Voir la fiche complète du film : The Belko Experiment (Greg McLean - 2016)

The Belko Experiment

Décrit comme la fusion entre The Office et Battle Royale, The Belko Experiment est un défouloir jouissif s’accompagnant d’un regard critique sur le comportement humain.
Publié le 10 Février 2018 par KinemaVoir la fiche de The Belko Experiment
7

Confinés contre leur gré sur leur lieu de travail, les membres du personnel d’une multinationale se voient contraints de participer à un jeu macabre dont la seule règle est simple : ils sont cordialement invités à s’entretuer. Face à la complexité de la situation, certains vont réagir de manière proactive et réinstaurer cette bonne vieille loi de la jungle.

Comme déjà évoqué, le rapprochement avec Battle Royale paraît inévitable. Cette œuvre culte Kinji Fukasaku reste une référence lorsque cette catégorie de bain de sang est abordée alors que finalement, l’histoire de l’humanité en est autant une illustration pertinente. Inutile de polémiquer.

Très visionnaire - en avance sur son temps, dirait même on - dans son scénario, Battle Royale présente surtout le mérite d’avoir dégainé le premier dans le genre. Ses descendants, quant à eux, s’essoufflent à le réinventer, car ils sont sans cesse sous l’épée de Damoclès qu’est la critique assassine criant au plagiat. Et dans ce cas-ci, qu’en est-il ?

De manière plus qu’honorable, si The Belko Experiment n’a pas la prétention de vouloir apporter une énorme pierre à l’édifice du cinéma de genre, il demeure un divertissement à adrénaline de qualité. À peine original, sans être une vulgaire copie de Battle Royale, ce long signé Greg McLean (Wolf Creek, Jungle) s’en tire avec distinction en combinant une perspective « défouloir » sans baisse de rythme et un regard cynique - parfois un peu forci - sur la face cachée de monsieur Tout-le-monde. La dénonciation de la personnalité humaine qui peut soit, conserver son éthique, soit sombrer dans une violence animale face à l’adversité. Et c’est ce dégoût pour la perte complète de morale qui donnera au métrage son côté le plus tranchant et par conséquent aussi, son principal intérêt.

À titre de comparaison, on pense également à Mayhem dont la sortie est très rapprochée et dont le credo scénaristique paraît quasi similaire à la différence que ce dernier laisse de côté la question éthique pour se concentrer sur l’aspect graphique.

Niveau casting, les performances d’acteur sont honnêtes et parmi elles, on mettra celle de John Gallagher Jr. (Pas un Bruit, 10 Cloverfield Lane) en avant et peut-être également celle de Tony Goldwyn (Divergente), glaçant dans le rôle de Barry Norris, un patron décidé à ne pas faire dans le sentiment. À l’écriture du scénario, on retrouve un monsieur à peine connu dans la pop-culture, à savoir James Gunn (Horribilis, Les Gardiens de la Galaxie) dont Michael Rooker (The Walking Dead), l’un de ses fidèles - présent sur quasi chacun des films de Gunn - comparses, figure lui aussi parmi le casting.

On regrette peut-être une approche peu nuancée même si dans le cas contraire, l’impact sur le spectateur en aurait été affaibli. Quoi qu’il en soit, le résultat est globalement bon sans pour autant franchir la porte de l’excellence. Pour les privilégiés, il est aussi une thérapie pour oublier la monotonie du travail en open space. Gardez votre sang-froid face à votre boss et repensez au final de The Belko Experiment. Testé et approuvé.

Autres critiques

Insidious
Depuis le premier Saw et le choc qu'il a constitué (aussi bien pour les spectateurs que pour le cinéma d'horreur en général), James Wan fait partie des réalisateurs talentueux à suivre. Le hard-boiled Death Sentence et le très sympathique Dead Silence sont également là pour le rappeler. Du coup, en apprenant que l'australien allait s'attaquer au thème de la maison hantée, on ne...
Human Centipede, The
Pour se faire remarquer dans le cinéma de genre, il faut soit faire un bon film original, soit partir dans le trash, le dégueulasse et le malsain. C'est ce qui se passe avec The Human Centipede , film néerlandais qui a défrayé la chronique et les sites internet spécialisés dans le cinéma horrifique. Partant d'un postulat de base complètement loufoque, le film se taille une réputation de film sale...
Run or Die
Dans la profusion de DTV qui sorte à la va-vite avec des critères de choix aléatoires (des perles demeurent inédites dans nos contrées alors que des immondices sans nom trouvent un chemin jusqu'à notre dvdthèque), il est bien rare que l'on découvre de bonnes surprises à se mettre sous la dent. Un constat qui se vérifie dans le cinéma de genre, mais aussi dans des registres plus grand public. C'...
Shiver : L'Enfant Des Ténèbres
« El lobo » De passage au dernier au dernier festival de Gerardmer, cet Eskalofrio - titre original de Shiver - est nanti d’une belle petite réputation. De Mad Movies en passant par d’autres grands noms, tous ou presque étaient unanimes. Il faut dire que les espagnols ont le chic pour ce genre d’histoire. Exportation, fuite, petit village, lourd secret... Des éléments qui sont aujourd’hui assez...
The Park
Qu’il s’agisse de parcs d’attractions ou de fêtes foraines, le cadre distrayant de tels endroits donne parfois lieu à quelques détournements plus ou moins réussis dans le domaine horrifique. Le danger des manèges, le passé trouble des environs, un accident malencontreux, une farce qui tourne mal... Les idées ne manquent pas pour prétexter une petite visite. Alors que le début...