Voir la fiche complète du film : And now the screaming starts! (Roy Ward Baker - 1973)

And now the screaming starts

Une ghost-story gothique qui occulte l’esthétisme d’un genre à part entière tout en négligeant son intrigue et l’impact sur le spectateur. Parfois incohérent, souvent frustrant. Un film bancal qui n’exploite guère le potentiel d’une telle histoire au XVIIIe siècle.
Publié le 28 Mai 2017 par Dante_1984Voir la fiche de And now the screaming starts!
4

L’âge d’or de la Hammer s’est étalé du milieu des années1950 vers le début des seventies. La firme britannique déploie une impressionnante collection de films de genre allant du chef d’œuvre à la production anecdotique. Alors en concurrence directe, Amicus joue davantage sur un registre moderne, sans pour autant délaisser une signature toute british dans ses longs-métrages. And Now The Screaming Starts! tente une incursion dans le cinéma gothique. On s’attend à une esthétique évidente tant dans la réalisation que dans l’intrigue. Le raffinement aristocratique du XVIIIe siècle est-il au rendez-vous?

Ça, c'est pas de la nature morte !

On reproche parfois à de nombreux films d’épouvante (ou dans d’autres genres horrifiques) de s’éterniser en palabres inutiles. Une surexposition des protagonistes, du contexte, un développement déséquilibré de l’ambiance, un rythme anarchique... Mais l’on suit généralement une trame parfaitement établie qui tend à susciter l’effroi en montant crescendo dans l’angoisse. Enfin, quand l’alchimie fonctionne. Or, le présent métrage fait exactement l’inverse. Il démarre sur les chapeaux de roues en ne laissant guère de temps à l’intrigue ou aux différents intervenants de dévoiler toutes leurs subtilités. Dès les premières minutes, l’on est témoin de phénomènes paranormaux.

En soi, ce ne serait pas un mal si l’histoire tenait la route sur la longueur sans se perdre dans une facilité toute lénifiante. L’on ne s’ennuie guère, mais imposer d’emblée tant d’éléments majeurs fait s’essouffler bien vite l’intérêt même du récit. D’une part, il n’y a aucune tension psychologique. On demeure dans une approche démonstrative pas forcément adéquate pour une ghost-story qui souhaite s’intégrer dans un registre traditionnel. D’autre part, les interventions spectrales apparaissent comme inopportunes et peu propices à mettre en valeur lesdites séquences. Là où certaines productions se parent d’un certain cachet et se bonifient avec le temps, celle-ci pâtit d’effets spéciaux vieillissants.

La mariée était en blanc (et armée)

Les subterfuges sont faciles (tableaux qui tremblent, portes qui claquent...) et l’interprétation par trop insistante de certains acteurs enlève le peu de crédit qu’on aurait pu leur apporter. Des gestes trop rigides, des comportements décalés ou pas forcément dans le ton. Ce n’est pas récurrent, mais la réalisation un rien désuète accentue cette impression qui survient à intervalles irréguliers. En particulier, quand les personnages sont soumis à de fortes tensions. Et c’est sûrement sur ce point que le film de Roy Ward Baker déçoit. Il ne communique rien. Aucune émotion; pas plus d’empathie ni d’effroi. Si l’on peut y voir un début d’explications avec les raisons précédentes, la seconde partie ne fait que le confirmer.

Car à force de tout déployer d’une manière relativement maladroite et convenue, And Now The Screaming Starts! n’a presque plus rien à raconter. Il faut l’intervention tardive de Peter Cushing pour enquêter. Malgré sa prestance, les révélations d’une malédiction n’ont que peu d’effets sur la suite des événements puisqu’il est déjà trop tard pour les empêcher. C’est comme si l’on présentait le problème à l’envers, mais qu’au final, les conséquences surviennent avant les causes. Et ce n’est pas le portrait familial qui parvient à inverser la tendance. Tout juste a-t-on droit à une pale resucée du Chien des Baskerville quant à la justification de la hantise.

L'amour rend aveugle... et manchot

Si l’enrobage peut révéler quelques atours d’un classique du cinéma gothique, And Now The Screaming Starts! n’en possède que les apparats. Après un démarrage précipité, l’intrigue ballotte cahin-caha entre un rythme inégal et une atmosphère peu immersive. L’approche trop explicite et maladroite fait se succéder les scènes sans générer la moindre subtilité psychologique quant à l’aspect fantastique de l’histoire. On occulte même quelques explications essentielles tout en exploitant sans conviction les artifices à disposition. Les tableaux, la main coupée, sans oublier l’importance de l’héritage du spectre qui relève presque de l’imposture. Globalement décevant, tant dans ses ambitions que dans le résultat final.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

The creature below
Lorsqu’on évoque des créatures aquatiques monstrueuses, on songe immanquablement au survival animalier. Un genre déjà suffisamment fourni en aberrations cinématographiques. Issus d’imaginaires dérangés, d’époques reculées, voire d’une autre planète, les producteurs n’ont de cesse d’exploiter insidieusement les endroits les plus inhospitaliers et méconnus de la...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
L'Emprise du mal
Dans les années 2000, l’Espagne nous avait offert des talents et des films qui font à présent partie des plus belles perles du cinéma de genre. Depuis, ce déferlement d’excellence semble s’être amoindri. La vague se retire et laisse dans son sillage des productions plus ou moins passables, voire carrément dispensables. Qu’il s’agisse de l’horreur, du...
Wolfcop
Lou est policier dans une bourgade quelconque du Canada. Alcoolique et paresseux, il est toujours en retard, ce qui lui vaut d’être constamment rappelé à l’ordre par son supérieur et d’être ridiculisé face à l’efficacité de sa collègue Tina. Pilier de comptoir du rad local où il échoue régulièrement pour étancher sa soif et draguer la serveuse sans succès, Lou est chargé par son chef d’aller...
Puppet Master
Les poupées, au même titre que les requins, les serpents, les fantômes et les psychopathes, font partie du folklore et du paysage cinématographique d'horreur. Sont-elles l'objet d'un fantasme inavoué ? Je ne saurai répondre à cette question. Cependant, elle représente un danger potentiel, car malgré leur faiblesse, elles sont petites et peuvent en silence se faufiler partout. On se...