Voir la fiche complète du film : Secret Santa (Mike McMurran - 2015)

Secret Santa

Un slasher doublé d’une fausse comédie qui tente de calquer l’esprit Grindhouse sans jamais en maîtriser les fondamentaux. Il en ressort une bévue cinématographique longue et creuse qui laisse le spectateur sur sa faim. Un métrage ridicule et aussi famélique que ses moyens.
Publié le 15 Décembre 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Secret Santa
2
Noël

Depuis l’inégale saga Douce nuit, sanglante nuit, le slasher et la période de Noël entretiennent des liens particuliers. Le genre a donné lieu à quelques sympathiques itérations, notamment Black Christmas et son remake ou Very Bad Santa. Par ailleurs, ce dernier montre qu’il est possible d’avoir un traitement décalé et décomplexé pour atténuer la violence graphique au profit du divertissement de circonstances. Mais en marge de ces productions, on a droit à pléthores d’étrons qui, malgré leur faible durée, ne constituent qu’une effroyable perte de temps où l’intrigue s’affuble d’une vacuité sans fond. On songe à Christmas Evil et All Through the House.

Ok, pour les grimaces, elle est imbattable.

L’approche est donc à double tranchant pour toute production suffisamment téméraire pour s’aventurer dans un tel projet. Là où d’autres métrages tentent tant bien que mal de dissimuler leur budget famélique, Secret Santa l’assume parfaitement. Et pour cela, le film de Mike McMurran se pare d’un style Grindhouse qui permet de rendre la bobine potable, du moins dans les intentions. Dans un contexte semblable, le procédé a été employé de manière convaincante pour A Cadaver Christmas. Pourtant, il ne suffit pas de passer des filtres sur l’image et de laisser croire à une mauvaise qualité de pellicules pour s’approprier l’esprit de ces productions.

Avec ses dialogues sans le moindre fond, Secret Santa demeure dans les affres du Z, sans jamais parvenir à susciter l’intérêt, ne serait-ce qu’à travers un plaisir coupable. Au-delà d’une réalisation fauchée, le scénario fait l’apologie du vide. Même si le spectacle est généreux dans les massacres perpétrés, on reproche souvent aux slashers de ne pas soigner leur entrée en matière ou leurs personnages. Or, le présent métrage se contente d’aligner les séquences pour ne rien dire. On suit le quotidien stérile des protagonistes avant leur réunion sans jamais susciter de tension ou avec pour ambition de développer une mise en condition progressive.

Un concombre ou un coeur à prendre ?

L’ennui est de rigueur et le verbiage se révèle pénible au possible. Même l’idée de base d’offrir des cadeaux de manière anonyme et de trouver l’objet de sa propre mort n’est jamais exploitée à sa juste valeur. Pour cause, il faut attendre l’ultime partie récit pour que le rythme s’emballe. Mais l’amateurisme ambiant se répercute aussi dans les assassinats. On use de procédés éculés, vues subjectives et angles choisis avec une certaine maladresse, pour suggérer la présence du tueur. Soit dit en passant, celui-ci possède le charisme d’une huître avariée sur une table de Noël. Outre sa carrure famélique, son «costume» se résume à des vêtements noirs et une cagoule rapiécée! Pour les crimes en question, on nous inflige une débauche surréaliste de cris et de sang qui agace au lieu d’interpeller.

Même les armes utilisées trahissent un manque d’inspiration omnipotent. Perceuse, poignard, trancheuse électrique... On se contente de les enfoncer dans la chair des trublions avec une rare indifférence. Afin de compléter le tableau, l’ensemble tente d’amuser la galerie avec un humour qui ne prend jamais. La nymphomane de service qui devient l’archétype de la survivante, les motivations du tueur, l’incongruité des situations ou encore les réactions des personnages. Absolument tout est sujet au ridicule, sans pour autant offrir une certaine légèreté à l’ambiance générale. Pour cela, il aurait également fallu mieux gérer le rythme et ne pas envelopper l’intrigue dans une lénifiante attente.

Le tueur au sèche-cheveux ! Fallait oser...

Au final, Secret Santa est un slasher complètement raté. L’aspect Grindhouse surfait se cantonne aux filtres permanents d’une bobine de basse qualité. Quant à la tonalité pseudo-comique, elle entérine l’initiative dans des considérations complètement stupides et absurdes. On ne peut même pas se tourner vers le massacre des invités de Noël puisque la majeure partie du film se résume à des conversations soporifiques sans fondement pour la suite des festivités. En ce qui concerne l’atmosphère propre à Noël, les cadeaux mystérieux sont inutiles et les décorations se contentent du minimum syndical. Difficile de faire quelque chose de potable avec un budget de 6 000$ canadiens. On aurait pu néanmoins escompter une distraction réalisée par des passionnés à défaut de contempler un amateurisme fauché d’une rare indigence.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Indiana Jones et la Dernière Croisade
Un scout en villégiature dans l'Utah tombe par hasard sur une bande de pilleurs de tombes. Ces derniers viennent de dénicher la Croix de Coronado, que le jeune homme leur subtilise habilement. Commence alors une éprouvante course poursuite qui s'achève dans un train transportant les animaux d'un zoo (avec lions, serpents et autres animaux tout aussi exotiques et dangereux). D'entrée de film, le...
Soleil Rouge
Quelques années après son premier court métrage, Maniak , le jeune réalisateur Mickael Perret nous revient avec Soleil Rouge , un second métrage plus ambitieux, dont l'ambiance moite et pesante serait au service d'une terrible histoire de vengeance. Malheureusement, ces belles intentions furent fortement bridées par des aléas de production imprévus. Ainsi, le film était initialement prévu...
Sharknado 2
Quand on touche au survival animalier, on découvre davantage d’étrons indigestes plutôt que de véritables pépites. Des producteurs peu scrupuleux tels que SyFy ou Asylum ont tôt fait de dénaturer le genre popularisé par les Dents de la mer pour en faire des «trucs» où l’absurde côtoie des abysses de stupidités insondables. Avec Sharknado , l’on se dit qu’on atteint le summum de la débilité...
Le Cauchemar de la Forêt
Vous êtes de ceux qui pensent que le survival est un genre qui a dit tout ce qu'il avait à dire? Que quand on a vu un survival, on les a tous vu? Et bien dans ce cas, je vous déconseille fortement la vision de ce Cauchemar de la Forêt , énième chasse à l'homme forestière à base de jeunes crétins partis faire du camping dans un endroit inapproprié. Pour les autres, suivez-moi, c'est...