Voir la fiche complète du film : Hush: En route vers l'Enfer (Mark Tonderai - 2009)

Hush: En route vers l'Enfer

Un thriller de bon acabit dans lequel on ne s'ennuie pas et qui va droit au but.
Publié le 13 Septembre 2012 par AqMEVoir la fiche de Hush: En route vers l'Enfer
8
Camion

En Angleterre, on utilise plein de choses pour faire peur comme on a pu le constater dans Eden Lake, mais on a pu aussi voir dans Attack the block où autant les extraterrestres que les petites frappes des banlieues pouvaient se montrer antipathiques.
Dans Hush, on va découvrir que les autoroutes britanniques sont elles aussi mal fréquentées. Sous ses airs de thriller simpliste et déjà vu mille fois, Hush, en route vers l'enfer demeure une réelle bonne surprise, car outre une image léchée et des couleurs blafardes rendant hommage à une angoissante grandissante, le film croque le portrait d'un homme normal qui va tout faire pour sauver sa bien aimée.
Alors, oui, on a déjà vu ça des millions de fois et le film lorgne grandement vers le thriller urbain, mais il possède des petits détails qui en font un film fort sympathique et relativement conseillable.

Le scénario reste vraiment très classique, mais il fait partie de ces films dans lesquels on ne s'ennuie que très rarement. On va suivre un jeune couple en pleine crise (comme c'est souvent le cas dans ce genre de film, regardez Motel par exemple...) et dont la principale discussion est le travail du jeune homme. Ecrivain à ses heures perdues, il a du mal à sortir son premier roman et pour subvenir à ses besoins, il affiche des panneaux publicitaires dans les stations service le long de l'autoroute. Sauf que sa nana, une jolie petite blonde, lui reproche de ne pas se prendre en mains, et ils s'engueulent assez violemment. C'est alors que survient un bouchon, et lorsque la remorque du camion de devant s'entre-ouvre, notre héros croit voir une femme nue dans une cage. Il entreprend alors de prévenir la police et de récupérer un maximum d'indices jusqu'au moment où sa copine disparait et où il va tenter de la sauver.
Le pitch demeure très simple, on se croit dans un croisement entre Motel de Antal et Taken de Morel.
Mais dans ce métrage, le film ne perd pas de temps dans des dialogues insipides ou dans des débats philosophiques et il envoie le pâté dès le départ avec des courses poursuites intéressantes et surtout une tension palpable de tous les instants. Bref, simple, mais pas ennuyeux pour deux sous.

D'ailleurs, la tension est palpable à cause de deux points primordiaux et qui font de Hush un film très intéressant et sympathique. Premièrement, l'ambiance globale du métrage est vraiment très bien rendue, notamment grâce à des couleurs bien choisies qui oscillent entre le jaune, le noir et le gris, mais aussi avec un élément météorologique important : la pluie.
En effet, elle donne une sorte de morosité incroyable au métrage et elle demeure omniprésente, rendant la recherche de la bien aimée plus difficile et surtout plus glissante et stressante. D'ailleurs, Mark Tonderai, le réalisateur a fait un travail très sérieux avec un vrai recherche de lieux assez glauque et créant ainsi une atmosphère angoissante reflétant la solitude et la désespérance.
L'autre point intéressant de ce film, renforçant ainsi une sensation de stress, ce sont les différents personnages. Outre le héros qui demeure un homme mal dans sa peau et pas franchement glamour, les autres personnages sont assez troublants et si jamais un personnage semble honnête, ou tout du moins assez bon, il finit dans une mare de sang. C'est ainsi que l'on se rend compte que les aires d'autoroute, la nuit, sont particulièrement glauques et que les personnages y vagabondant sont souvent peu recommandables.

