Voir la fiche complète du film : Sharkansas Women's Prison Massacre (Jim Wynorski - 2015)

Sharkansas Women's Prison Massacre

Avec Sharkansas Women’s Prison Massacre, Jim Wynorski persiste dans la bêtise crasse devenue presque inhérente au survival animalier. En marge d’incohérences en pagaille, son film se distingue par un rythme non maîtrisé, rendant l’exploration des marécages de l’Arkansas aussi pénible qu’ennuyante. L’équipe de tournage ne se sent guère investie et multiplie les frasques pour masquer avec maladresse la présence trop effacée des requins dans l’eau, comme sous la terre… Une incursion crétine et méprisable.
Publié le 30 Août 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Sharkansas Women's Prison Massacre
2
Requin

Lorsqu’on se penche sur l’histoire de la sharksploitation, on découvre différentes tendances qui succèdent généralement à un précédent « succès ». Les années 1980 et 1990 ont, par exemple, été minées par de pâles copies des Dents de la mer. À la fin des années 2000, l’émergence de bestioles hybrides mal fagotées a signé la perte du genre à travers des productions toutes plus immondes et stupides les unes que les autres. Quant au milieu des années 2010, la mer et l’océan semblent être passés de mode. Désormais, la plus célèbre des menaces aquatiques guette le ciel avec Sharknado, s’insinue en ville avec Roboshark ou hante la cuvette de vos WC avec Ghost Shark.

 

En voilà un problème épineux pour les marécages...

Tout aussi farfelus, les requins d’eau douce ont également de beaux jours devant eux, notamment avec Killer Shark ou, dans le cas présent, Sharkansas Women’s Prison Massacre. Entre un jeu de mots discutable et des velléités mercantiles évidentes, on craint le pire. Et pourtant, on aurait pu lui offrir le bénéfice du doute dans les deux premières minutes. L’irruption du premier squale préhistorique (s’ensuivront d’autres spécimens) profite d’une modélisation et d’une intégration « correctes » lorsqu’il s’insinue dans les marécages. Mais que l’on ne s’y trompe guère, le film de Jim Wynorski est un pur produit d’exploitation à la fois miséreux et improbable.

Le cadre, qui n’est pas forcément pour déplaire, est le théâtre d’une sombre roublardise scénaristique où de jeunes et pulpeuses prisonnières sont amenées à réaliser des travaux d’intérêt généraux. On devine le prétexte qui est aussi crédible que cette brochette d’actrices aux multiples arguments physiques. De travaux « harassants » à une fuite éperdue dans cet entrelacs végétal, la narration est d’une pauvreté abyssale où croupit une mise en scène calamiteuse dans tout ce qu’elle entreprend. Et cela ne tient pas uniquement à une histoire percluse d’idioties et d’incohérences en tout genre. À commencer par cette bévue qui s’apparente à une piètre tentative d’évasion.

 

Vraisemblablement, on a dû se tromper de film.

D’ailleurs, le scénario s’enlise dans une routine lénifiante où la progression demeure statique. Le refuge au sein des marécages autorise les protagonistes à faire du surplace, littéralement. Autrement dit, il ne se passe pas grand-chose à l’écran. Entre deux confrontations risibles et ridicules, les squales d’eau douce s’improvisent vers de terre belliqueux en nageant dans un sol meuble. Ce qui peut faire penser à Sand Sharks. Le concept en plus saugrenu, si cela relève du possible. Et ce n’est pas l’alternance de points de vue avec un duo d’enquêteurs, dont l’incompétence frôle l’imbécillité pathologique, qui inverse la donne. Les séquences s’enchaînent de manière décousue et aléatoire.

Quant aux requins, la déception est également grande. Celle-ci ne découle pas forcément d’images de synthèse fauchées ou même aux comportements des squales, aussi inconstants que les humains. Les bestioles semi-aquatiques brillent par leur absence. Tout juste doit-on se contenter d’ailerons qui s’extirpent de la fange ou de brefs sauts pour gober un ou deux contrevenants. Au-delà d’une violence factice et guère percutante, il faut s’infliger un dénouement à l’emporte-pièce qui se moque littéralement d’offrir un minimum de cadre à son épilogue. Certains intervenants sont oubliés, tandis que d’autres sont à contre-courant de leur personnalité et des évènements. Aussi incompréhensible que pénible.

 

Conversation philosophique au fil de l'eau !

Au final, Sharkansas Women’s Prison Massacre s’avance en eau saumâtre pour présenter un scénario putride qui ne possède aucun intérêt, ne serait-ce que du seul point de vue de la distraction. Au-delà de requins mal modélisés et cruellement absents, le film de Jim Wynorski s’avère ennuyeux à bien des égards. Les temps morts sont légion et le statisme ambiant ne parvient guère à atténuer la débilité latente qui caractérise les protagonistes. L’aspect pseudo-comique n’est pas assumé, tandis que les situations se suivent de manière incohérente et négligente. Ce dernier trait se retrouve dans l’enchaînement de réactions au mieux incompréhensibles, au pire totalement dépourvu de sens. Un survival animalier creux, agaçant et fastidieux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Resident Evil Vendetta
Alors que la saga cinématographique s’est achevée d’une bien piètre manière (à l’image des trois derniers volets, cela dit), Capcom continue de poursuivre la production de films d’animation entre la sortie de deux jeux vidéo. Bien que l’on ne puisse faire l’impasse sur des défauts évidents, notamment en ce qui concerne le scénario, on peut saluer une prise de...
REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...
Reeker
En 2005, date de la sortie de Reeker , le réalisateur Dave Payne n'était connu comme réalisateur que grâce à des "oeuvres" telles que Alien Terminator ou La famille Addams: Les Retrouvailles (Ouch!). C'est dire si le voir aux commandes d'un slasher mâtiné de survival n'avait rien d'excitant. Et pourtant, Reeker créa la sensation dans les divers festivals où il fut présenté et c'est donc nanti d'...
Le Silence des Ombres
Cara, une brillante psychiatre qui possède une prédilection pour analyser les personnalités multiples, se voit confier par son père un cas des plus étonnants. David est assailli par les identités d'individus censés être assassinés il y a de cela de nombreuses années. Devant l’unique opportunité qui se présente à elle, Cara enquête sur David ainsi que son passé. Mans Marlind et son...
Créature
Il n'est pas difficile de mesurer l'impact incroyable qu'à eu Les Dents de la Mer de Spielberg sur le cinéma de genre. Il suffit de regarder toutes les suites de piètre qualité et les films s'en inspirant largement comme La Mort au Large , Peur Bleue et consorts. Mais ce n'est pas le seul film à avoir eu cette force. En effet, on peut aussi compter parmi les grands films qui...