Voir la fiche complète du film : The Belko Experiment (Greg McLean - 2016)

The Belko Experiment

Décrit comme la fusion entre The Office et Battle Royale, The Belko Experiment est un défouloir jouissif s’accompagnant d’un regard critique sur le comportement humain.
Publié le 10 Février 2018 par KinemaVoir la fiche de The Belko Experiment
7

Confinés contre leur gré sur leur lieu de travail, les membres du personnel d’une multinationale se voient contraints de participer à un jeu macabre dont la seule règle est simple : ils sont cordialement invités à s’entretuer. Face à la complexité de la situation, certains vont réagir de manière proactive et réinstaurer cette bonne vieille loi de la jungle.

Comme déjà évoqué, le rapprochement avec Battle Royale paraît inévitable. Cette œuvre culte Kinji Fukasaku reste une référence lorsque cette catégorie de bain de sang est abordée alors que finalement, l’histoire de l’humanité en est autant une illustration pertinente. Inutile de polémiquer.

Très visionnaire - en avance sur son temps, dirait même on - dans son scénario, Battle Royale présente surtout le mérite d’avoir dégainé le premier dans le genre. Ses descendants, quant à eux, s’essoufflent à le réinventer, car ils sont sans cesse sous l’épée de Damoclès qu’est la critique assassine criant au plagiat. Et dans ce cas-ci, qu’en est-il ?

De manière plus qu’honorable, si The Belko Experiment n’a pas la prétention de vouloir apporter une énorme pierre à l’édifice du cinéma de genre, il demeure un divertissement à adrénaline de qualité. À peine original, sans être une vulgaire copie de Battle Royale, ce long signé Greg McLean (Wolf Creek, Jungle) s’en tire avec distinction en combinant une perspective « défouloir » sans baisse de rythme et un regard cynique - parfois un peu forci - sur la face cachée de monsieur Tout-le-monde. La dénonciation de la personnalité humaine qui peut soit, conserver son éthique, soit sombrer dans une violence animale face à l’adversité. Et c’est ce dégoût pour la perte complète de morale qui donnera au métrage son côté le plus tranchant et par conséquent aussi, son principal intérêt.

À titre de comparaison, on pense également à Mayhem dont la sortie est très rapprochée et dont le credo scénaristique paraît quasi similaire à la différence que ce dernier laisse de côté la question éthique pour se concentrer sur l’aspect graphique.

Niveau casting, les performances d’acteur sont honnêtes et parmi elles, on mettra celle de John Gallagher Jr. (Pas un Bruit, 10 Cloverfield Lane) en avant et peut-être également celle de Tony Goldwyn (Divergente), glaçant dans le rôle de Barry Norris, un patron décidé à ne pas faire dans le sentiment. À l’écriture du scénario, on retrouve un monsieur à peine connu dans la pop-culture, à savoir James Gunn (Horribilis, Les Gardiens de la Galaxie) dont Michael Rooker (The Walking Dead), l’un de ses fidèles - présent sur quasi chacun des films de Gunn - comparses, figure lui aussi parmi le casting.

On regrette peut-être une approche peu nuancée même si dans le cas contraire, l’impact sur le spectateur en aurait été affaibli. Quoi qu’il en soit, le résultat est globalement bon sans pour autant franchir la porte de l’excellence. Pour les privilégiés, il est aussi une thérapie pour oublier la monotonie du travail en open space. Gardez votre sang-froid face à votre boss et repensez au final de The Belko Experiment. Testé et approuvé.

Autres critiques

Freddy contre Jason
Le fameux crossover entre Freddy Krueger et Jason Voorhees a enfin vu le jour en 2003. Une rencontre attendue par des millions de fans. Le film aura connu un "development hell" qui a fait couler pas mal d'encre depuis l'annonce du projet. Au départ, le maquilleur Rob Bottin ( The Thing ) était pressenti pour être le réalisateur du film. Mais bon, comme toujours, les producteurs...
Better Watch Out
Dans le domaine du cinéma de genre, la période de Noël est bien souvent détournée au profit d’un spectacle gore et distrayant, à défaut d’être de qualité. Cela vaut surtout pour le slasher, mais aussi pour quelques thrillers à tendance horrifique. S’adaptant à des moyens limités tout en distillant une atmosphère oppressante, le «Home Invasion» est ce qui se prête de...
Ghost of Mae Nak
Dans le folklore thaïlandais, la légende de Mae Nak est sans doute l’une des plus populaires et adaptées pour le petit et le grand écran. À travers une trentaine de longs-métrages et une centaine de versions télévisuelle, le fantôme de Mae Nak perdure dans son pays natal. Au sortir de ses frontières malheureusement, le constat est tout autre. La faute à une mauvaise distribution ou le peu...
Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...

Sur Horreur.net