Voir la fiche complète du film : Suspiria (Dario Argento - 1977)

Suspiria

Après, Les Frissons de l'Angoisse, Dario Argento signait avec Suspiria un second chef-d'oeuvre. Culte.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Suspiria
10

Dario Argento et ses films, c'est tout un univers. Un univers dont je suis d'ailleurs fan depuis longtemps. Argento signait en 1977 avec Suspiria l'un des plus beaux films de sa carrière.

Le scénario, écrit par Argento et Daria Nicolodi (la Gianna Brazzi des Frissons de l'Angoisse) s'intéresse à la jeune danseuse Suzy Bannion sur le point d'intégrer une prestigieuse école de danse classique. Dès son arrivée, Suzy est témoin d'une scène étrange : une jeune fille s'échappe de l'école en prononçant des mots que Suzy ne se souviendra que plus tard. Une fois dans l'école, Suzy doit faire face à l'hostilité de certaines de ses camarades et aux professeurs austères de l'école. Suzy va également être témoin du meurtre sauvage de sa colocataire. Suzy va découvrir que l'école est le lieu de prédilection de sorcières...

Un scénario propice à un univers gothique à souhait mais aussi propice à quelques débordements sanglants orchestrés de main de maître par un Dario Argento alors en pleine possession de ses moyens. La réalisation est de toute beauté et l'on sent, à la vision du film, que Dario Argento apporte un soin tout particulier à l'esthétisme de son film, aux éclairages dans le but, bien sûr, d'instaurer avant tout une ambiance, un climat gothique. Les lumières sont souvent sombres et contrastent avec les couleurs principales du film (rouges, oranges, bleues, vertes). Voici quelques images qui illustrent les tons du film :

Suspiria est un film "fantastique" mais qui frôle le giallo lors des scènes de meurtres, toujours aussi savamment misent en scène. Le réalisateur nous avait habitués aux meurtres violents depuis Les Frissons de l'Angoisse et n'y va pas de main morte non plus dans Suspiria. Des séquences assez flippantes (je pense à celle de l'aveugle et son chien sur la place, la nuit) qui sont appuyées par l'extraordinaire musique (je pèse mes mots) de The Goblins et de Dario Argento. Au passage, si vous avez l'occasion d'écoutez la B.O., je vous conseille les morceaux "Sighs", "Witch" et "Suspiria". Une musique unique qui prend toute sa valeur dans le film.

Au final, un film à l'esthétisme très réussie, à la réalisation soignée et doté d'une bande-son aussi envoûtante que le film lui-même. A mes yeux, le meilleur film à ce jour de Dario Argento. Classique, vous avez dit classique ?

Merci à DeVilDead pour les photos

 

Autres critiques

Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
The Hunters
**Attention, cette chronique contient quelques spoilers.** Le nombre de disparitions suspectes dans une région sans histoires interpelle un ancien militaire, muté récemment au sein de la police locale. Pendant ce temps, deux amis chasseurs s'interrogent sur le sens de leur quotidien, ennuyeux et fatigant. Oscillant entre suspense, thriller psychologique, drame et film d'action, The...
Vampire academy
Lorsque l’on adapte un best-seller dans lequel il est question d’adolescents et de vampires, on aurait peut-être, à tort ou à raison, vite fait de le ranger aux côtés de Twilight ou Vampire diaries . Le succès de la franchise n’ayant rien à envier à Harry Potter , la littérature a développé tout un pan d’histoires que les amateurs (et amatrices) dévorent avec passion. À ce jour, Vampire academy...
Balada triste
Dès son plus jeune âge, Javier s'est vu confronté à la guerre civile qui a ravagé son pays et sa famille. Il en garde un souvenir amer et ne semble pas trouver le bonheur. Trente-cinq ans plus tard, il est embauché dans un cirque itinérant en tant que clown triste. Néanmoins, Sergio, le clown marrant, est un homme violent et impulsif qui tient sous son joug la troupe. C'était sans compter que...
Paranoïaque
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Alors qu'elle assiste à une messe en l'honneur de ses parents et de son frère disparus il y a près de dix ans, Eleanor Ashby pense reconnaître son défunt frère dans l'église. Sa tante et son frère, persuadés qu'elle perd la raison, ne la croient pas. Faisant partie des meilleurs scénaristes de la Hammer, Jimmy Sangster s'...