Voir la fiche complète du film : Evil Dead 2 (Sam Raimi - 1987)

Evil Dead 2

Une réussite qui imposa définitivement Sam Raimi au panthéon du cinéma d’horreur. Une mise en scène extraordinaire dans laquelle le cinéaste expérimente énormément ce qu’il avait entreprit avec le premier volet pour une pierre angulaire du cinéma gore. A ranger aux côtés d’un Bad Taste, Braindead ou Ré-animator...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Evil Dead 2
8
Forêt Livre Diable et Démon

Considéré par beaucoup comme le chef-d’oeuvre du film gore humoristique, Evil dead 2 jouit encore aujourd’hui d’une réputation à la hauteur de la folie et de la maestria avec laquelle Sam Raimi a donné une suite à son énorme succès de 1982. Près de cinq ans plus tard, nous retrouvons donc notre ami Ash dans une situation extrêmement similaire. D’avantage remake du premier volet que séquelle, ce second film pousse plus loin tout ce qui faisait le succès du premier mais en tournant d’avantage à la dérision et à la folie les scènes les plus improbables. Contenant un lot de scènes cultes indénombrables, des scènes gores désopillantes et une fin restée dans les annales et qui annonce le troisième volet, cet Evil dead 2 fait très vite figure d’indispensable pour tout fan du genre.

L'histoire

Après son premier Evil Dead et lui succès qu'il obtint, Sam Raimi ne s'est pas cassé la tête à pondre un pitch fracassant. Au contraire, doté d'un budget beaucoup plus confortable, Sam Raimi a décidé de mettre les bouchées doubles. Donc, du coup, on prend les mêmes et on recommence !

Attention à ne pas s'y méprendre, le film s'apparente beaucoup plus à une version "améliorée" du premier film qu'à une suite directe du premier film et ce, malgré son titre.

Notre bon vieux Ash (Bruce Campbell, toujours) décide de passer le week-end avec sa petite amie Linda dans une petite maison, perdue au fin fond d'une forêt. Dans la cave de la maison, Ash découvre un étrange manuscrit. C'est le "livre des morts" qui, si l'on évoque à voix haute les incantations contenues dans le livre, permet de donner vie aux démons qui hantent les forêts. Avec le livre, Ash découvre un magnétophone. Sur la bande, le professeur Raymond Knoby parle du livre des morts et de son pouvoir. Il récite aussi de vive voix incantations maléfiques. Bientôt, les démons ne tardent pas à faire leur apparition et à s'emparer de la petite amie de Ash qui n'a d'autre alternative que de tuer cette dernière...

La fille du professeur Knoby débarque avec quelques amis (mis à part le mécano hirsute et sa bourgeoise) et, découvrant l'ampleur du désastre, décident d'enfermer notre pauvre Ash dans la cave. Petite précision, à la mort de sa femme, le professeur Knoby (après l'avoir démembrée, cela va de soit) a enterré sa femme... dans la cave !

ASH POSSEDE PAR UN DEMON... PAS BEAU LE GARS !

 

Une réalisation toujours au top

Le premier Evil Dead était déjà, techniquement, assez abouti. Sam Raimi offrait une mise en scène des plus inventives et aussi des plus dynamiques, grâce à des effets de caméra déments et à un montage excellent. Avec Evil Dead 2, Sam Raimi frappait encore plus fort. La caméra de Sam Raimi voltige et traverse la maison de part en part à une vitesse vertigineuse. "Comment a-t-il fait ça ?" est la question que je me suis longtemps posé à chaque nouvelle vision du film. Et c'est un peu ça qui donne au film ce caché si particulier (la Sam Raimi's touch en gros). On est pris dans un tourbillon de séquences gores, désopilantes, terrifiantes (Ash devenant peu à peu fou lorsque les objets de la maison prennent vie).

Du côté des effets spéciaux

Sam Raimi s'offre les services de quelques bons artisans en maquillage pour les besoins de son Evil Dead 2 et surenchérie dans le gore qui tâche.

Mark Shostrom a été à bonne école et nous offre des effets spéciaux de maquillage très convaincants (pour l'époque). A son palmarès, signalons les effets spéciaux de Phantasm II et III (1988/1994 - Don A. Coscarelli) et From Beyond (1986 - Stuart Gordon). Rick Catizone a lui aussi participé à quelques séries B d'horreur et notamment à Creepshow 2 (Michael Gornik).

