Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Sharktopus (Declan O'Brien - 2010)

Sharktopus

Une histoire stupide mise en exergue par une bestiole moche et ridicule. Débile et mauvais à tous les niveaux. Un étron aquatique qui prend l'eau de tout bord.
Publié le 3 Décembre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Sharktopus
0
Requin

Entre deux épisodes de la saga Détour mortel, Declan O'Brien troque les régions boisées et reculées de la Virginie pour des eaux turquoise, des plages de sable fin, de jeunes donzelles en bikini et une bestiole comme vous n'en avez encore jamais vu. On le sait la sharksploitation est toujours une manne providentielle pour des producteurs peu scrupuleux. En tête de liste, les studios Asylum. Tout juste derrière, SyFy concurrence leurs confrères sur le terrain de la nullité abyssale. Force est de reconnaître qu'ils se surpassent dans la débilité et nous pondent un étron abominable digne de Mega Piranha.


Cool mec, la prise est bonne, on la refait pas.

Il ne faut pas plus de trois minutes pour amorcer la première tentative de gobage de blondes échevelées. Sauf que notre merveilleux squale se fait bouffer par... un requin-pieuvre ! Bravo. Il serait préférable de mettre fin à cette critique sur cette simple constatation. Bravo pour repousser les limites de l'absurde. Bravo pour oser l'impensable. Bravo pour donner naissance à l'innommable et lui donner un visage ; celui d'une immondice imbuvable, improbable et hallucinante. Comment peut-on trouver des financements avec un scénario aussi lamentable, aussi ringard ? Le mystère reste entier. Les relations, le baratin, quelle que soit la raison, l'arnaque est flagrante.

Passons outre l'inexistence d'une histoire anémique où un savant fou a créé un hybride de pieuvre et de requin. Bien sûr, le spécimen s'échappe et... à vrai dire on s'en fiche comme de l'an 40 (nettement plus intéressant cela dit). Que nous reste-t-il ? Une réalisation potable ? On aurait pu l'espérer, car, avec un Détour mortel 3 sympathique, Declan O'Brien nous avons montré un travail honnête à défaut d'être exceptionnel. Et pourtant, les premières images (et les suivantes) ballottent sans jamais parvenir à cadrer correctement la situation. Le mal de mer est permanent. On a l'impression de se trouver en présence d'un film amateur (ce qui n'est peut-être pas faux).


La vue est belle ?

À force de regarder ce genre de productions minables, on remarque que la qualité des effets spéciaux est de plus en plus pathétique. Les années avancent. Le talent ne stagne pas. Il ne régresse pas pour la simple et bonne raison qu'il n'est pas présent. Le métrage date de 2010. Vraiment ? Penchons-nous sur notre requin-pieuvre. Outre un design ébauché à la va-vite, sa réalisation en image de synthèse évoque les prémices des ordinateurs. Et encore, la démo de présentation de la première PlayStation où l'on voyait un T-Rex était nettement plus convaincante. On ne parlera même pas de purée de pixels, mais de pommes de terre non épluchées.

N'oublions pas non plus les incrustations absolument risibles. Les tentacules, la silhouette de la bestiole sous l'eau ou les moments où elle croque de la chair humaine avariée sont autant de points qui nous laissent à penser que la conscience professionnelle n'était pas de la partie. Les trucages sont comme superposés sur l'image filmée. Qui plus est, celles-ci s'accompagnent d'une bande-son quasi permanente où les morceaux héroïques sans intérêt se succèdent à un rythme on ne peut plus stressant. Là encore, un zéro pointé pour des musiques irritantes au possible.


Instant bronzette tordu.

Dans tout ce fatras de nullité, il n'y a plus beaucoup de place pour le divertissement. La trame se révèle linéaire et sans surprise et se ponctue d'interventions « tentaculaires ». Comprenez que les séquences où le requin-pieuvre (cordialement appelé spécimen-11 ou Sharktopus) casse la croûte se terminent par une petite giclée de sang, un magma de bulle ou un coup de gueule bien senti. La partie pieuvre crache de l'encre (pour encore cacher la laideur des trucages) et se meut sur la terre ferme. En somme, l'hybride ne sert absolument à rien si ce n'est conjuguer les inepties.

Un dernier mot sur les acteurs. On est surpris de voir Éric Roberts dans ce genre de films. Certes, son heure de gloire est passée depuis un certain temps, mais tomber en désuétude à ce point là et faire montre d'un cabotinage sans précédent (dans sa carrière), cela fait peine à contempler. Pour les "acteurs" secondaires, une grande poignée d'inconnus sans la moindre once de talent avec des traits d'expressions pathétiques et exagérés. Il faut dire que leurs personnages n'aident pas à se sortir de moments tous plus oubliables les uns que les autres.


Le pistolet à eau Vs une bestiole mal foutue.

Bref, Sharktopus est en passe de devenir une référence en matière d'inepties et de conneries. Un scénario absent, un requin-pieuvre abominable mis en abîme par des effets spéciaux d'un âge révolu (ou qui n'a sans doute jamais existé, allez savoir), des acteurs lamentables. Il était presque inévitable de voir autant de défauts dans ce type de produits opportunistes. Pourtant, le taux d'imbécillités qui passent à l'écran parvient à nous surprendre de la plus terrible des manières. Il ne s'agit pas d'une déception étant donné qu'on n'attendait rien de cette sombre plaisanterie qui ne fait même pas sourire. Affligeant de nullité.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Amityville : La maison de poupées
Après sept films d’une qualité inégale, la saga Amityville est parvenue à dénaturer l’idée initiale, reléguant les sordides faits divers du 112 Ocean Avenue à des histoires de fantômes bancales et prévisibles. Les réalisateurs de seconde zone se sont succédés en usant avec plus ou moins d’habiletés les mêmes ficelles. La particularité des dernières productions ne provient pas de...
Grizzly : le Monstre de la Forêt
L'été n'amène pas cette année que des campeurs dans un grand parc national américain. En effet, deux jeunes femmes sont attaquées mortellement par un gigantesque grizzly. Suite au décès d'une employée, le responsable de la sécurité, Michael Kelly (Christopher George), et son équipe décident de livrer un combat sans merci à cet animal géant doté d'un appétit féroce ! Même s'il a toujours été...
Seoul Station
À bien des égards, le cinéma asiatique se définit par son originalité. Son côté audacieux se solde parfois par des délires assumés ou de sombres fresques sociales. En cela, la Corée du Sud excelle dans la critique de ses propres travers, souvent par le biais de polar âpre et sans concessions. Moins connus et moins bien distribués que les productions japonaises, les films d’animation coréens...
Better Watch Out
Dans le domaine du cinéma de genre, la période de Noël est bien souvent détournée au profit d’un spectacle gore et distrayant, à défaut d’être de qualité. Cela vaut surtout pour le slasher, mais aussi pour quelques thrillers à tendance horrifique. S’adaptant à des moyens limités tout en distillant une atmosphère oppressante, le «Home Invasion» est ce qui se prête de...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...