Voir la fiche complète du film : Beach shark - Sand Sharks : Les Dents de la Plage (Mark Atkins - 2011)

Sand Sharks

Un survival animalier qui privilégie le plagiat de ses concurrents à la distraction, si minime soit-elle, que le spectateur était en droit d’attendre. Entre un humour de pacotilles et une négligence artistique permanente, on reste dans les tréfonds nauséabonds de la « sharksploitation ».
Publié le 28 Juillet 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Beach shark - Sand Sharks : Les Dents de la Plage
2
Requin

Depuis le début de la décennie 2010, on dénote une certaine propension à fournir des bestioles aussi moches qu’aberrantes dans le domaine du film de requins-tueurs. Plus rares, pour ne pas dire inespérées, sont les occurrences à faire montre d’un côté respectueux du genre, à défaut d’en exploiter les qualités. Dans cette logique, on peut même regretter les sombres petits téléfilms qui avaient au moins le mérite de se cantonner à de véritables espèces de squales. Mark Atkins, grand habitué des productions de seconde zone, sort l’animal de son environnement naturel (l’eau, pour ceux et celles qui en douteraient encore) pour le faire barboter dans une production exécrable et, au passage, dans le sable.

Difficile de porter la casquette de flic

Certes, on n’en est plus à une ou deux imbécillités prêtes. Le procédé est similaire à d’autres abominations sur pellicule. On songe notamment au requin des bayous avec Killer Shark ou le requin des neiges avec Snow Shark et Avalanche Shark. Ici, on reste quand même sur le domaine côtier. On le serait à moins sur une île! Toujours est-il qu’il ne faut pas chercher ou escompter un semblant d’explications plausibles pour justifier la chose. On a beau évoquer une espèce préhistorique en mal d’attention, l’inintérêt et le propos général ne se trouvent nullement de ce côté. En matière de nullité, le film de Mark Atkins fait fort et pas seulement au niveau de son concept de base farfelu.

Si tant est qu’on puisse le définir ainsi, le scénario se situe au croisement des Dents de la mer et de Piranha 3D. Ce plagiat éhonté pille l’idée de la petite bourgade à l’économie brinquebalante, le chasseur de requins bourrus, la première vraie-fausse prise d’un requin et autre joyeuseté propre au chef d’œuvre de Spielberg. Au film d’Alexandre Aja, on vole le côté déluré, la fête estivale qui dérape en un apéritif du dimanche pour nos amis les squales. On connaît certaines initiatives du survival animalier pour leur prévisibilité ou leur histoire en carton qui prend l’eau. Ici, on nous inflige une copie carbone des références précitées sans le moindre scrupule.

Les instants bronzettes ne sont plus ce qu'ils étaient...

Il ne faut même pas espérer une menace latente puisque les requins se cantonnent à nager dans le sable. À aucun moment, on n’assiste à une confrontation en mer. À la limite dans les premières vagues qui viennent lécher le rivage. Qu’importe! Les acteurs demeurent d’une stupidité extrême quand il s’agit de fuir le danger. On se pousse. On hurle à tout-va. On se repousse. On se balade. On court. Tout cela sans avoir la présence d’esprit de se réfugier hors du sable, même dans l’eau puisque les bestioles y semblent allergiques. En ce qui concerne la fête locale, sorte de spring-break miséreux, elle est le parfait étalage d’un budget fauché par la mauvaise foi et la cupidité (des protagonistes, comme des producteurs).

Les requins, eux, font preuve d’une discrétion à toute épreuve. Et on les comprend quand on constate à quel point le travail de synthétisation a été bâclé. Au regard d’effets spéciaux catastrophiques, il aurait mieux valu se contenter des ailerons surnageant les dunes et le sable. De même, il est difficile de juger des différences de gabarit entre les spécimens adultes et «bébés». Les gobages de cervelles creuses sont aussi vites expédiés qu’avare en hémoglobine. Reste néanmoins un nombre de victimes légèrement au-dessus de la moyenne pour tenter de satisfaire l’amateur. Quant à l’ultime surprise, elle se révèle à la fois impromptue et ridicule.

Il faut toujours se méfier du requin des roches...

Au final, Sand Sharks ou le très malnommé Les dents de la plage est un survival animalier d’une rare indigence. Non contents de miner un genre par les fonds abyssaux de nos mers et océans, les producteurs creusent dorénavant sur les plages pour essayer de trouver de nouvelles idioties à développer. Il en ressort un métrage faussement drôle où le pauvre Corin Nemec s’évertue dans un cabotinage affligeant pour amuser, en vain. Au-delà des «emprunts» effectués çà et là, le film de Mark Atkins se fourvoie dans une succession de scènes aussi abrutissantes qu’improbables. Une énième itération du mythe du requin-tueur détourné en une vaste fumisterie.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses trois aînés. Le...
The muthers
Les années1970 auront été favorables à l’émergence et au développement de divers courants cinématographiques. Parmi ceux-ci, les films grindhouse ont fourni pléthores de bobines vite tournées pour engranger un retour sur investissement des plus rapides. Si certaines d’entre elles sont tombées dans l’oubli, d’autres ont gagné leurs galons d’œuvres cultes. Au même titre que les intentions des...
District 9
Inconnu il y a encore peu de temps, Neill Blomkamp risque bien d’être considéré dès à présent comme le nouveau cinéaste de génie à suivre de près. Il faut dire que son premier long, District 9 , adapté de son propre court-métrage Alive in Joburg a fait un carton planétaire et a réussi l’exploit d’emballer aussi bien les critiques que le public. Près de 200.000.000$ ont ainsi été récolté à travers...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
Alyce
Après une soirée de beuverie, la meilleure amie d'Alyce tombe de son immeuble et se retrouve dans un piteux état. Dès lors, Alyce ressent le besoin d'oublier en se droguant. Une spirale qui l'entraîne dans les bas-fonds de la ville. Trois années après Zombie strippers, film de morts-vivants bancal et maladroit, Jay Lee récidive dans l'horreur avec Alyce. Sur le papier, son dernier...