Voir la fiche complète du film : La Momie (Stephen Sommers - 1999)

La Momie

Sommers a bien retenu la leçon des Indiana Jones de Spielberg et le prouve avec ce très bon blockbuster.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Momie
8
Momie Livre Désert

Dans l’ancienne Egypte, un prêtre du nom d’Imhotep était amoureux d’Ank-su-namun, la fille de Pharaon. Mais ce dernier surpris un jour Imhotep et Ank-su-namun qui assassinèrent Pharaon sans hésiter. Mais la garde de Pharaon arriva presque aussistôt sur les lieux. Ank-su-namun s’immole et Imhotep est condamné à être momifié vivant dans la cité des morts, à Hammunabtra, subissant ainsi la pire des malédictions…
3000 ans plus tard, la jeune bibliothécaire Evelyn et son frère Jonathan se lancent à la recherche de la cité. Ils demandent alors à Rick O’Connell, qui était sur place il y a 3 ans avec son régiment, de les conduire là-bas. Ils réveillent par mégarde Imhotep, bien décidé à faire revivre sa bien-aimée…

Stephen Sommers (Un cri dans l’océan, Van Helsing) est un réalisateur intelligent. Intelligent dans le sens où il a parfaitement compris et assimilé les attentes du spectateur lambda. Avec un scénario relativement simple, des personnages atypiques et plutôt attachants (mais pas caricaturaux), des effets spéciaux à gogo (merci ILM) et quelques traits d’humour (pas toujours très fins hélas), Sommers a accouché d’un spectacle des plus divertissants.

On se croirait revenu au bon vieux temps des serials et il ne fait aucun doute que l’ombre d’Indiana Jones plane sur le métrage de Sommers. Parmi les influences de Sommers, on pourrait également citer deux bande-dessinées belges : Blake et Mortimer et Tintin. Le résultat est remarquable et l’est d’autant plus que l’on en attendait pas tant du réalisateur des Aventures d’Huckleberry Finn (1993) et Le Livre de la Jungle (1994)…

Il faut dire aussi que Sommers a tout mis en œuvre pour livrer un blockbuster hautement jouissif : des décors magnifiques nous plongeant dans une Egypte splendide (ils sont l’œuvre de Peter Howitt, qui a travaillé sur des films comme Braveheart, les deux suites d’Indiana Jones, ou encore Mission Impossible), un rythme soutenu et quasiment sans temps mort du début à la fin, des scènes d’action percutantes, une réalisation bien torchée, un mélange bien dosé de romance, d’action, d’épouvante et de suspense, ou encore la sublime partition du grand Jerry Goldsmith… Bref, autant d’atouts dans le jeu de Sommers qui ont largement contribué au succès commercial et critique du film.

Ajoutez à cela un casting sympathique : Brendan Fraser (Gods ans Monsters, Monkeybone), Rachel Weisz (Death Machine de Stephen ‘Blade’ Norrington), John Hannah et Arnold Vosloo dans le rôle de la momie maudite. Une brochette d’acteurs talentueux qui n’en font jamais trop et qui sont toujours dans le ton.
En revanche, la suite, Le Retour de La Momie (2001), toujours dirigé par Stephen Sommers, fut un poil décevante…

Autres critiques

La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses...
Last Days, The
Il existe des films avec lesquels on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Des ½uvres curieuses, parfois rocambolesques, qui décontenancent et étonnent le spectateur blasé par une avalanche de blockbusters aux effets spéciaux clinquants. Alors, l'on se tourne vers les DTV pour trouver de (rares) bonnes surprises. Des réalisateurs qui n'hésitent pas à prendre des risques, à surfer à contre-courant...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...