Dans l'ensemble, les effets spéciaux sont très réussis. Une mention particulière à la main démoniaque d'Ash qui court dans tous les sens et qui se joue sans arrêt de notre cher Bruce Campbell. Le sang aussi coule à flot. La scène finale voit un démon déverser des litres et des litres de sang après le passage de la tronçonneuse d'Ash.

Bref, si les effets spéciaux du premier Evil Dead faisaient un peu "carton-pâte", ceux d'Evil Dead 2 sont plus convaincants. Peut-être un tantinet moins gores mais bon, on ne va pas chipoter vu la qualité du film.

Faire rire plutôt que faire peur...

L'un des autres aspects du film qui est assez intéressant est le côté humoristique des situations transcendées par rapport au premier film. Evil Dead 2 est en effet beaucoup axé sur l'humour et les scènes cocasses que son prédécesseur. La fameuse scène où Ash en découd avec sa propre main est superbe à ce niveau-là. Donc, si le côté horrifique a été un peu mis de côté par Raimi, il s'est bien rattrapé du côté de l'humour. Un humour qui est présent dans beaucoup de ses films (Evil Dead 3, Spiderman, Mort ou Vif, entre autres) et pour le plus grand bonheur du spectateur.

Une fin toujours originale

Comme dans le premier Evil Dead, la fin est assez originale et nous change de la traditionnelle fin "le gentil gagne, les méchants perdent". Pour Evil Dead 2, Sam Raimi nous offre une fin plus précise que celle du premier Evil Dead. Ash se retrouve parachuté en plein moyen âge et fini par être adulé par les chevaliers du coin, qui l'acclament, voyant en lui une sorte de messie, venu pour les débarrasser des démons qui les envahissent. Je n'en dirais pas plus, rendez-vous dans la partie consacrée au troisième opus de la série : L'Armée des Ténèbres – Evil Dead 3...

 

 

 

 

Autres critiques

Nick Cutter et les Portes du temps
Les dinosaures pour le cinéma (ou la télévision) sont une manne providentielle pour les paléontologues en herbe. A tort, l'on incombe généralement ce centre d'intérêt aux enfants ou jeunes adolescents qui s'étiole au fil des ans. La propension de dessins animés qui les mettent en scène semble confirmer ce malheureux préjugé ( Denver , Le petit dinosaure ou Dinosaures ...). Au regard d'un public...
Un Coup de Tonnerre
Il n'y a rien à faire, malgré que le sujet ait été exploité à de multiples reprises, chaque film abordant le voyage dans le temps et ses conséquences attise encore la curiosité. Il faut dire que les possibilités sont infinies et que voir ce qu'aurait pu devenir notre monde si tel ou tel événement s'était produit reste toujours très excitant. Bien fait, ça peut donner des choses telles...
Pacific Rim
Il est assez intéressant de parler de la genèse de Pacific Rim avant d'entrer dans les détails du film. En effet, deux gros points sont intéressants concernant ce blockbuster, le fait que ce soit une ½uvre originale et le portrait de son réalisateur, Guillermo Del Toro. D'habitude, Hollywood prend très peu de risques avec les blockbusters, préférant lancer une suite de franchise qui fonctionne ou...
Lake Placid Vs. Anaconda
Lake Placid et Anaconda sont deux franchises qui avaient plutôt bien démarré dans les années1990. Sortis sur grand écran, ces divertissements se révélaient sympathiques et généreux à bien des égards. Depuis, chacune de ces sagas a progressivement basculé dans le DTV bâclé à la nullité croissante. Nanti de quatre films respectifs dont la qualité périclitait au fil des ans, la rencontre entre les...
Amityville 1993 : Votre heure a sonné
La production effrénée de suites exige un retour sur investissement immédiat. Peu importe leur pertinence ou leur qualité intrinsèque, pourvu que l’ivresse de la planche à billets fonctionne. Comme de nombreuses sagas cinématographiques, Amityville s’est fourvoyé dans les DTV opportunistes et ne semble guère en mesure d’inverser la tendance. Le concept est essoufflé, mais cela n...