Voir la fiche complète du film : The Creature Below (Stewart Sparke - 2016)

The creature below

Un film d’horreur brouillon et lénifiant qui s’inspire des plus grandes histoires de Lovecraft sans jamais en assimiler les fondamentaux. Une atmosphère atone pour une intrigue esquissée à la va-vite. Aussi ennuyeux que complaisant.
Publié le 1 Octobre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de The Creature Below
2

Lorsqu’on évoque des créatures aquatiques monstrueuses, on songe immanquablement au survival animalier. Un genre déjà suffisamment fourni en aberrations cinématographiques. Issus d’imaginaires dérangés, d’époques reculées, voire d’une autre planète, les producteurs n’ont de cesse d’exploiter insidieusement les endroits les plus inhospitaliers et méconnus de la Terre. En tête de liste, les abysses. Si le propos demeure toujours aussi intrigant et sympathique, son développement n’est guère encenseur en des mains malhabiles ou, en l’occurrence, complètement fauchées. Pâtir d’un budget d’à peine 12000£ n’est pas un défaut en soi, encore faut-il en tirer parti au maximum.

Une plongée vers les profondeurs indicibles...

Pour y remédier, le récit doit y occuper une place fondamentale. Faire preuve d’originalité et d’audace est nettement plus abordable pour une petite production indépendante qui bénéficie d’un meilleur encadrement artistique, du moins dans les intentions. Après une entame (très) librement inspirée d’Abyss pour justifier la teneur même de l’intrigue, The Creature Below quitte rapidement les contrées maritimes pour se complaire dans une sorte de huis clos. Hormis quelques exceptions et plans extérieurs vite expédiés, on se cantonne à la demeure familiale pour exposer les trois quarts de l’histoire. Là encore, rien de préjudiciable si ce n’est un traitement d’une platitude effarante.

C’est bien simple, le réalisateur ne possède aucun sens du rythme. Il enchaîne les séquences avec une constance toute lénifiante. L’atmosphère amorphe gangrène aussi bien les scènes de présentation que les moments plus violents et gores. L’impression qui en émane résulte du même principe que la dysphonie. On déblatère un discours sans parvenir à distinguer les différents niveaux d’intensité. Et c’est exactement ce qui se produit avec le présent métrage. Un ton monocorde qui ne véhicule aucune tension, aucun suspense. Pour ne rien arranger, la bande-son distille en continu un fond électro complètement hors de propos qui ajoute à la vaine entreprise un ridicule patenté.

... pour en revenir avec des idées noires plein les yeux !

De même que les enjeux se révèlent aussi ténus que prévisibles, l’approche psychologique propre à la relation entre la créature et la protagoniste reste au point mort. De par une évolution confuse et une exposition des faits rarement judicieuses, le lien qui les unit se renforce dans l’indifférence générale. On pourrait incomber la faute à l’actrice principale dont la prestation ne véhicule aucune nuance d’expression. Il ne suffit pas d’un regard de merlan frit et d’un maquillage grossier pour susciter le malaise. Mais son basculement vers la folie résulte peut-être de collègues tout aussi impavides devant la caméra.

Et la créature? Il s’agit vraisemblablement d’un céphalopode qui, étonnamment, n’éprouve pas le besoin de s’immerger dans un plan d’eau. Elle reste terrée au fond de la cave et saisit avec ses tentacules en plastique les malheureux quidams qui s’invitent sur son territoire. À chaque attaque, on s’empresse de couper le plan pour enchaîner sur la suite. On notera aussi des images de synthèse pour le moins effrayantes en début et en fin de parcours. Autant la créature que son cadre de survie rappellent à minima une approche lovecraftienne. On évoque des divinités antédiluviennes, une communication télépathique et un dénouement apocalyptique qui tendent vers cette idée.

Quand le poulpe joue les envoûteurs, la folie guette.

Au final, The Creature Below est un film d’horreur terne et sans grand intérêt. Si le budget est déjà une contrainte difficile à surmonter, Stewart Sparke y ajoute une histoire lénifiante servie par un casting amorphe et une créature difforme qui préfère rester dans l’ombre. Incapable de fournir la moindre tension à son film, le cinéaste se contente de faire se succéder les plans sans jamais parvenir à toucher ou impliquer le spectateur. L’environnement restreint de la maison est mal exploité, tandis que la violence éparse se veut explicite tout en oblitérant les prises de vue trop coûteuses. Puisant dans les mythes lovecraftiens (Dagon, L’abomination de Dunwich...) son propos, il n’en ressort qu’une pâle ébauche de la terreur qui gît dans les profondeurs de l’océan.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Brynhildr in the Darkness
Avec Elfen Lied , chef d’œuvre incontesté, Lynn Okamoto offrait à l’animation japonaise l’une de ses plus sombres et poignantes histoires. Une petite dizaine d’années plus tard, son successeur connaît également une adaptation télévisée. Sans être une suite directe, il est facile d’y déceler la patte graphique et les thèmes exploités par le mangaka. Si Elfen Lied...
Confession d'un Cannibale
Inspiré de l’histoire vraie d’Armin Meiwes, Grimm love s’attache à décrire avec précision et objectivité ce fait divers incroyable et abominable qui a défrayé la chronique au-delà des frontières allemande en 2001. Petit rappel des faits : Armin, informaticien perturbé par la mort de sa mère, se réfugie sur le net. Là, il y découvre un forum de cannibalisme où il poste une...
Freddy Sort de la Nuit
Et voilà, on y arrive enfin ! Le dernier Freddy, the last one, le septième épisode qui marque l'épilogue d'une longue saga. On peut se demander comment ils ont fait pour renouveler la saga aussi longtemps, mais on peut aussi se dire que depuis le quatrième épisode les films étaient de moins en moins bons à force d'humour et de mauvais gout. Les fans étaient de moins en moins nombreux...
Temple
Le cinéma d’épouvante asiatique est réputé pour proposer des productions angoissantes et anxiogènes au possible. Le succès est tel que l’opportunisme hollywoodien a tôt fait de l’exploiter par le biais de remakes inégaux. On songe notamment à Dark Water , Pulse , The Ring ou encore Les Intrus . Certaines productions américaines prennent pour cadre l’archipel nippon, comme...
Cruel Jaws
Dans le domaine surexploité des requins, peu de longs-métrages sont parvenus à tirer leur épingle du jeu hormis le chef d’œuvre de Spielberg, Les dents de la mer . Les suites étaient d’un intérêt inégal, mais l’on était encore loin des étrons qui allaient submerger nos écrans. 1995 est une date charnière pour un genre qui périclite définitivement dans la connerie ineffable du nanar. Derrière un...