Voir la fiche complète du film : Dracula (Francis Ford Coppola - 1992)

Dracula

Une adaptation à la lettre du roman de Bram Stoker. Visuellement, c'est un régal. Pour le reste, c'est un poil décevant...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Dracula
7
Vampire

L'histoire: L'histoire, je ne vous ferai pas l'affront de vous la raconter une fois de plus. Si vous n'avez pas vu le film (ou en tout cas un film de Dracula) ou lu le bouquin, vous en avez sans doute déjà entendu parlé tant Dracula est un mythe, aussi bien littéraire que cinématographique.

Nombreux sont les réalisateurs qui se sont frottés au roman fleuve de Bram Stoker. Le premier fut Tod Browing en 1931. Le compte Dracula pris alors les traits du célèbre Bela Lugosi. Puis en 1958, la firme "Hammer" pris les choses en main et Terence Fisher s'attaqua au vampire avec une éblouissante composition de Christopher Lee (oui, oui, Sarouman dans Le Seigneur des Anneaux). D'autres films virent le jour mais restent assez anecdotiques. Passons donc au film de Coppola...

Coppola s'est appliqué à respecter presque à la lettre le roman de Stoker. En effet, le film ne nous compte pas seulement les méfaits du compte mais aussi son histoire d'amour hors du temps avec Elisabeta/Mina Murray. C'est l'élément central de l'histoire. Transcendé par rapport aux autres films de Dracula, on peut dire que Coppola a fait du bon boulot au niveau de l'histoire.
La réalisation est, elle aussi, impeccable. Même si par moment, elle se fait un peu trop "consensuelle", Coppola nous offre des plans plutôt bien pensés dans l'ensemble. Les décors y sont pour beaucoup dans la réussite du film. Une esthétique gothique assez soignée (vu l'époque, c'était un peu normal me direz-vous) parvient à instaurer un climat parfois bien flippant. N'étant pas non plus un spécialiste en la matière, certains y trouveront sûrement à redire, mais qu'importe.
Les effets spéciaux dans l'ensemble ne sont pas mauvais. Les maquillages du compte Dracula sont soignés et ses transformations assez bien rendues. Le sang coule à flots par moment tout en restant discret (ce n'est pas un film gore non plus).

Alors, le Dracula de Coppola tient la route ? Malheureusement pas tout le temps. Les acteurs n'y mettent pas vraiment du leur. Keanu Reeves semblent parfois un peu à l'ouest. Anthony Hopkins s'en sort un peu mieux. Winona Ryder n'était sans doute pas la meilleure actrice pour jouer le rôle mais bon. Signalons toutefois la performance de Gary Oldman qui réussit par moment à faire de l'ombre aux illustres Bela Lugosi et Peter Cushing.

Sinon, globalement le film se laisse regarder gentiment. Le spectacle est plaisant. Il n'y a pas trop de temps morts et l'histoire est assez intéressante à suivre. Au final, un film qui ne trahit pas tant que ça le mythe et qui ravira les fans du compte pas trop tatillons.

Autres critiques

Alcatraz
Alcatraz a déjà été la figure de proue du monde cinématographique. On songe notamment à Rock, Meurtre à Alcatraz ou L'évadé d'Alcatraz pour ne citer que les plus connus. Hormis des séries telles que Prison break ou Oz, l'univers carcéral est assez peu usité à la télévision. Aussi, le mariage de la célèbre prison sur un support qui permet une certaine largesse (surtout sur la longueur...
Halloween
S’il y a un remake qui était attendu au tournant à sa sortie, c’était bien celui du cultissime HALLOWEEN de John Carpenter. Comme pour bon nombre de remakes, on se demandait en toute légitimité ce qui pouvait bien justifier une telle entreprise, le film de John Carpenter n’ayant pas trop pris de rides et son statut de classique du genre n’étant plus à remettre en jeu. Mais...
The Creeps
Au rayon grosse débilité profonde, je voudrais The Creeps de Charles Band de chez Full Moon. Les grandes figures monstrueuses de la littérature ont inspiré plus d'une fois les amateurs de bis et de films d'horreur. En témoigne les différentes adaptations du monstre de Frankenstein de Mary Shelley, de Dracula de Bram Stoker ou encore de la momie et du loup-garou. D'ailleurs, même les...
ABC of Death
Quand on veut faire un film à sketches, il faut une idée de base cohérente et claire. Si Creepshow s’est fait, c’est grâce à la BD de Bernie Wrightson. Si on a eu Deux Yeux Maléfiques , c’était pour présenter deux fils sur la mort de façon très différente. Si on a eu V/H/S , c’était pour mettre en avant de vieux films horrifiques sur ce support culte. Bref, tout cela part...
Reeker
En 2005, date de la sortie de Reeker , le réalisateur Dave Payne n'était connu comme réalisateur que grâce à des "oeuvres" telles que Alien Terminator ou La famille Addams: Les Retrouvailles (Ouch!). C'est dire si le voir aux commandes d'un slasher mâtiné de survival n'avait rien d'excitant. Et pourtant, Reeker créa la sensation dans les divers festivals où il fut présenté et c'est donc nanti d'...