Voir la fiche complète du film : Soldier (Paul W.S. Anderson - 1998)

Soldier

Un film d'action de SF ultra basique, mais joliment mis en images...
Publié le 8 Octobre 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Soldier
6

Connaissez-vous le point commun entre Danse avec les loups, Le Dernier Samourai, Avatar, Star Trek : Insurrection et Soldier ? Non ? Mais si, réfléchissez un peu.
Vous ne voyez pas? Pourtant ça semble évident : c'est toujours la même histoire. D'accord, j'exagère un tantinet, les décors et les époques sont différentes, de grosses nuances existent entre ces films, mais tout de même, la trame narrative est relativement identique.
En gros, c'est l'histoire d'un gars qui fait la connaissance d'un peuple plus ou moins pacifique sur le point d'être agressé et qui va se prendre d'affection pour ces gens faibles. Souvent, les méchants sont ses anciens "amis" et il va se retourner contre eux.

Bon, malgré la linéarité d'un tel scénario, il convient d'admettre que le potentiel émotionnel de l'histoire reste non négligeable.
De plus, il faut préciser que selon le scénariste David Peoples, qui a également co-écrit le script de Blade Runner, Soldier prend place dans le même univers que le film de Ridley Scott. A priori, l'amateur de SF ne pouvait donc que se réjouir. Là où ça commence à se gâter, c'est quand on comprend que le rapport entre les deux films est tout sauf évident tant ils jouent dans des catégories de SF différentes et que les quelques clins d'½il au métrage de Ridley Scott sont principalement des noms ou des designs de vaisseaux repris à l'identique.


Amis de la poésie, bonsoir...

On le sait, les films de Paul W.S. Anderson ne brillent jamais par leur scénario, loin s'en faut, et encore moins quand c'est lui-même qui les écrit. Mortal Kombat, Alien Vs Predator ou encore La Course à la Mort, tous peuvent témoigner de la légèreté des histoires contées par le réalisateur britannique. Seul Event Horizon se démarquait un peu de la masse malgré le fait qu'il se présentait comme un "simple" décalque du concept de la maison hantée transposé dans un vaisseau spatial.
Pourtant, s'il est une chose que l'on ne peut reprocher à Paulo (pour les intimes), c'est d'avoir deux mains gauches. En effet, le bonhomme sait y faire avec une caméra pour proposer à son public des scènes d'action bien troussées et des films divertissants.
Et dans Soldier, ce concept de l'esbrouffe visuelle au détriment du scénario est poussé à son paroxysme.
Vous voulez de l'action et des décors qui déchirent ? Vous allez en avoir.
Vous êtes là pour histoire profonde et solide ? Au revoir, et merci d'être venu...


Viandard versus revanchard = Maximum bourrinage.

De fait, l'intérêt d'un film comme Soldier repose entièrement sur ses scènes d'action et de ce coté, on n'est pas déçu : dans le coin gauche du ring, il y a Kurt Russel pour une prestation tout en muscles et en mâchoire crispée opposé à un gros viandard nourri aux hormones du nom de Jason Scott Lee. Ce dernier, franchement impressionnant, en impose dans son rôle de méchant et compose un adversaire de choix pour notre brave Kurt. Leurs différents combats valent le détour, de même que les superbes décors de la planète-décharge.

Par contre, le manque d'enjeux émotionnels rend le film difficilement attachant, tant le spectateur regarde ce spectacle d'un air détaché, sans s'y intéresser plus que ça. Il faut dire aussi que le personnage archétypal de Kurt Russel n'est pas vraiment fait pour susciter la sympathie. Soldat lobotomisé et muet (il prononce exactement 79 mots sur l'ensemble du film selon certaines sources), il va peu à peu s'humaniser et découvrir ses émotions. Why not? Dans un registre similaire, d'autres s'en sont déjà très bien sortis. Le problème c'est la manière dont cela est traité, sans subtilité et pour tout dire, un peu expédié. Le changement est facile et convenu.
Dans le même ordre d'idée, on ne peut que regretter que la psychologie des personnages soit si binaire et caricaturale. Entre le méchant officier qui commande à ses méchants soldats de tuer sans se poser de questions et les gentils très gentils, c'est la foire aux clichés.


Qui a dit que ce n'était pas la grosse éclate dans la décharge?

En résumé, nous avons donc ici un bon gros actioner SF qui ne vaut que par ses séquences d'action réussies (encore heureux). Les amateurs de spectacle bourrin apprécieront, les autres se feront ch... s'ennuieront poliment devant la linéarité et le manque de surprises de l'histoire.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Insidious
Depuis le premier Saw et le choc qu'il a constitué (aussi bien pour les spectateurs que pour le cinéma d'horreur en général), James Wan fait partie des réalisateurs talentueux à suivre. Le hard-boiled Death Sentence et le très sympathique Dead Silence sont également là pour le rappeler. Du coup, en apprenant que l'australien allait s'attaquer au thème de la maison hantée, on ne...
Dredd
Le personnage de Judge Dredd, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, fait sa première apparition dans 2000 A.D, une revue britannique de science-fiction, en 1977. Mais ce n'est qu'en 1990 que le personnage possède sa propre série avec Judge Dredd Magazine. Ce personnage deviendra vite emblématique par sa représentation de la justice et par la violence du propos. L'univers dans lequel évolue le...
Death Tube
Mettre en corrélation le rapport à l’image et les déviances de l’esprit humain est une préoccupation particulièrement présente depuis les années 1970. Le sujet malsain s’est notamment distingué en s’attardant sur les snuff movies, puis sur les faux documentaire ou found-footage. Avec l’essor d’internet au XXIe siècle, le voyeurisme prend une autre dimension,...
L'asile
Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible...
Silent Night, Bloody Night
Attention, cette critique contient des spoilers. Suite à la mort de son propriétaire, brûlé vif, en 1950, un manoir est conservé en l'état durant vingt ans. En 1970, son petit-fils, en manque de liquidité, décide de le revendre à la mairie de la bourgade, qui souhaite détruire cette maison, considérée comme maudite. Après la Nuit des Morts-Vivants , le cinéma d'horreur américain entame...