Voir la fiche complète du film : Zombie Lover (Deagol Brothers - 2008)

Zombie Lover

A l'aube d'un bel été qui s'annonce, une bande d'adolescents est victime de la disparition de Wendy. Oeuvre originale et réussie, qui devrait trouver son public.
Publié le 12 Juin 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Zombie Lover
6
Zombie
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

A l'aube d'un bel été qui s'annonce, une bande d'adolescents est victime de la disparition de Wendy, la fille la plus populaire du collège. Après la fin de longues recherches et son enterrement, ses amis tentent de faire face à ce drame inattendu.

Le thème du mort-vivant est de nouveau porteur (cf le retour en grâce de Romero à Hollywood, la bonne santé de la saga Resident Evil et la série événement The Walking Dead).
La plupart du temps traité sur le mode horrifique, le personnage du zombie a depuis quelques années était abordé différemment. Drôle pour les britanniques de Shaun of the Dead, carrément enfantin avec Fido, le zombie ne cesse de développer son jeu d'acteur, démontrant une pluralité que peu lui auraient accordé il y a encore une décennie. Cette richesse peut encore évoluer, comme on pourra le constater avec Make-Out with Violence, premier métrage des frères Deagol.

Après la disparition subite de Wendy, les réactions de ses amis sont différentes, mais tous ont du chagrin. Patrick, secrètement amoureux d'elle, n'en revient pas lorsque ses deux frères ramènent la disparue, devenue une morte-vivante. Submergés par des sentiments contradictoires : le dégoût de ce nouvel état et le plaisir de ces singulières retrouvailles, les trois garçons décident de cacher Wendy et de s'en occuper.

Entre les séances de nettoyage et de repas, les réalisateurs pouvaient facilement dériver vers une comédie potache à la American Pie.
D'ailleurs, le titre du film pour sa distribution française, Zombie Lover, incite à la méfiance (probable choix pour surfer sur le succès d'un Zombie Honeymoon). Néanmoins, le doute est vite levé devant l'attachement du scénario au caractère de ses héros. Ceux-ci, avec leurs craintes et leurs doutes respectifs, se rapprochent davantage de la veine des personnages de Juno, Donnie Darko et autres Ghost World. Pas téméraires ni héroïques, Patrick et sa bande reflètent un univers adolescent plutôt dépressif et fragile, dont la rencontre avec un élément fantastique va bouleverser à tout jamais leur vie !

Le film évoque donc le rapport ambigu entre l'être humain et les morts. Déjà exposé par Romero dès son premier chef d'oeuvre : La Nuit des Morts-Vivants (le frère de Barbra et la fille du couple se transforment en zombies), ce dilemme opposant l'inné de l'Homme (son instinct de survie) et l'acquis (l'amour, la pitié) sont ici les bases de la réflexion des héros, incapables de faire leur deuil.

Ce qui s'apparente au départ à un acte rebelle propre à leur âge (refus d'obéir aux lois, ici celle du cycle de la vie) se poursuit par une forme de fétichisme malsain. Ainsi, Wendy apparaît comme une poupée morbide dans les bras de Patrick, qui la lave, l'habille et la nourrit avec un soin qui passe rapidement du courage à la déviance.
A mesure que Patrick s'enterre dans les ténèbres, son frère jumeau renaîtra à la vie dans les bras de la meilleure amie de Wendy, preuve qu'un même drame sera systématiquement vécu de manière totalement différente par les êtres humains (énième manière de démontrer la complexité de notre espèce).

Vous l'aurez compris, hormis la séquence du rat, Zombie Lover n'oeuvre pas dans le visuel sanguinolent. L'ambition des cinéastes, dont on devrait reparler dans le cinéma indépendant ces prochaines années, est avant tout de parler du mal-être adolescent.

Souvent perdu entre deux générations (des émotions d'adultes encore fragilisées par des comportements enfantins), l'adolescent de ce métrage n'a rien d'extraordinaire, et c'est ce qui lui donne cette fraîcheur et cet aspect véridique qu'il conservera tout au long de ce film, drame intimiste dont l'interprétation est le point fort, agrémentée par une bande originale électro-rock assez planante et un épilogue dans l'esprit du long-métrage, dur mais logique.
Manquant parfois de rythme et n'évitant pas certaines longueurs dans ses dialogues, Make-Out with Violence, film davantage mélancolique que sombre (cf sa photographie très lumineuse), est une oeuvre originale et réussie, qui devrait trouver son public.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Stripped Naked
Lorsque Cassie danseuse exotique tombe sur une transaction de drogue qui tourne mal : elle vole l'argent et la drogue pensant qu'elle a maintenant les fonds nécessaires pour réaliser son rêve et aller reconstruire une nouvelle vie à Paris. Mais attendre trois jours pour obtenir son passeport s'avère plus difficile qu’elle le pensait quand tout le monde qu'elle connaît : son ex-petit ami, son...
Béhémoth - Le Monstre des abîmes
De toutes les productions SyFy sorties, Maneaters Series a exploité le survival animalier sous toutes ses formes. Bien que modestes, certains films ont créé la surprise avec une approche relativement honnête du genre, comme l’a démontré L’instinct du chasseur . Insectes, félins, rapaces, dinosaures, requins et autres prédateurs se sont succédé sous la caméra de cinéastes plus ou moins...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Aliens vs. Predator : Requiem
Après la vision du film des Frères Strause, difficile de ne pas rehausser un peu le niveau déjà pas très élevé du film de Paul Anderson, spectacle divertissant (et encore…) mais qui n’exploitait pas particulièrement les possibilités que lui offraient les deux franchises de la 20th Century Fox, Alien et Predator. Et ce n’est pas avec ce Requiem que la donne va donc changer. En effet, même avec la...
Peur Bleue
Peur Bleue , alias Silver Bullet pour le titre en v.o., nous entraîne dans un petit bled du nom de Tarker’s Mills comme Stephen King les aime tant avec ses habitants sympas, ses jeunes ados et pré-ados qui n’hésitent pas à prendre leur courage à deux mains pour faire face au danger et ces parents incrédules et/ou alcoolo (on salue la prestation désabusé de Gary Busey !). Bref, du Stephen King pur...