Voir la fiche complète du film : X-Men Origins : Wolverine (Gavin Hood - 2009)

X-Men Origins : Wolverine

Une préquelle à la saga X-men qui approfondit des évènements déjà évoqués dans le 2. Pas vraiment utile mais agréable et divertissant...
Publié le 17 Décembre 2012 par GeoffreyVoir la fiche de X-Men Origins : Wolverine
6
Mutant

Le passé de Logan/Wolverine ayant déjà été longuement évoqué dans X-men 2 , était-il réellement nécessaire d'y revenir une nouvelle fois? Poser la question c'est bien sûr y répondre, même si la création du plus célèbre des mutants reste un sujet en or... De plus, la volonté commerciale clairement affichée par la Fox avait déjà voué ce X-Men Origins : Wolverine à l'enfer des critiques avant même que le premier coup de manivelle ait été donné.
Toutefois, les présences de l'oscarisé Gavin Hood à la réalisation, de l'inusable Hugh Jackman en Wolverine et du solide Liev Schreiber en Dent de sabre étaient suffisantes pour donner l'envie de s'attaquer à cette vraie/fausse préquelle de la saga X-men.


Le cadrage qui tue...

Deux frères immortels, Logan et Victor, traversent ensemble les plus grands conflits de l'Histoire pour assouvir leur soif de violence. Mais peu à peu, des divergences apparaissent entre eux et ils finissent par se séparer. Logan refait sa vie mais un jour, sa fiancée est assassinée. Fou de douleur, il accepte de participer à un programme ultra-secret visant à le transformer en arme. Après avoir terminé le programme Weapon X, Logan prend le nom de Wolverine et part à la recherche de son frère, responsable de la mort de sa fiancée...


Les frangins s'éclatent...

L'ouverture du film se fait en fanfare avec un superbe générique retraçant les grands conflits de notre Histoire auxquels ont participé Logan et Victor. La caméra virevolte, les frères laissent se déchainer leur violence et les noms défilent. En matière de générique, c'est la grande classe. La suite le sera malheureusement un peu moins.

Si ce spin-off de la franchise X-Men n'est clairement pas le navet espéré par certains, il peut en revanche fièrement s'ériger comme une oeuvre qui ne sert à rien. Le film ne parvient ainsi jamais à se défaire d'une aura d'oeuvre commerciale inutile ainsi que du statut de prétexte à nous présenter toute une galerie de mutants venus faire une brève apparition. On verra ainsi en vrac: le Blob, Cyclope, le prof Xavier, Silver Fox, Gambit, Maverick, etc... Ca fait toutjours plaisir de les voir à l'écran, surtout qu'ils sont plutôt bien retranscrits physiquement, mais s'ils avaient réellement servis à quelque chose celà aurait été nettement mieux. Car hormis Gambit (et encore...), aucun n'a de réelle utilité ni d'influence sur le déroulement de l'histoire. Notons également que le look de Dents-de-Sabre n'a plus rien avoir avec l'horrible apparence qui était la sienne dans le X-men de Bryan Singer. Le personnage incarné par Liev Schrieber est ici beaucoup plus sobre et infiniment plus classe que le Cro-Magnon en peau de bête interprété par Tyler Mane.


Première apparition de Gambit. Classe ultime!

De fait, le scénario se concentre principalement sur le Duo Wolverine/Dents-de-Sabre et oublie un peu de développer les personnages secondaires. Heureusement, l'intrigue principale s'avère assez prenante malgré qu'une bonne partie de l'histoire ait déjà été racontée dans X-men 2. Tout le mérite en revient aux acteurs principaux (Hugh Jackman et Liev Schrieber), tous deux excellents dans leur rôle. Bestiaux bien comme il faut, solides et impressionnants, les frères ennemis sont la principale raison d'être de cette préquelle par ailleurs peu utile. Car au final il apparaît clairement que peu d'éléments nouveaux sont venus se greffer sur ce que l'on savait déjà. Les seuls ajouts notables concernent la vie affective de Logan et ce n'est pas le point le plus intéressants du film.

Il est probable que les fans hurleront au scandale quant à certains choix artistiques (Wolverine et Dents-de-sabre sont frangins?) ainsi qu'à certains amalgames un peu faciles, mais l'histoire se tient et reste cohérente. Il faudra juste éclaircir certains "mystères" afin de faire le lien avec les 3 autres films X-men, notamment sur Dents-de-Sabre, mais dans l'ensemble le film respecte relativement bien son statut de préquelle.


Logan contre un frankenstein mutant... pas très classe

Ce qui est surtout dommage, c'est d'avoir pris un cinéaste indépendant comme Gavin Hood et de l'avoir relégué au simple rang de "faiseur de blockbuster". Car dans X-Men Origins : Wolverine, rien ne permet de distinguer la patte du réalisteur Sud-Africain. N'importe quel cinéaste aurait pu faire un film identique sans que celà ne gêne personne. Gavin Hood ne sert donc pas à grand-chose ici même si paradoxalement il n'a pas énormément à se reprocher. Sa réalisation est correcte, fluide et même parfois ingénieuse.
Par contre il y a tout de même une carence du film que l'on peut lui imputer, c'est la psychologie des personnages. La souffrance de Logan n'est pas vraiment bien rendue et ne prend jamais aux tripes alors que le bonhomme se laisse tout de même guider par elle. Hugh Jackman fait son boulot correctement mais l'émotion a du mal à passer face à la caméra de Gavin Hood.


Comme vous le voyez, ça pête quand même bien!

Mais malgré tous ses défauts, X-Men Origins : Wolverine ne méritait clairement pas la volée de bois vert qu'il a dû essuyer à sa sortie. Le film reste plaisant et vraiment divertissant sans jamais être ennuyeux ou prétentieux. Un bon gros film pop-corn, voilà ce qu'est en résumé X-Men Origins : Wolverine, ni plus, ni moins.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
Le Silence des Ombres
Cara, une brillante psychiatre qui possède une prédilection pour analyser les personnalités multiples, se voit confier par son père un cas des plus étonnants. David est assailli par les identités d'individus censés être assassinés il y a de cela de nombreuses années. Devant l’unique opportunité qui se présente à elle, Cara enquête sur David ainsi que son passé. Mans Marlind et son...
Sulfures: Don't Let Him In
**Attention, cette chronique contient des spoilers**. Afin de se mettre au vert quelques jours, un riche héritier accepte d'accompagner une jeune femme, connue la veille, le frère de cette dernière et sa fiancée, à la campagne, le temps d'un week-end censé être reposant. Tandis que la population locale évoque avec crainte un tueur en série sévissant dans les bois, le quatuor découvre un homme...
Amityville : La malédiction
À l’aube des années 1990, la saga Amityville semble essoufflée. Malgré quelques modestes bonnes idées pour relancer la franchise, le mystère du 112 Ocean Avenue est en perte de vitesse. La banalisation de l’affaire et la qualité incertaine des dernières suites se liguent contre la série de films. Il en résulte des productions assez opportunistes qui s’essayent à différents...
Poseidon Rex
Quand on parle dinosaures au cinéma, on songe inévitablement à Jurassic Park et Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle. Le reste appartient au domaine du bis ou de l’anecdotique selon l’importance des reptiles à l’écran. En cela, d’autres productions notables évoquant des dinos les relayent sur le plan secondaire, comme King Kong ou Voyage au centre de la Terre . Mais l...