Voir la fiche complète du film : Dracula (Dario Argento - 2012)

Dracula 3D

Un Dracula qui n'apporte rien de nouveau et qui confirme malheureusement la déchéance artistique du cinéma de Dario Argento
Publié le 24 Décembre 2013 par OeilsansvisageVoir la fiche de Dracula
2
Vampire

L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers films.

Si Mother of Tears (2007) et Giallo (2009) ont fait coulé beaucoup d'encre en raison des défauts qu'ils accumulent, Dracula enfonce sévèrement le clou. Le film sort sur les écrans français plus d'un an et demi après avoir été projeté pour la première fois en France, lors du Festival de Cannes 2012, pour lequel il faisait parti de la sélection officiel mais présenté hors-compétition comme le rappelle un carton au début du film. Cette sortie tardive et confidentielle montre la triste réalité qui s'abat désormais sur les films du cinéaste italien. On peut néanmoins se réjouir d'une distribution en salle (et en 3D pour certaines) alors que Giallo était sorti directement en vidéo sur le territoire hexagonale.

Mais qu'est ce qui fait donc de ce Dracula cuvée 2013 un si mauvais film ? Il reprend globalement l'histoire du comte des Carpates, déjà adaptée maintes fois au cinéma, avec un scénario sans surprise et occultant, budget oblige, les parties du récit original se déroulant à Londres. La force des films d'Argento n'a jamais vraiment résidé dans leurs scénarios mais plutôt dans leur esthétique et dans cette maîtrise si particulière de la mise en scène. Outre son déroulement narratif schématique et convenu, ce qui pèse le plus lourd sur ce Dracula, est sa laideur formelle. Cela commence dès le générique qui s'inscrit en caractères gothiques rouge sang, copiant misérablement le style du mythique Horror of Dracula (1958) de Terence Fisher. Le plan d'ouverture illustre de façon emblématique les choix artistiques fait par Argento et son équipe : la caméra adopte le point de vue subjectif d'un volatile qui surplombe un village d'architecture médiévale. Le tout est entièrement créé en images numériques dont les textures sont dignes d'une cinématique de jeu vidéo des années 1990. Les rangées de tuiles sur les toits dans maisons s'affichent avec un aliasing prononcé qui, montré au travers des tournoiement aériens, donne la nausée. A l'heure où les consoles de salon dernière génération affichent une netteté et une précision remarquable, cette introduction passe pour un travail d'amateur faisant peine à voir. Le ton est donné et, malheureusement, les autres effets-spéciaux numériques désastreux venant ponctuer le récit ratent systématiquement leurs objectifs. Ils interviennent pour représenter les différentes créatures en lesquelles se transforment le comte vampire et les blessures qu'il inflige à ses victimes. Il est tantôt une chouette, un rat, un loup, un essaim de mouches et même une mante religieuse géante ! En plus de proposer des effets spéciaux d'une qualité médiocre, le film d'Argento se permet de montrer les créatures en gros plan, ce qui a pour effet d'accentuer l'artificialité des images numériques. Le film est intégralement tourné en 3D, sûrement pour jouer sur ces effets spéciaux, mais le résultat fait l'effet d'un pétard mouillé. Le summum du ridicule est atteint avec la mante religieuse qui s'affiche tout entière et en pleine lumière, tombant dans la vulgarité d'une monstration intégrale, annulant du même coup tout sentiment de terreur, pour ne laisser place qu'à la consternation.

Le pire, c'est qu'au-delà de ces éléments de compositions grotesques, c'est l'esthétique même de la photographie, en particulier l'éclairage, qui empêche toute immersion dans l'univers proposé. Si il y a bien un domaine dans lequel les films d'Argento se sont illustrés, c'est celui de l'éclairage. Il suffit de revoir Suspiria (1977) et Inferno (1980) pour en être convaincu. C'est pourtant Luciano Tovoli, chef opérateur sur Suspiria, qui est au commande. Ici, une lumière diffuse inonde tout malgré des bougies aussi omniprésentes qu'inutiles, reléguées au rang de bibelots décoratifs.

