Voir la fiche complète du film : La Belle et la bête (Jean Cocteau - 1946)

La Belle et la Bête

L'un des plus beaux contes transposé au cinéma par un poète français en la personne de Jean Cocteau. Un chef-d'oeuvre.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Belle et la bête
10

Un marchand s'aventure dans les jardins de la Bête et, sans savoir ce qu'il va lui en coûter, prend une rose pour l'offrir à sa fille, Belle. Mais la Bête prend le marchand sur le fait. Ce dernier revient jusque chez lui mais doit, en contrepartie de la rose, retourner chez la Bête. La fille du marchand, Belle, décide d'y aller à la place de son père pour tenter d'amadouer la Bête...

Célèbre conte, La Belle et la Bête est une histoire beaucoup plus vieille que l'on peut le penser puisque l'on remonte au deuxième siècle avant J-C pour trouver la version d'un certain Apulée dans son Âne d'Or. En France, le conte fit son apparition en 1740 sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve. Mais le succès fut vraiment au rendez-vous en 1758 avec la version plus courte de Jeanne Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants. C'est sur cette version que sont basées la plupart des adaptations ultérieures.

Pour réaliser une adaption au cinéma du conte, Jean Cocteau rédige un scénario et reprend la version de Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Le tournage se fera en 1945 et Cocteau prendra pour assistant réalisateur René Clément, à qui l'on devra par la suite Jeux Interdits, Paris brûle-t-il ? ou encore Le Passager de la Pluie avec Charles Bronson. Pour le rôle de la Bête, c'est l'habitué des maquillages Jean Marais (Fantômas, Le Bossus) que l'on retrouve derrière l'imposant faciès de cette impressionnante créature. Un Jean Marais qui, malgré un maquillage rendant particulièrement difficile son jeu d'acteur, parvient grâce à son incroyable regard et ses gestes à rendre tour à tour effrayante, misérable, triste, la Bête. Pour lui donner la réplique dans le rôle de Belle, c'est la charmante Josette Day (un temps mariée à Marcel Pagnol) qui prête ses traits, son innocence et sa tendresse au personnage.

Derrière la caméra, Jean Cocteau réalise tout simplement un film magique, où le temps semble comme figé dès lors que l'on pénêtre dans l'antre de la Bête et de son château. Ce dernier bénéficie de somptueux décors (un des points forts du film) et les trouvailles visuelles au sein de celui-ci sont aussi nombreuses que magnifiques (les torches portées par des mains vivantes, les statues animées...). Un soin tout particulier a également été apporté aux costumes des acteurs et ceux de Belle et de la Bête sont vraiment très bien faits et l'on a vraiment l'impression d'observer deux personnages de contes qui auraient pris vie. Le film de Cocteau supporte très bien le poids des années qui passent et demeure un classique du cinéma fantastique français.

Autres critiques

Frankenweenie
Avec Alice au pays des merveilles , Tim Burton avait refroidi bon nombre de ses fans et des amateurs de l'histoire originale. Le film n'était pas forcément mauvais, mais l'association de l'illustre cinéaste à celui de Lewis Carroll avait de quoi faire rêver. Mais les plus grandes attentes sont parfois synonymes de déconvenues magistrales. La déception était au rendez-vous devant un produit léché...
Deep Water
Qu’il soit géant ou d’une taille tout à fait normale, le scorpion est un arachnide peu exploité dans le domaine du survival animalier. Hormis de timides (et très dispensables) incursions telles que Stinger , Deadly Stingers ou Scorpius Gigantus , la préférence va clairement du côté des araignées. Sur la base d’une histoire de l’écrivain thaïlandais S. P. Somtow, Deep Water...
A Serbian Film
Milos est un acteur de porno qui peine à subvenir aux besoins de sa famille. Une ancienne « collègue » reprend contact et lui propose de tourner dans un film très particulier contre un salaire mirobolant. Milos accepte sans trop savoir ce qui l'attend... La réputation d'un film le précède parfois. En général, il s'agit d'une manoeuvre marketing fallacieuse injustifiée...
L'emprise des ténèbres
La réputation de Wes Craven s’est forgée au cours des années 1970 et 1980, notamment grâce à La colline a des yeux , mais surtout avec Les griffes de la nuit . Entre temps, le réalisateur propose également des téléfilms plus ou moins anecdotiques, comme Invitation en enfer et L’été de la peur . Aussi, on ne peut que saluer ses efforts pour avoir transcendé le genre horrifique sur...
Cockneys Vs. Zombies
Alors qu'ils préparent un hold-up pour sauver la maison de retraite de leur grand-père, deux frères et une bande de loosers doivent faire face à une invasion de morts-vivants en plein Londres... Deuxième long-métrage de Matthias Hoene, Cockneys vs Zombies joue dans la catégorie des films comico-horrifiques, plus particulièrement dans le domaine de la zombédie. Certes, le simple fait d'évoquer ce...