Voir la fiche complète du film : La Belle et la bête (Jean Cocteau - 1946)

La Belle et la Bête

L'un des plus beaux contes transposé au cinéma par un poète français en la personne de Jean Cocteau. Un chef-d'oeuvre.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Belle et la bête
10

Un marchand s'aventure dans les jardins de la Bête et, sans savoir ce qu'il va lui en coûter, prend une rose pour l'offrir à sa fille, Belle. Mais la Bête prend le marchand sur le fait. Ce dernier revient jusque chez lui mais doit, en contrepartie de la rose, retourner chez la Bête. La fille du marchand, Belle, décide d'y aller à la place de son père pour tenter d'amadouer la Bête...

Célèbre conte, La Belle et la Bête est une histoire beaucoup plus vieille que l'on peut le penser puisque l'on remonte au deuxième siècle avant J-C pour trouver la version d'un certain Apulée dans son Âne d'Or. En France, le conte fit son apparition en 1740 sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve. Mais le succès fut vraiment au rendez-vous en 1758 avec la version plus courte de Jeanne Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants. C'est sur cette version que sont basées la plupart des adaptations ultérieures.

Pour réaliser une adaption au cinéma du conte, Jean Cocteau rédige un scénario et reprend la version de Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Le tournage se fera en 1945 et Cocteau prendra pour assistant réalisateur René Clément, à qui l'on devra par la suite Jeux Interdits, Paris brûle-t-il ? ou encore Le Passager de la Pluie avec Charles Bronson. Pour le rôle de la Bête, c'est l'habitué des maquillages Jean Marais (Fantômas, Le Bossus) que l'on retrouve derrière l'imposant faciès de cette impressionnante créature. Un Jean Marais qui, malgré un maquillage rendant particulièrement difficile son jeu d'acteur, parvient grâce à son incroyable regard et ses gestes à rendre tour à tour effrayante, misérable, triste, la Bête. Pour lui donner la réplique dans le rôle de Belle, c'est la charmante Josette Day (un temps mariée à Marcel Pagnol) qui prête ses traits, son innocence et sa tendresse au personnage.

Derrière la caméra, Jean Cocteau réalise tout simplement un film magique, où le temps semble comme figé dès lors que l'on pénêtre dans l'antre de la Bête et de son château. Ce dernier bénéficie de somptueux décors (un des points forts du film) et les trouvailles visuelles au sein de celui-ci sont aussi nombreuses que magnifiques (les torches portées par des mains vivantes, les statues animées...). Un soin tout particulier a également été apporté aux costumes des acteurs et ceux de Belle et de la Bête sont vraiment très bien faits et l'on a vraiment l'impression d'observer deux personnages de contes qui auraient pris vie. Le film de Cocteau supporte très bien le poids des années qui passent et demeure un classique du cinéma fantastique français.

Autres critiques

Alien vs. Predator
Le richissime industriel Bishop Weyland rassemble une poignée de scientifiques afin de préparer une expédition assez particulière. En effet, l'un de ses satelittes à détecter une forte source de chaleur à un endroit bien précis du pôle Nord. Il a également découvert une pyramide enterrée à 700 mètres sous la surface. Il semblerait que cette pyramide ait connu plusieurs civilisations. Lorsqu...
Echap
Depuis l'avènement des caméras numériques, je ne vous apprends rien, il est devenu beaucoup plus simple pour n'importe quel cinéaste amateur de mettre en images ses créations. Cela étant, s'il sont bourrés d'idées, ces réalisateurs en herbe n'ont souvent pas les moyens de leurs ambitions. C'est ainsi qu'une profusion de films au budget rachitique ont vu le jour ces...
Evil Dead
Le film d'horreur a beau être un genre ultra-référencé, l’annonce d’un nouveau remake, d’un reboot ou d’une préquelle d'un de nos précieux classique fait à chaque fois frémir. Si l’on a bien trop tôt fait de crier à l’hérésie ou au manque cruel d’imagination des scénaristes et producteurs actuels, l’histoire nous a pourtant appris qu’il ne faut pas pour autant ranger ces films dans la catégorie...
Flashback
Ah l'Allemagne, ses bières, ses grosses blondes, sa chancelière si sexy, et bien sûr le Rock am Ring. Mais ce n'est pas tout, le pays teutonique a aussi son lot de films d'horreur : on se souvient encore par exemple de la souffrance ressentie en regardant Blood Trails , slasher avec un tueur en vélo qui arrive à égorger un type avec les pignons crantés de son engin sans tomber de...
Féline, La
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Irena, jeune femme réservée, rejoint son frère, Paul, à la Nouvelle-Orléans. Pendant ce temps, la ville est en émoi suite à d'horribles meurtres commis par un animal sauvage. Quarante ans après le film culte de Jacques Tourneur, Paul Shrader est à la tête de ce remake qui n'avait pas la tâche aisée. En effet, entre le respect du travail...