Liste des Critiques pour Aliens : Le Retour

Aliens : Le Retour
Année: 1986
Réalisateur: James Cameron
Musique: James Horner
Durée: 137 min /154 min (VL)
Budget: 18 000 000 $
Pays: États-Unis
Appartient à la série:

Il n'y a aucune critique enregistrée pour ce film. Vous pouvez aussi ajouter votre critique !

Fright Night
Grâce, ou à cause de Twilight , les vampires sont revenus à la mode. Depuis quelques années, on en bouffe jusqu'à plus faim et même si parfois les surprises sont assez savoureuses, il y a d'innombrables déchets, dont la saga inventée par Stephenie Meyer . Néanmoins, après des films comme 30 jours de nuit ou Daybreakers , on peut espérer avoir un film de vampires qui tient la route et qui...
L'asile
Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible...
Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
Vampire University
Le film de vampires a souvent été maltraité. Figure de proue du cinéma horrifique et créature légendaire maléfique, le vampire a connu moult changements, autant morphologiques que psychiques. Bête déchue dans Nosferatu , monstre sanguinaire dans 30 Jours de Nuit , être machiavélique dans Dracula , amoureux transi dans Twilight , le vampire a pris cher depuis quelques années, devenant un phénomène...
The Crucifixion
Tout comme Alexandre Aja, Xavier Gens s’est détourné des productions françaises pour des raisons évidentes. En matière de cinéma de genre, l’hexagone n’a jamais été aussi frileux à concrétiser des projets d’envergure. Bien que modeste dans ses moyens, The Divide parvenait à tirer parti d’un huis clos âpre et angoissant sur fond d’apocalypse nucléaire. Depuis,...