Voir la fiche complète du film : Sin City : J'ai Tué pour Elle (Robert Rodriguez, Frank Miller - 2014)

Sin Ciy 2

A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. Malgré quelques défauts, cette suite mérite incontestablement le coup d'oeil, ne serait-ce que pour son impeccable casting et ses scènes d'action débridées.
Publié le 7 Avril 2015 par GORE MANIACVoir la fiche de Sin City : J'ai Tué pour Elle
7

A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny.

En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce second volet.


Robert Rodriguez, toujours associé à Miller derrière la caméra, retrouvait presque la totalité des protagonistes du premier film (seul Clive Owen cède en effet sa place à Josh Brolin dans le rôle de Dwight). Malgré le succès critique et commercial de Sin City, le tandem avait étrangement tardé à boucler le budget de cette suite. Entre temps, d'autres films phares ont encore repoussé les limites graphiques posées en 2005, de sorte que cette suite tardive s'avère plus risquée qu'autre chose.

Comme dans le premier long-métrage, on nous propose de suivre différentes histoires ayant toutes pour cadre principal la ville de tous les péchés : Sin City.

Ainsi, Nancy (Jessica Alba), dépressive depuis la mort d'Hartigan (Bruce Willis signe toutefois quelques apparitions, en tant qu'ange gardien de la stripteaseuse), rêve de supprimer le sénateur Roark (Powers Boothe). Dwight (Josh Brolin), tente d'éviter de succomber une nouvelle fois aux charmes diaboliques d'Ava (Eva Green). Fils caché du sénateur, Johnny (Joseph Gordon-Levitt), excellent joueur de poker, débarque en ville pour faire chuter son père. Comme toujours, le brutal Marv (Mickey Rourke) et les prostituées de la vieille ville jouent les arbitres dans ce chassé-croisé mortel.

L'ouverture du film, avec Marv embarqué dans une sanglante course-poursuite, n'a rien de très engageant. Excessive, cette scène sonne faux et fait craindre le pire aux amoureux de la première heure. Heureusement, la suite est plus attrayante (le temps sans doute pour se réhabituer au style visuel unique de la saga).


Au milieu de seconds rôles de haute volée (mention spéciale à Christopher Lloyd, ahurissant en médecin déglingué faiseur de miracles), on retrouve avec plaisir nos personnages clés.

Toutefois, force est de constater que le travail graphique est moins élaboré que dans le premier film, malgré un budget plus conséquent (environ vingt millions supplémentaires). Les scènes de combat avec Miho (la mystérieuse Devon Aoki a malheureusement abandonné le navire) sont presque risibles, faisant penser à un jeu vidéo rétro, la faute à un manque total de réalisme et à un jusqu'au-boutisme trop affirmé (d'où l'impression détestable d'être dans un dessin animé).

Enfin, le scénario n'a rien de transcendant. Hommage au film noir, Sin City disposait d'une intrigue à plusieurs niveaux tout à fait convaincante. Oeuvrant davantage dans le clinquant et l'esbroufe, au détriment de la psychologie de certains personnages, J'ai Tué pour Elle fait surtout la part belle aux sculpturales formes d'Eva Green, garce de tout premier choix.


Plus présent que dans le premier opus, Powers Boothe, en sénateur corrompu, déniche sans doute son rôle le plus captivant. Délaissée durant la première heure, Jessica Alba s'offre un baroud final de belle facture. En femme alcoolique hantée par le suicide d'Hartigan, l'ancienne héroïne de Dark Angel signe une remarquable composition, qui pourrait lui permettre un jour de postuler à des rôles plus dramatiques.

Attendu par de nombreux cinéphiles, Sin City 2 n'égale pas son prédécesseur (pari difficile à relever, de toute manière). Malgré quelques défauts, cette suite mérite incontestablement le coup d'oeil, ne serait-ce que pour son impeccable casting (Lady Gaga y apparaît même le temps d'une scène, comme serveuse) et ses scènes d'action débridées.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

La Main du Diable
La Main du Diable fait parti des rares films à avoir été tournés par la France sous l'occupation. Il fut produit par Continental Films, la société de production mise en place par les allemands - Goebbels en tête, qui disparut à la fin de la guerre. Une question se pose alors : La Main du Diable est-il un film de collabos et un film de propagande ? Au premier abord, tout semble indiquer que...
Ginger Snaps : Resurrection
Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit. Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères. Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une...
Revolution
Le sous-genre du post-apocalyptique se porte très bien dans le monde du cinéma et de la télévision. Qu’il s’agisse de zombies, d’extraterrestres, de catastrophes plus ou moins naturelles, de guerres, la planète bleue subit toutes sortes d’exactions pour notre simple divertissement. Le résultat ? Une pléthore de produits d’un niveau qualitatif correct (si l’on excepte SyFy et Asylum) qui promet...
Cowboys & Envahisseurs
Après avoir initié la franchise Iron man au cinéma, Jon Favreau s'en retourne vers une autre adaptation de comics au pitch assez improbable. XIXe siècle, Arizona. Un amnésique se réveille aux abords d'une petite bourgade du far-west. L'accueil n'est pas des plus chaleureux, mais les divergences de points de vue sont rapidement oubliées lorsque des vaisseaux spatiaux surgissent et enlèvent des...
La dernière maison sur la plage
Particulièrement prisé du cinéma bis, le rape and revenge a connu un succès notable dans les années 1970-1980 où les pellicules scabreuses rivalisées de perversions, de violences et d’humiliation envers la gent féminine. Avec des titres comme La dernière maison sur la gauche ou I spit on your grave , les Anglo-saxons ont posé les bases d’un sous-genre qui, au même titre que le slasher ou le...
Sin City : J'ai Tué pour Elle
Sortie France:
Durée:
102 min
7
Moyenne : 7 (3 votes)

Sin City: A Dame To Kill For TRAILER 1 (2014) - Jessica Alba, Eva Green Movie HD

Thématiques