Voir la fiche complète du film : Shark - Le Mangeur d'Hommes (Samuel Fuller - 1969)

Shark - Le mangeur d'hommes

Quand un film d’aventures s’avance comme un survival animalier non avoué, le résultat s’annonce mensonger et racoleur. Shark – Le Mangeur d’hommes s’affuble d’une approche scénaristique quelconque et prévisible qui se double d’un ennui permanent. Le concours de Burt Reynolds n’y change rien et ne fait guère oublier la présence éphémère des squales. Une production maladroite, trompeuse, presque caricaturale dans les poncifs qu’elle véhicule.
Publié le 15 Septembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Shark - Le Mangeur d'Hommes
4
Requin Sous-marin

Avant que Les Dents de la mer ne devienne le succès et le chef d’œuvre que tous les cinéphiles connaissent, le survival animalier n’en était qu’à quelques essais embryonnaires, comme le vieillissant The Legend of Boggy Creek. Mais pour revenir aux films de requins-tueurs, le métrage de Steven Spielberg n’est pas la première production à traiter du sujet. Certes, son approche demeure unique et définit tous les codes qui mineront ensuite la sharksploitation. Dans le domaine, on distingue néanmoins des tentatives qui ne sont guère passées à la postérité, comme le préfigure Shark – Le mangeur d’hommes de Samuel Fuller.

 

En voilà un film qui saoûle !

D’emblée, on devine le titre racoleur qui joue sur l’exploitation outrancière de la thématique, mais surtout de la mort d’un cascadeur en fin de tournage. Le message d’introduction donne le ton et joue sur ce drame pour rameuter une audience maximale. Ce qui vaudra d’ailleurs des dissensions avec le réalisateur lui-même qui renie son œuvre, sans oublier l’abattage promotionnel qui s’ensuit. Pour résumer, le film ne devait pas s’intituler ainsi ni s’afficher comme une production horrifique de seconde zone ; tout statut de précurseur écarté dans le genre du survival animalier. Et pour cause ! Cet aspect s’avère fallacieux et trompeur aux yeux du public.

Le principe est similaire à ce que donnera, vingt ans plus tard, La Nuit des requins de Tonino Ricci. À savoir, un métrage grossièrement dissimulé sous l’image spectaculaire du squale pour minimiser son propos indigent. Dans le cas présent, le résultat n’est pas aussi catastrophique que son homologue, mais laisse libre cours à une narration éparse où de nombreuses séquences se révèlent longues, voire inutiles. L’intrigue s’ancre dans un récit d’aventures bas de gamme, pour ne pas dire fauché au niveau des finances et des idées. Au Soudan, le personnage principal incarné par Burt Reynolds s’avance comme un stéréotype machiste assez marqué.

 

Même les requins tirent une drôle de tête...

Pour autant, ce n’est pas forcément le protagoniste qui pose problème puisqu’il s’intègre dans la mouvance de l’époque et de productions du même acabit. Le grand handicap de Shark – Le mangeur d’hommes réside dans cette attente constante où l’on doit s’en tenir aux frasques d’un médecin alcoolique, d’un sale gosse pot de colle fumeur de clopes et d’un pseudo-couple avare. Ces portraits gravitent autour d’une chasse au trésor dont les aboutissants ne font pas l’ombre d’un mystère, sauf pour les intéressés eux-mêmes. Même le cadre exotique du Soudan n’est guère exploité avec conviction. Il faut se contenter d’environnement restreint ; en intérieur, comme en extérieur.

Contrairement à ce que le titre laisse présager, il ne s’agit pas d’un requin unique. Les spécimens affichent une taille standard et s’insinuent trop tardivement dans le scénario. Si l’idée de filmer de véritables requins sans les malmener reste louable, les plans sous-marins manquent de lisibilité dans leur grande majorité. Les attaques sont tout aussi sporadiques et la violence n’est que trop peu représentée. Tout juste nous suggère-t-on un danger sous-marin latent sans faire état de la voracité des squales. L’approche est standardisée et clairement secondaire au sein du récit. La réaction du réalisateur est donc nettement compréhensible au vu du résultat obtenu.

 

Rien de tel qu'un instant bronzette nocturne

Au final, Shark – Le mangeur d’hommes est un film d’aventures qui joue sur l’exploitation du requin-tueur six années avant Les Dents de la mer. Sans sombrer dans l’amateurisme, l’ensemble demeure décevant. Ce n’est pas forcément la mise en scène désuète ou la présentation trop discrète des requins qui minent cette production, mais plutôt un scénario prétexte à la confrontation d’intervenants perclus de clichés en tout genre. Il en ressort une succession de séquences guère entraînantes qui ne parviennent même pas à retranscrire l’aspect distrayant et exotique d’un tel périple sur le littoral soudanais.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Freddy: Les Griffes de la nuit
**** Attention: cette critique peut contenir quelques spoilers ***** Après les reliftings de Michael Myers et Jason Voorhees , c’est sans surprise que débarque une version new look du classique de Wes Craven et de son légendaire croque-mitaine Freddy Krueger . Une occasion pour les amateurs d'horreur de se réjouir ? Peut-être bien puisque les remakes d’ Halloween et Vendredi 13 s’étaient avérés...
L'Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...
Zombie Shark
Quand il s’agit de tourner des films de requins fauchés aux velléités purement mercantiles, les producteurs ne sont jamais avares en aberrations scénaristiques et biologiques. Entre des poissons mal fagotés ou un contexte ubuesque, la sharksploitation multiplie les exactions pour malmener les squales. De même, la récidive tient autant à la présentation de bestioles hybrides qu’à un...
World invasion : Battle Los Angeles
Sur la côte ouest des États-Unis, des extraterrestres préparent l'invasion de notre planète. La bataille fait rage dans les deux camps, même si le rapport de force est disproportionné. Dans la tourmente, une équipe de commandos ultra-entraînés est envoyée dans les rues de Los Angeles pour faire le ménage. Jonathan Liebesman possède une filmographie assez restreinte, mais intéressante. La suite du...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...