Voir la fiche complète du film : La Belle et la bête (Jean Cocteau - 1946)

La Belle et la Bête

L'un des plus beaux contes transposé au cinéma par un poète français en la personne de Jean Cocteau. Un chef-d'oeuvre.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Belle et la bête
10

Un marchand s'aventure dans les jardins de la Bête et, sans savoir ce qu'il va lui en coûter, prend une rose pour l'offrir à sa fille, Belle. Mais la Bête prend le marchand sur le fait. Ce dernier revient jusque chez lui mais doit, en contrepartie de la rose, retourner chez la Bête. La fille du marchand, Belle, décide d'y aller à la place de son père pour tenter d'amadouer la Bête...

Célèbre conte, La Belle et la Bête est une histoire beaucoup plus vieille que l'on peut le penser puisque l'on remonte au deuxième siècle avant J-C pour trouver la version d'un certain Apulée dans son Âne d'Or. En France, le conte fit son apparition en 1740 sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve. Mais le succès fut vraiment au rendez-vous en 1758 avec la version plus courte de Jeanne Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants. C'est sur cette version que sont basées la plupart des adaptations ultérieures.

Pour réaliser une adaption au cinéma du conte, Jean Cocteau rédige un scénario et reprend la version de Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Le tournage se fera en 1945 et Cocteau prendra pour assistant réalisateur René Clément, à qui l'on devra par la suite Jeux Interdits, Paris brûle-t-il ? ou encore Le Passager de la Pluie avec Charles Bronson. Pour le rôle de la Bête, c'est l'habitué des maquillages Jean Marais (Fantômas, Le Bossus) que l'on retrouve derrière l'imposant faciès de cette impressionnante créature. Un Jean Marais qui, malgré un maquillage rendant particulièrement difficile son jeu d'acteur, parvient grâce à son incroyable regard et ses gestes à rendre tour à tour effrayante, misérable, triste, la Bête. Pour lui donner la réplique dans le rôle de Belle, c'est la charmante Josette Day (un temps mariée à Marcel Pagnol) qui prête ses traits, son innocence et sa tendresse au personnage.

Derrière la caméra, Jean Cocteau réalise tout simplement un film magique, où le temps semble comme figé dès lors que l'on pénêtre dans l'antre de la Bête et de son château. Ce dernier bénéficie de somptueux décors (un des points forts du film) et les trouvailles visuelles au sein de celui-ci sont aussi nombreuses que magnifiques (les torches portées par des mains vivantes, les statues animées...). Un soin tout particulier a également été apporté aux costumes des acteurs et ceux de Belle et de la Bête sont vraiment très bien faits et l'on a vraiment l'impression d'observer deux personnages de contes qui auraient pris vie. Le film de Cocteau supporte très bien le poids des années qui passent et demeure un classique du cinéma fantastique français.

Autres critiques

Créature
Il n'est pas difficile de mesurer l'impact incroyable qu'à eu Les Dents de la Mer de Spielberg sur le cinéma de genre. Il suffit de regarder toutes les suites de piètre qualité et les films s'en inspirant largement comme La Mort au Large , Peur Bleue et consorts. Mais ce n'est pas le seul film à avoir eu cette force. En effet, on peut aussi compter parmi les grands films qui...
Texhnolyze
Au coeoeur même de la Terre, la ville de Lux est gangrénée par le crime et la violence. Ichise, jeune boxeur mutilé, erre dans ce dédale en quête d'une vengeance dont il ne connaît pas les conséquences. C'est alors qu'il rencontre Ran, une fille capable de voir l'avenir. Mais la révolte gronde au sein de Lux, sans compter les luttes entre gangs rivaux qui menacent de briser une...
Mama
Avant de même de sortir en salle, Mama dispose d'une solide réputation confirmée par la pluie de récompenses lors du dernier festival de Gerardmer (dont le grand prix). Tant la critique que le public a été conquis par ce premier long-métrage. Il est vrai que le cinéma hispanique est capable du meilleur dans le domaine comme du pire. Pour appuyer les bons a priori que l'on se fait du film,...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...