Voir la fiche complète du film : Tintorera: Du Sang dans la Mer (René Cardona Jr. - 1977)

Tintorera : Du sang dans la mer

Plus une production érotique soft qu’un survival animalier, Tintorera s’avance comme un métrage d’une vacuité sans fond. Incapable de brosser des personnages féminins à minima intéressants, le film de René Cardona Jr. ne raconte rien et ne véhicule rien si ce n’est sa misogynie archaïque et sa propension pour les mises à mort réelles d’animaux. Une piètre itération qui n’a vraiment rien pour plaire.
Publié le 21 Juillet 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Tintorera: Du Sang dans la Mer
1
Requin

Alors que Les Dents de la mer donnait ses lettres de noblesse au survival animalier deux ans plus tôt, des producteurs peu scrupuleux se sont empressés de surfer littéralement sur son succès. Certes, on est bien loin des aberrations actuelles signées Asylum ou SyFy. Toutefois, on avait droit à des bobines fauchées, relativement médiocres et avides de stock-shots pillés dans des documentaires animaliers, voire dans d’autres métrages du même acabit. Réalisé par René Cardona Jr., chantre du cinéma d’exploitation, Tintorera est, aussi improbable que cela puisse paraître, tiré d’un roman. Le film et le livre ont sombré dans l’oubli. Au vu du résultat, il est facile d’en saisir les multiples raisons.

Instant bronzette de voyeur

Tourné à proximité de Cancún, cette production fleure bon l’exotisme et le dépaysement avec ses îles paradisiaques, ses hôtels et ses plages pour touristes, sans compter ses eaux cristallines. Bref, le parfait paysage de carte postale qui ne demande qu’une étincelle, ou plutôt une dent de squale, pour se transformer en un enfer tropical. De prime abord, c’est ce que l’on pourrait escompter, et ce, en dépit d’un scénario ultra-prévisible. Seulement, la tonalité du présent métrage est tout autre, pour ne pas dire complètement aux antipodes de ce que l’on est en droit d’attendre. En effet, sous ses atours de survival animalier opportuniste, ne se dissimule ni plus ni moins qu’un film érotique soft.

Certes, on connaît le premier genre pour afficher de jeunes femmes à la plastique aguicheuse et légèrement vêtue. En l’occurrence, la gent féminine est, la plupart du temps, présentée dans son plus simple appareil. Ici, sous couvert de mœurs dissolues et de libération sexuelle post-sixties, on les relègue à des nymphomanes en puissance, jamais les dernières pour un bain de minuit ou expérimenter de nouvelles pratiques sur un bateau ou sous l’eau. Hormis des regards langoureux, des sourires en coin et des réparties d’une rare indigence, Tintorera se distingue uniquement par sa vacuité et sa stérilité narrative. Incapable de raconter une histoire, pourtant d’une extrême simplicité, l’évolution se veut répétitive et incohérente.

Un plan à trois sous l'eau !

On nous ressasse encore et toujours les mêmes techniques de drague miséreuses, les séances de jambes en l’air entre deux coupes de champagne et des considérations dignes d’un acteur porno en pleine révélation spirituelle. Au-delà d’un tel degré de détresse scénaristique, il est difficile de ne pas entrevoir ce machisme ambiant omnipotent. En plus d’être reléguée au rang d’objet sexuel, la femme est également vénale, délurée, idiote, lâche et irresponsable. Preuve en est tout au long du métrage où son image dégradante se décline dans chaque personnage féminin, chaque situation. Un traitement pathétique et, si besoin est de le préciser, totalement erroné.

Et les requins dans tout ça ? On nous inflige des stock-shots et des plans sous-marins sans âme. À noter que les animaux à l’écran sont réels. Au vu du réalisme de leur mise à mort et de l’aspect fauché d’une telle production, il est à craindre que leur trépas ait réellement eu lieu, ainsi que celle de la raie. Une constatation qui présageait déjà de Cannibal Holocaust et autres étrons où l’on faisait fi des droits des animaux. Déplorable en tout point. Quant au fameux Tintorera, on se retrouve avec un requin-tigre bien malingre compte tenu des descriptifs et des rumeurs qui courent à son sujet. De plus, la confrontation finale est expédiée à la va-vite, sans transition aucune.

Les parties de jambes en l'air ne sont plus ce qu'elles étaient...

Dans un style différent que les productions SyFy et Asylum, Tintorera est une sacrée immondice cinématographique. Ici, la nullité abyssale du scénario se dissimule sous les atours d’un film érotique soft où l’on ne se prive guère d’avilir l’image de la femme. Si l’histoire tient sur un timbre-poste, les propos véhiculés le sont également. Véritable pamphlet misogyne, on nous dessert les mêmes séquences de «séduction» avant de se lancer dans des ébats purement intéressés. On en oublie les requins qui ont droit à un traitement ignoble, notamment lors des chasses sous-marines. Aussi misérable qu’affligeant dans ce qu’il présente et ce qu’il suggère, Tintorera se targue d’une publicité mensongère pour vanter un navet miteux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Amityville 2 : Le possédé
Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait...
Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
Cette critique contient quelques spoilers Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander...
Le vol noir
Hormis le chef d’œuvre d’Hitchcock et précurseur dans son domaine, peu de productions animalières ont choisi les oiseaux dans leur bestiaire. Moins impressionnant qu’un squale, moins vorace qu’un crocodile ou moins féroce qu’un fauve... Il est difficile de dénicher des films dans cette thématique, a fortiori de qualité. Après L’écorché , film d’horreur...
L'Effet Papillon 2
Mais pourquoi diable les producteurs ont-ils choisi de faire une suite Direct-to-video à l'excellent Effet Papillon alors que ce dernier avait rencontré un énorme succès, tant public que critique? Une décision d'autant plus incompréhensible que la fin du premier film telle qu'elle apparaissait dans le Director's cut n'ouvrait pas la porte à une suite et que pour obtenir une...
Final Exam
*Attention cette critique contient des spoilers* Le Slasher , mine de rien, est un genre cinématographique délicat. Bien fait, ça nous donne des classiques comme Black Christmas , Halloween ou Scream , mais dès qu'un grain sable vient enrayer la machine, il devient difficile d'éviter la catastrophe. Attention chérie, ça va couper... Sur un campus, un tueur mystérieux décime un par un les membres...