Au niveau des acteurs, c'est vraiment pas mal du tout, même s'ils ne sont pas connus et que le héros n'a pas fait encore une grande carrière dans le cinéma, à part des petits rôles dans des séries comme Docteur Who. Mais cela ne veut absolument rien dire ! D'ailleurs, il est l'acteur idéal pour jouer le mec un peu paumé, pas sûr de lui et qui a du mal à gérer sa vie sentimentale. Son jeu d'acteur reste convaincant et physiquement, il n'est ni trop beau, ni trop moche.
Pour le reste, c'est un peu plus délicat. Sa copine reste elle aussi convaincante, mais on ne la voit pas beaucoup, cependant, au début du film, elle représente assez bien les sentiments de la rupture douloureuse. Mais au final, le personnage le plus réussi reste le méchant psychopathe et kidnappeur de jeunes demoiselles. Il pourrait être n'importe qui, vu que l'on ne connait pas son visage et que l'on a juste sa silhouette avec son rottweiler, on imagine assez bien le genre de personnage très patibulaire et franchement borderline.
Enfin, j'évoquerais aussi le couple de personnes agées qui sont très bien dans leur rôle, représentant parfaitement l'Angleterre profonde avec ses méfiances, mais aussi sa chaleur. On peut dire que les deux petits vieux tiennent bien leur rôle. Un bémol tout de même concernant la jeune demoiselle brune qui surjoue un tout petit peu.

Comme il ne s'agit pas à proprement parler d’un film d'horreur mais plutôt d'un thriller à tendance horrifique, il n'y a pas beaucoup de scènes gores. D'ailleurs, il me semble qu’il n’y en a qu’une seule mais qui reste tout de même bien foutu (Un bon coup de clé dans l'oeil). Pour le reste, la peur ne viendra pas d’effets sales ou encore de torture très réaliste, mais plutôt d’un traitement du jeu du chat et de la souris assez bien ficelé et parfois très tendu. La scène la plus marquante sur ce jeu est celle dans les toilettes avec les deux flics et notre héros qui tente par tous les moyens d'échapper au kidnappeur de sa compagne. Mais il ne s'agit pas seulement de la seule scène qui vaut le coup d'oeil, car celle où le héros rode autour du camion pour mieux voir la prisonnière ou encore la course poursuite dans les grandes bennes sont autant de scènes assez stressantes mais diablement bien maîtrisées par le réalisateur. On pourrait lui reprocher sa tendance à faire bouger la caméra pour donner plus de vitesse à certaines scènes, mais franchement, j'ai vu bien pire. La fin demeure assez intéressante, et constitue une sorte de renaissance qui aurait pu aboutir à une scène finale très joyeuse (SPOILER où l'on voit le héros signer des tonnes d'autographes pour un best-seller inspiré de ce qui lui est arrivé FIN SPOILER).

Au final, Hush en route vers l'enfer fait partie de ces thrillers dont on n’entend jamais parler mais qui constitue une très bonne surprise. Classique mais diablement efficace et pas ennuyeux pour un sou, le film de Mark Tonderai se distingue des autres par une ambiance pluvieuse et presque nihiliste, présentant des personnages attachants en perdition morale. Bref, il s'agit là d’un thriller de bon acabit dans lequel on ne s'ennuie pas et qui va droit au but. Je conseille.

Autres critiques

Nurse
Attention, cette critique contient des spoilers. Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret. Depuis plusieurs décennies, l'hôpital sert de repaire à bon nombre de praticiens dégénérés ayant offert quelques sueurs froides aux amateurs de sensations fortes. La 3D pouvant permettre de prolonger le plaisir...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Dark Hour, The
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Une poignée de survivants d'une guerre bactériologique considérable se terre dans des sous-terrains envahis par divers dangers. Le cinéma de genre ibérique se porte bien. Après quelques tentatives érotico-fantastiques assez fantaisistes durant les années 60-70 (cf les filmographies de Jesus Franco et de Jacinto Molina), le cinéma espagnol...
Grizzly Park
Le premier contact avec Grizzly Park n'est pas désagréable. Le visuel de couverture est classique mais sympathique et la jaquette clame fièrement "Grizzly Park s'impose comme la référence des films de Grizzly". Un slogan sans âme et qui ne convaincra personne mais puisqu'il est là, quelqu'un a bien dû l'écrire. Alors maintenant il y a deux possibilités: soit cette...
Monde fantastique d'Oz, Le
Oscar Diggs est un magicien sans envergure qui multiplie les tours de pacotilles pour impressionner une foule crédule. À la suite d'une altercation, il s'enfuit dans un ballon, mais échoue dans une tornade à la violence inouïe. À son réveil, il découvre le merveilleux pays d'Oz et ses habitants... Inutile de présenter Sam Raimi, l'homme derrière une certaine saga culte horrifique et la trilogie...