Les performances des acteurs sont peu convaincantes et laissent penser qu'ils étaient aussi enthousiastes à l'idée de tourner cet énième film basé sur Dracula, que les spectateurs à aller le voir. Dario fait tourner sa fille Asia, nue dans plusieurs scènes, ce qui (re)pose la question de la pathologie incestueuse semblant unir les deux individus. Seul le charismatique Rutger Hauer parvient à incarner le professeur Van Helsing avec dignité, malgré quelques gros plans insistants sur son visage, cherchant maladroitement à en tirer de l'émotion. Décidément, le metteur en scène ne contrôle plus rien : qu'est-il arrivé à sa maîtrise légendaire du découpage de l'action?

Que reste-il alors qui puisse rattraper un tel désastre ? On retient de jolis costumes et une direction artistique relativement soignée malgré la platitude de la mise en scène qui donne aux décors et à l'action de l'arrière plan, la teneur d'un téléfilm de Lamberto Bava, type La Caverne à la rose d'or. Quelques très rares moments de grâce viennent égayer ce triste cauchemar : la bibliothèque de Dracula, que Jonathan Harker doit ordonner, rappelle un peu celle de l'alchimiste dans Inferno et l'église offre la seule scène où la lumière est traitée de façon intéressante. Un seul effet numérique réussi là où les autres échouent, lorsque Dracula se personnifie à partir d'une nuée de mouches et que les dernières bestioles se fondent subtilement dans son visage.

Si ce Dracula restera peut être dans les mémoires, ce sera pour se rappeler l'échec qu'il traduit. Il faut espérer que le cinéaste retrouve un peu de son panache dans une prochaine production, mais les déclarations qu'il fait autour de son film ne semble pas indiquer qu'il ait conscience de la tragédie que ses derniers travaux représentent aux yeux des fans. On préférera revoir le film de Francis Ford Coppola sorti vingt ans plus tôt, qui reste une des plus belles adaptations du roman de Stoker.

Autres critiques

American Nightmare
Les dystopies ont toujours été un pilier de la science-fiction. Grâce à des univers aussi dissemblables qu'inquiétants, l'on s'immerge dans des sociétés totalitaires où les « citoyens » sont victimes de lois abusives, d'un régime répressif ou d'un cataclysme majeur. Le regain d'intérêt pour ce sous-genre s'est confirmé récemment avec le succès de la saga Hunger games . Alors que cette dernière...
Frankenstein's Army
Le monde du Found Footage est décidément bien vaste. Je ne vous apprendrai rien en écrivant que ce sous-genre du cinéma d'horreur possède de nombreux détracteurs à cause de ses qualités visuelles souvent discutables, mais force est de reconnaître qu'il propose aussi un cadre cinématographique propice à de nombreux délires et qu'il sait s'adapter à toutes les sauces, que ce soit la SF ( Apollo 18...
The Secret
À Cold Rock, plusieurs disparitions d'enfants ébranlent la communauté. Julia Denning l'infirmière de la ville, est bientôt touchée directement avec l'enlèvement de son fils. Elle va tout entreprendre pour le retrouver... Avec Martyrs , Pascal Laugier avait fait couler beaucoup d'encre (et de sang). Entre des critiques assassines, un public conquis, une chose est certaine : le...
Le mystère de la bête humaine
Au même titre que le vampire, le loup-garou est ancré dans l’imaginaire collectif avec une telle force que d’aucuns développent des hypothèses sur son existence, à tout le moins ce qui pourrait expliquer la lycanthropie. C’est donc tout naturellement que les films de loup-garou ont alimenté le cinéma de genre avec une certaine constance productive, mais pas forcément qualitative...
Mr. Brooks
Homme d'affaires reconnu, mari et père de famille apprécié, Earl Brooks cache en fait un sombre passé. Un soir, il sort et tue un couple, renouant avec ses démons. Peu évoqués au cinéma par le passé (même si Norman Bates avait jeté les bases de cet être moderne monstrueux dans la sage culte des Psychose (1960), avant que Thomas Hewitt, alias Leatherface, lui offre un visage moins humain que...