Voir la fiche complète du film : Tintorera: Du Sang dans la Mer (René Cardona Jr. - 1977)

Tintorera : Du sang dans la mer

Plus une production érotique soft qu’un survival animalier, Tintorera s’avance comme un métrage d’une vacuité sans fond. Incapable de brosser des personnages féminins à minima intéressants, le film de René Cardona Jr. ne raconte rien et ne véhicule rien si ce n’est sa misogynie archaïque et sa propension pour les mises à mort réelles d’animaux. Une piètre itération qui n’a vraiment rien pour plaire.
Publié le 21 Juillet 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Tintorera: Du Sang dans la Mer
1
Requin

Alors que Les Dents de la mer donnait ses lettres de noblesse au survival animalier deux ans plus tôt, des producteurs peu scrupuleux se sont empressés de surfer littéralement sur son succès. Certes, on est bien loin des aberrations actuelles signées Asylum ou SyFy. Toutefois, on avait droit à des bobines fauchées, relativement médiocres et avides de stock-shots pillés dans des documentaires animaliers, voire dans d’autres métrages du même acabit. Réalisé par René Cardona Jr., chantre du cinéma d’exploitation, Tintorera est, aussi improbable que cela puisse paraître, tiré d’un roman. Le film et le livre ont sombré dans l’oubli. Au vu du résultat, il est facile d’en saisir les multiples raisons.

Instant bronzette de voyeur

Tourné à proximité de Cancún, cette production fleure bon l’exotisme et le dépaysement avec ses îles paradisiaques, ses hôtels et ses plages pour touristes, sans compter ses eaux cristallines. Bref, le parfait paysage de carte postale qui ne demande qu’une étincelle, ou plutôt une dent de squale, pour se transformer en un enfer tropical. De prime abord, c’est ce que l’on pourrait escompter, et ce, en dépit d’un scénario ultra-prévisible. Seulement, la tonalité du présent métrage est tout autre, pour ne pas dire complètement aux antipodes de ce que l’on est en droit d’attendre. En effet, sous ses atours de survival animalier opportuniste, ne se dissimule ni plus ni moins qu’un film érotique soft.

Certes, on connaît le premier genre pour afficher de jeunes femmes à la plastique aguicheuse et légèrement vêtue. En l’occurrence, la gent féminine est, la plupart du temps, présentée dans son plus simple appareil. Ici, sous couvert de mœurs dissolues et de libération sexuelle post-sixties, on les relègue à des nymphomanes en puissance, jamais les dernières pour un bain de minuit ou expérimenter de nouvelles pratiques sur un bateau ou sous l’eau. Hormis des regards langoureux, des sourires en coin et des réparties d’une rare indigence, Tintorera se distingue uniquement par sa vacuité et sa stérilité narrative. Incapable de raconter une histoire, pourtant d’une extrême simplicité, l’évolution se veut répétitive et incohérente.

Un plan à trois sous l'eau !

On nous ressasse encore et toujours les mêmes techniques de drague miséreuses, les séances de jambes en l’air entre deux coupes de champagne et des considérations dignes d’un acteur porno en pleine révélation spirituelle. Au-delà d’un tel degré de détresse scénaristique, il est difficile de ne pas entrevoir ce machisme ambiant omnipotent. En plus d’être reléguée au rang d’objet sexuel, la femme est également vénale, délurée, idiote, lâche et irresponsable. Preuve en est tout au long du métrage où son image dégradante se décline dans chaque personnage féminin, chaque situation. Un traitement pathétique et, si besoin est de le préciser, totalement erroné.

Et les requins dans tout ça ? On nous inflige des stock-shots et des plans sous-marins sans âme. À noter que les animaux à l’écran sont réels. Au vu du réalisme de leur mise à mort et de l’aspect fauché d’une telle production, il est à craindre que leur trépas ait réellement eu lieu, ainsi que celle de la raie. Une constatation qui présageait déjà de Cannibal Holocaust et autres étrons où l’on faisait fi des droits des animaux. Déplorable en tout point. Quant au fameux Tintorera, on se retrouve avec un requin-tigre bien malingre compte tenu des descriptifs et des rumeurs qui courent à son sujet. De plus, la confrontation finale est expédiée à la va-vite, sans transition aucune.

Les parties de jambes en l'air ne sont plus ce qu'elles étaient...

Dans un style différent que les productions SyFy et Asylum, Tintorera est une sacrée immondice cinématographique. Ici, la nullité abyssale du scénario se dissimule sous les atours d’un film érotique soft où l’on ne se prive guère d’avilir l’image de la femme. Si l’histoire tient sur un timbre-poste, les propos véhiculés le sont également. Véritable pamphlet misogyne, on nous dessert les mêmes séquences de «séduction» avant de se lancer dans des ébats purement intéressés. On en oublie les requins qui ont droit à un traitement ignoble, notamment lors des chasses sous-marines. Aussi misérable qu’affligeant dans ce qu’il présente et ce qu’il suggère, Tintorera se targue d’une publicité mensongère pour vanter un navet miteux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

The Theatre Bizarre
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune femme, obsédée par un théâtre à l'abandon situé en face de son immeuble, parvient à y pénétrer un soir. Elle assiste alors à une étrange cérémonie, animée par un mystérieux pantin, qui lui raconte six histoires macabres. Le Théâtre du Grand-Guignol , qui avait ouvert ses portes à Paris à la fin du XIX ème siècle, a inspiré depuis...
8th Wonderland: Le Pays de la 8ème Merveille
Dans un monde où les véritables problèmes sont laissés de côté ; Dans une société qui n’a que faire des laissés-pour-compte, un site Internet voit le jour : 8th Wonderland . Un lieu où l’on débat sur des sujets aussi sensibles que les conflits entre les peuples ou les contrats de grosses multinationales en jeu. Une démocratie virtuelle qui, peu à peu, prend de l’ampleur. Son...
Rampage : Sniper en Liberté
« Bowling for Uwe Boll » A sa manière, Uwe Boll est un grand réalisateur. Car il a toujours réussi à faire des films incroyables... de médiocrité. Malgré la poisse (en est-ce vraiment ?), il est toujours arrivé à imposer sa marque : une violence et un je m’en foutisme qu’on a toujours su sans concessions, mais toujours avec une certaine retenue, comme si quelque chose l...
Paperhouse
Pour les amateurs de films d'horreur, Bernard Rose n'est pas un inconnu. Il est l'inventeur de l'un des boogeymen, entendez par là tueurs en série, monstres immondes et autres bestioles dérangés rejoignant Freddy, Jason ou encore Michael Myers, les plus connus de la planète. Créateur de Candyman , le monstre naît de la haine raciale qui sera par la suite l'objet de deux suites de mauvaise qualité...
L'asile
Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible...