Voir la fiche complète du film : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur (James Hill - 1965)

Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur

Une enquête de Sherlock aux charmes désuets, mais qui pèche surtout par un manque de finition au niveau de l’intrigue (surtout dans ses aboutissants) et certaines libertés prises tant dans la réalité que dans la fiction.
Publié le 21 Mai 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur
6
Tueur en série

S’il y a bien un personnage qui a été largement adapté au cinéma et à la télévision (pour ne citer que ces deux médias), c’est bien Sherlock Holmes. Juste devant Dracula, le détective mythique de Conan Doyle est tellement fascinant qu’il a tôt fait d’être entré dans la culture populaire, à tel point que certains considèrent qu’il a réellement existé. Ses enquêtes ont donné lieu à de très belles bobines, mais également à une déclinaison de pastiches et d’histoires « originales » pas forcément incontournables. Dans Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur, l’on sent une volonté évidente de flouer les frontières du réel et de la fiction en incorporant l’un dans l’autre pour en faire une confrontation intéressante. Alors, un film aux qualités élémentaires ?


Une baignade sanglante.

Presque 50 ans après sa sortie, la mise en scène s’est quelque peu érodée. Cette remarque prévaut surtout pour les séquences de meurtres. Trop rapidement expédiées (une à deux secondes en moyenne), on ne verra quasiment rien si ce n’est de jeunes femmes surprises et apeurées ou des plans fixes aux trucages désuets, par exemple le couteau dans la gorge ou le sirop visqueux en guise de sang. Même pour un thriller des années 1960, cela paraît un peu juste lorsqu'on traite du plus célèbre tueur en série de l’histoire. Toutefois, l’on découvre un Londres victorien crasseux nanti de décors assez fouillés qui évoquent les productions de la Hammer.

Qui est plus, lesdites séquences ne semblent pas vraiment corroborer les véritables événements. Un réalisme de façade qui prend des libertés çà et là avec les faits avérés de l’affaire Jack l’Éventreur et l’univers de Sherlock Holmes. On retrouve la lettre, le nom des victimes, le contexte paranoïaque entourant Whitechapel, mais la mise à mort des prostituées laisse perplexe, tout comme certaines théories avancées. À cela, l’improbable mixage avec les personnages de Conan Doyle offre un aperçu assez incongru, sans toutefois sombrer dans la parodie de bas étage. Le 221B Baker Street répond à l’appel, tout comme la famille Carfax, l’inspecteur Lestrade (qui ne côtoie pas Abberline) et quelques clins d’œil supplémentaires afférents aux enquêtes de Sherlock.


Le maître à l’œuvre...

Des protagonistes qui sont assez bien campés par leurs interprètes. On a droit à un panel d’individus hétéroclites, avec des physiques marqués et dissemblables, qui remplissent leur office sans faire de vague. John Neville incarne un Holmes honnête aux déductions toutefois moins poussées que dans d’autres versions, voire moins argumentées dans les observations. Néanmoins, l’on regrettera surtout que Watson soit relégué au rang de faire-valoir et de temps à autre, au statut de majordome (« Servez-nous un cherry, Watson ») au lieu d’un véritable appui et aide de terrain pour Holmes. Les seconds rôles sont, quant à eux, assez bien campés avec un bémol concernant les prostituées.

Mais que serait un Sherlock Holmes sans une bonne histoire à raconter ? L’énigme est de taille pour le détective. La progression s’avère travaillée pour ne pas perdre le spectateur (avec quelques libertés prises sur les repères temporels). Aussi, l’intrigue se décante en douceur avec quelques sursauts au niveau du rythme. De ce côté, l’on n’a pas de grands reproches à émettre, même si l’on ne peut s’empêcher de constater dans la dernière ligne droite une certaine facilité dans les révélations finales et une justification discutable pour conserver le secret sur l’identité de Jack l’Éventreur, ainsi que ses motivations.


Un célèbre détective se cache sur cette photo.

Au final, Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur propose un mélange intéressant de fiction et de réalité, mais qui n’est pas exempt de défauts. Certains sont entièrement dus au vieillissement du matériau de base (notamment les trucages) auquel on ne tiendra pas trop de rigueurs. En revanche, quelques ficelles du scénario ou les libertés prises avec l’un ou l’autre de l’univers tendent à susciter un sentiment mitigé. Au lieu d’en ressortir un objet de curiosité savoureux, l’on a droit à une enquête plaisante à suivre, mais loin d’égaler celles de Conan Doyle. Principalement en cause : le traitement de Watson et les déductions finalement pas si indispensables à la bonne résolution de l’énigme (il faut deux ou trois indices bien placés pour que Sherlock découvre l’identité de Jack l’Éventreur). Il demeure un thriller honnête, qui vaut surtout le coup d’œil pour le crossover qu’il propose.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Sphère
Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...
Black Christmas
À quelques exceptions prêtes, le slasher s’est étiolé au fil du temps dans les affres du bis et du Z pour ne fournir que des productions à l’emporte-pièce. Pourtant, les années1970 et 1980 ont posé les bases d’un sous-genre horrifique avec quelques références indétrônables en la matière. Le Black Christmas de Bob Clark fait partie de ces films ayant contribué à définir les codes...
Le Fascinant Capitaine Clegg
A la fin du XVIII ème siècle, des soldats sont envoyés au large des côtes anglaises, sur ordre du Roi, afin de mettre un terme à la contrebande d'alcool dans un village isolé d'apparence tranquille. Cependant, selon certains habitants, les marais sont hantés par l'équipage du Capitaine Clegg. Au début des années 60, alors au sommet de sa popularité, la firme Hammer, par l'...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...