distribué récemment en Blu-Ray par l'éditeur français Elephant Films dans son cycle Hammer, qui propose en outre de savoureux bonus (dont une interview d'Yvonne Monlaur), les Maîtresses de Dracula mérite incontestablement qu'on le (re)découvre, preuve ultime que le vampirisme peut (sur)vivre sans le sempiternel Dracula.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï
Devenu une star du film d'action, Jack Gomez est pourtant inquiet. Aux prises avec un couple de maîtres chanteurs, il croise la route de Clara, une charmante scientifique devenue la cible de son employeur, Mitsuhirato. Spécialiste du Z à budget inexistant depuis le début de sa carrière, R.J. Thomson s'est toutefois construit une petite réputation dans le milieu du Bis, soutenu notamment par le...
The Devil Inside
Isabella est hantée par le massacre que sa mère a commis voilà vingt ans. Elle décide d'effectuer un reportage sur les exorcismes pour démêler les fantasmes de la réalité et surtout savoir si sa mère est folle à lier ou possédée par une entité démoniaque. Après s'être essayé aux joies des conséquences d'un jeu vidéo basé sur la vie de la comtesse Bathory (!), William Brent Bell signe...
Cloud atlas
Il est parfois des œuvres indéfinissables qui, après les avoir parcourues, marquent un grand point d’interrogation dans notre esprit. Sans être particulièrement mauvaises, elles ont tous les apparats d’OVNI dans le monde culturel, tellement leur histoire laisse perplexe. Parmi celles-ci, le roman de David Mitchell trouve une place de choix avec sa profusion d’intrigues et de personnages qui s’...
Possédée
Lorsque l'on songe aux films de possédés et autres exorcismes, un seul titre nous vient à l'esprit. Le mythe fondateur de William Friedkin qui a inspiré tous ceux qui le suivront. Il est le précurseur comme le fut Les dents de la mer pour le survival animalier. Aussi, marcher sur les plates bandes d'un chef d'½uvre comme L'Exorcist e ne se fait pas sans heurt (surtout si l'on cite ledit film...
Defiance
Initié par Rockne S. O’Bannon, créateur de Farscape et SeaQuest , Defiance est une nouvelle série de science-fiction produite par SyFy. Malgré des déconvenues telles que Terra Nova , The event ou Caprica , le genre dispose d'un potentiel énorme pour ce format. À l'instar des fresques titanesques de la fantasy, on peut tisser un réseau de mondes imaginaires à travers l'univers pour former un...

Sur Horreur.net