Voir la fiche complète du film : La Véritable Histoire de Blanche-Neige (David DeCoteau - 2012)

Véritable Histoire de Blanche-Neige, La

Une véritable histoire de Blanche-Neige qui fait préférer n'importe quelle autre adaptation du conte des frères Grimm...
Publié le 4 Février 2013 par GeoffreyVoir la fiche de La Véritable Histoire de Blanche-Neige
4
Forêt
Sincères félicitations, mon gars. Tu as fait du bon boulot et j'espère que tu as été rémunéré en conséquence. Je te souhaite également de travailler un jour à un niveau plus élevé de production, car tu as du talent, et ce serait gâcher que de le laisser moisir dans les tréfonds du cinéma de série Z.
Non, je ne m'adresse pas à l'inénarrable David DeCoteau (D.D. pour les intimes). Ces compliments sont pour le maquettiste qui a réussi à concocter un superbe visuel à partir d'un film aussi naze. Certes, sa jaquette n'a strictement rien à voir avec le contenu du nouveau métrage du plus célèbre des réalisateurs homosexuels, mais qui s'en soucie ? Le visuel est accrocheur, ça va faire vendre des DVD, que demander de plus (quand on est producteur) ? Que le film soit bon ? Oh, l'autre, hé ! Tu ne veux pas non plus qu'ils engagent un scénariste et des comédiens ? Et pourquoi pas un réalisateur talentueux tant que tu y es ?
Pfff, j'vous jure, le spectateur demande vraiment l'impossible de nos jours...


Attention ! Mort violente à base de taches de ketchup !

Blanche est une adolescente rebelle et perturbée. Sa belle-mère propose alors de l'envoyer dans un camp disciplinaire et c'est ainsi que la jeune fille se retrouve littéralement kidnappée pendant son sommeil. Au beau milieu de la forêt et en compagnie de sept autres jeunes, le camp devient le théâtre d'une série de meurtres...

La véritable histoire de Blanche-Neige (ouh, le vilain titre mensonger !) se propose donc d'être une sorte de relecture moderne du célèbre conte des frères Grimm. Quoique relecture n'est pas tout à fait le mot qui convienne, puisque en guise de relecture, les seules références à l'histoire d'origine se font au travers d'une pomme négligemment offerte à l'héroïne, d'une belle-mère acariâtre, d'un miroir servant à illustrer sa schizophrénie et de quelques noms de personnages glissés de-ci, de là. Pour le reste, circulez, il n'y a rien à voir. Pas de nains, pas de sorcière et pas de prince charmant. Le film se présente plutôt comme un slasher bas-de-gamme, avec tueur mystérieux à la clef (enfin, mystérieux...) et morts à la chaîne.
Cela dit, ne vous attendez pas à un déluge gore ou à des séquences de suspense insoutenables : comme souvent chez D.D., c'est mou à en pleurer.


Quand il fait bleu, paraîtrait que c'est la nuit...

Mais D.D. n'est pas le seul responsable du désastre, la scénariste Barbara Kymlicka porte également sa part de responsabilité. Déjà, son script est idiot, mais en plus les rares références au conte originel sont tellement intégrées au forceps qu'elles en deviennent ridicules (sauf le coup du miroir, plutôt bien vu). Et puis, ce final... Je ne vais pas en parler, histoire de ne pas spoiler, mais sachez qu'il fait exactement tout le contraire de ce qu'il faut faire.

Au rayon acting, c'est plat comme l'encéphalogramme du bulot. Eric Roberts assure ses trois scènes en faisant le minimum syndical, tandis que Shanley Caswell tente d'y croire au milieu de ses condisciples amorphes.
Petite mention tout de même à Maureen McCormick, impeccable en belle-mère inquiétante, même si n'est pas Charlize Theron qui veut...


D'ailleurs, Eric en est tout contrit...

Bref, vous l'aurez compris, La véritable histoire de Blanche-Neige est un navet ennuyeux qui ne vaut que sa par sa belle jaquette et ses effets nocturnes aussi désastreux qu'amusants (Gosh ! Jamais une nuit n'aura autant ressemblé à une journée ensoleillée filmée sous un filtre bleu !).

Après le Blanche-Neige de Tarsem Singh et le trip heroic-fantasy de Rupert Sanders, vous en reprendrez bien une petite pincée avec la version made in D.D. ? Non ?! Et bien tant mieux !
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

L'Emprise du mal
Dans les années 2000, l’Espagne nous avait offert des talents et des films qui font à présent partie des plus belles perles du cinéma de genre. Depuis, ce déferlement d’excellence semble s’être amoindri. La vague se retire et laisse dans son sillage des productions plus ou moins passables, voire carrément dispensables. Qu’il s’agisse de l’horreur, du...
A Girl Walks Home Alone at Night
Récompensée du Prix Kiehl's de la Révélation au Festival du cinéma américain de Deauville de 2014, Ana Lily Amirpour ( The Bad Batch ) tentait pourtant un pari risqué en donnant à son métrage des aires de film d’auteur sur fond de romance vampirique. Combinaison alléchante ou rebutante, au choix. Qu’importe, car la réalisation inspirée et le bon goût de sa narration méritent que l...
Sand Sharks
Depuis le début de la décennie 2010, on dénote une certaine propension à fournir des bestioles aussi moches qu’aberrantes dans le domaine du film de requins-tueurs. Plus rares, pour ne pas dire inespérées, sont les occurrences à faire montre d’un côté respectueux du genre, à défaut d’en exploiter les qualités. Dans cette logique, on peut même regretter les sombres petits...
Evidence
Malgré les nombreuses critiques négatives récoltées par Phénomènes paranormaux , Olatunde Osunsanmi ne se laisse pas décourager si facilement et poursuit l’exploration du found-footage avec Evidence , thriller à la lisière de l’horreur qui sort directement en DVD. Véritable phénomène depuis la fin des années 1990, les faux documentaires déboulent régulièrement avec un niveau de qualités variables...
Blair Witch
S’il n’est pas le précurseur du found-footage, Le projet Blair Witch est parvenu à donner l’élan nécessaire à ce sous-genre pour se démocratiser. Il en résultait quelques bobines intéressantes et malheureusement de nombreuses dérives mercantiles aussi creuses qu’une coquille d’œuf vide. En général, on apprécie ou on déteste. Dans pareil cas, il n’existe pas de...