Voir la fiche complète du film : Sin City : J'ai Tué pour Elle (Robert Rodriguez, Frank Miller - 2014)

Sin Ciy 2

A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. Malgré quelques défauts, cette suite mérite incontestablement le coup d'oeil, ne serait-ce que pour son impeccable casting et ses scènes d'action débridées.
Publié le 7 Avril 2015 par GORE MANIACVoir la fiche de Sin City : J'ai Tué pour Elle
7

A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny.

En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce second volet.


Robert Rodriguez, toujours associé à Miller derrière la caméra, retrouvait presque la totalité des protagonistes du premier film (seul Clive Owen cède en effet sa place à Josh Brolin dans le rôle de Dwight). Malgré le succès critique et commercial de Sin City, le tandem avait étrangement tardé à boucler le budget de cette suite. Entre temps, d'autres films phares ont encore repoussé les limites graphiques posées en 2005, de sorte que cette suite tardive s'avère plus risquée qu'autre chose.

Comme dans le premier long-métrage, on nous propose de suivre différentes histoires ayant toutes pour cadre principal la ville de tous les péchés : Sin City.

Ainsi, Nancy (Jessica Alba), dépressive depuis la mort d'Hartigan (Bruce Willis signe toutefois quelques apparitions, en tant qu'ange gardien de la stripteaseuse), rêve de supprimer le sénateur Roark (Powers Boothe). Dwight (Josh Brolin), tente d'éviter de succomber une nouvelle fois aux charmes diaboliques d'Ava (Eva Green). Fils caché du sénateur, Johnny (Joseph Gordon-Levitt), excellent joueur de poker, débarque en ville pour faire chuter son père. Comme toujours, le brutal Marv (Mickey Rourke) et les prostituées de la vieille ville jouent les arbitres dans ce chassé-croisé mortel.

L'ouverture du film, avec Marv embarqué dans une sanglante course-poursuite, n'a rien de très engageant. Excessive, cette scène sonne faux et fait craindre le pire aux amoureux de la première heure. Heureusement, la suite est plus attrayante (le temps sans doute pour se réhabituer au style visuel unique de la saga).


Au milieu de seconds rôles de haute volée (mention spéciale à Christopher Lloyd, ahurissant en médecin déglingué faiseur de miracles), on retrouve avec plaisir nos personnages clés.

Toutefois, force est de constater que le travail graphique est moins élaboré que dans le premier film, malgré un budget plus conséquent (environ vingt millions supplémentaires). Les scènes de combat avec Miho (la mystérieuse Devon Aoki a malheureusement abandonné le navire) sont presque risibles, faisant penser à un jeu vidéo rétro, la faute à un manque total de réalisme et à un jusqu'au-boutisme trop affirmé (d'où l'impression détestable d'être dans un dessin animé).

Enfin, le scénario n'a rien de transcendant. Hommage au film noir, Sin City disposait d'une intrigue à plusieurs niveaux tout à fait convaincante. Oeuvrant davantage dans le clinquant et l'esbroufe, au détriment de la psychologie de certains personnages, J'ai Tué pour Elle fait surtout la part belle aux sculpturales formes d'Eva Green, garce de tout premier choix.


Plus présent que dans le premier opus, Powers Boothe, en sénateur corrompu, déniche sans doute son rôle le plus captivant. Délaissée durant la première heure, Jessica Alba s'offre un baroud final de belle facture. En femme alcoolique hantée par le suicide d'Hartigan, l'ancienne héroïne de Dark Angel signe une remarquable composition, qui pourrait lui permettre un jour de postuler à des rôles plus dramatiques.

Attendu par de nombreux cinéphiles, Sin City 2 n'égale pas son prédécesseur (pari difficile à relever, de toute manière). Malgré quelques défauts, cette suite mérite incontestablement le coup d'oeil, ne serait-ce que pour son impeccable casting (Lady Gaga y apparaît même le temps d'une scène, comme serveuse) et ses scènes d'action débridées.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Bates Motel - Saison 5
Exercice délicat que de conclure une série. Sans compter la réception auprès du public qui permet à la production de perdurer, il est nécessaire de savoir s’arrêter au bon moment afin d’éviter déceptions et qualités initiales bâclées. De plus, l’intrigue doit être l’aboutissement d’autant d’années d’efforts (en l’occurrence, cinq pour Bates Motel )...
Yétis : Terreur en montagne
S’attaquer au mythe du yéti, c’est un peu comme entreprendre l’ascension d’une montagne, du moins avec la volonté de proposer un métrage de qualité. Mais la cryptozoologie est aussi malmenée que la zoologie «classique». Ces créatures mythiques sont remisées au stade de monstres bouffeurs de chairs humaines décérébrées. Yéti et La fureur du yéti sont des...
La Horde
Dans la banlieue parisienne, suite au meurtre d'un des leurs, un quatuor de policiers décide de se rendre justice lui-même en investissant, de nuit, la tour d'un immeuble délabré dans lequel squatte un gang. Néanmoins, l'opération se passe mal et, au dehors, de terribles événements changent la donne. Journaliste dans plusieurs revues (Positif, Mad Movies...) et présentateur sur...
The Dyatlov pass incident
Renny Harlin possède une filmographie pour le moins inconstante, alternants nanars de luxe ( Driven , Le pacte du sang ...) avec des productions plus recommandables, à tout le moins honnête ( Cliffhangher , Cleaner ...). Aussi, il est difficile d’aborder l’une de ses réalisations avec une idée arrêtée. De l’appréhension sur le fond, de l’esbroufe sur la forme, les craintes ne manquent pas pour...
Edge of Sanity
Travaillant sur une solution anesthésique révolutionnaire, le Docteur Henry Jekyll absorbe par accident cette substance. Agissant sur lui comme une drogue, cette poudre va le transformer en un être marginal, plus fort et plus violent : Jack Hyde. Paru en 1886, le court roman de Robert Louis Stevenson, L'Etrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde , a inspiré bon nombre de réalisateurs depuis le...