Voir la fiche complète du film : Dracula (Francis Ford Coppola - 1992)

Dracula

Une adaptation à la lettre du roman de Bram Stoker. Visuellement, c'est un régal. Pour le reste, c'est un poil décevant...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Dracula
7
Vampire

L'histoire: L'histoire, je ne vous ferai pas l'affront de vous la raconter une fois de plus. Si vous n'avez pas vu le film (ou en tout cas un film de Dracula) ou lu le bouquin, vous en avez sans doute déjà entendu parlé tant Dracula est un mythe, aussi bien littéraire que cinématographique.

Nombreux sont les réalisateurs qui se sont frottés au roman fleuve de Bram Stoker. Le premier fut Tod Browing en 1931. Le compte Dracula pris alors les traits du célèbre Bela Lugosi. Puis en 1958, la firme "Hammer" pris les choses en main et Terence Fisher s'attaqua au vampire avec une éblouissante composition de Christopher Lee (oui, oui, Sarouman dans Le Seigneur des Anneaux). D'autres films virent le jour mais restent assez anecdotiques. Passons donc au film de Coppola...

Coppola s'est appliqué à respecter presque à la lettre le roman de Stoker. En effet, le film ne nous compte pas seulement les méfaits du compte mais aussi son histoire d'amour hors du temps avec Elisabeta/Mina Murray. C'est l'élément central de l'histoire. Transcendé par rapport aux autres films de Dracula, on peut dire que Coppola a fait du bon boulot au niveau de l'histoire.
La réalisation est, elle aussi, impeccable. Même si par moment, elle se fait un peu trop "consensuelle", Coppola nous offre des plans plutôt bien pensés dans l'ensemble. Les décors y sont pour beaucoup dans la réussite du film. Une esthétique gothique assez soignée (vu l'époque, c'était un peu normal me direz-vous) parvient à instaurer un climat parfois bien flippant. N'étant pas non plus un spécialiste en la matière, certains y trouveront sûrement à redire, mais qu'importe.
Les effets spéciaux dans l'ensemble ne sont pas mauvais. Les maquillages du compte Dracula sont soignés et ses transformations assez bien rendues. Le sang coule à flots par moment tout en restant discret (ce n'est pas un film gore non plus).

Alors, le Dracula de Coppola tient la route ? Malheureusement pas tout le temps. Les acteurs n'y mettent pas vraiment du leur. Keanu Reeves semblent parfois un peu à l'ouest. Anthony Hopkins s'en sort un peu mieux. Winona Ryder n'était sans doute pas la meilleure actrice pour jouer le rôle mais bon. Signalons toutefois la performance de Gary Oldman qui réussit par moment à faire de l'ombre aux illustres Bela Lugosi et Peter Cushing.

Sinon, globalement le film se laisse regarder gentiment. Le spectacle est plaisant. Il n'y a pas trop de temps morts et l'histoire est assez intéressante à suivre. Au final, un film qui ne trahit pas tant que ça le mythe et qui ravira les fans du compte pas trop tatillons.

Autres critiques

I, Frankenstein
Contrairement à ce que son titre pourrait laisser entendre, I, Frankenstein n’est pas une énième adaptation du célèbre roman de Mary Shelley mais celle d’une bande dessinée qui s’en inspire. L’action se déroule après que la créature ait assassiné l’épouse de son maître et dérobée le manuscrit faisant état de ses expériences. Elle fuit vers les territoires du grand nord, poursuivie par son...
Monster Man
Adam est sur la route pour rejoindre la fille qu'il aime depuis toujours sans jamais avoir eu le courage de lui avouer, Betty-Anne. Il découvre rapidement que son "meilleur" ami s’est joint à lui, pour son plus grand malheur. Mais les deux compères sont vite pris en chasse par un Monster Truck conduit par une créature bien décidée à en finir avec eux... Monster Man est un film...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
Brynhildr in the Darkness
Avec Elfen Lied , chef d’œuvre incontesté, Lynn Okamoto offrait à l’animation japonaise l’une de ses plus sombres et poignantes histoires. Une petite dizaine d’années plus tard, son successeur connaît également une adaptation télévisée. Sans être une suite directe, il est facile d’y déceler la patte graphique et les thèmes exploités par le mangaka. Si Elfen Lied...
L'Homme aux Poings de Fer
Dans un village chinois méconnu, un forgeron voit se manifester les velléités de gangs rivaux pour un convoi d'or qui ne tardera pas à arriver. Les tensions s'exacerbent d'un côté et de l'autre tandis qu'il attend patiemment son heure. Premier long-métrage du rappeur RZA (Wu-Tang clan), L'homme aux poings de fer est un projet qui lui tenait à coeur étant donné qu'il...