Voir la fiche complète du film : La Pluie du Diable (Robert Fuest - 1975)

La pluie du diable

La pluie du diable délaisse bien rapidement son développement réaliste et son atmosphère anxiogène au profit d’une vision subjective et pleine de suffisance sur le satanisme. Il en ressort un film bancal, parfois confus et redondant dans sa progression.
Publié le 26 Novembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de La Pluie du Diable
5
Livre

Bien souvent, les productions sur le satanisme sont l’expression de fantasmes issus de l’imaginaire collectif. Des histoires telles que L’exorciste joue de surréalisme pour dépeindre le mal de manière explicite. On ne reviendra pas sur le statut de chef-d’œuvre mérité et incontournable de l’adaptation de William Friedkin. Tout aussi culte, Rosemary’s Baby se montrait plus timoré et non moins percutant dans son approche. Les agissements d’une secte sataniste préparant l’avènement de l’antéchrist demeurent encore une référence. Bien moins connu que ses homologues, La pluie du diable opte pour un développement totalement différent, privilégiant la carte du réalisme.

Un petit don pour sauver l'église de Satan ?

La raison de cette volonté ? La présence d’Anton LaVey, fondateur de l’église satanique, en tant que consultant. Personnage haut en couleur qui aimait entretenir la polémique sous couvert d’anticonformisme, l’homme apporte ses conseils à l’équipe du film. En cela, il est vrai que l’approche graphique n’est guère avare en symboles. La scénographie est parfaitement respectée tout en s’attachant à fournir un cadre isolé autrement plus inquiétant. Le choix du désert pour son cadre désolé et son rapport au feu, à la chaleur, n’est guère étranger à une certaine recherche visuelle. Tout naturellement, on remarquera une prédominance des teintes mordorées et écarlates.

Le royaume de la nuit et les symboles inversés au regard du christianisme occupent, eux aussi, une importance non négligeable au cœur du film. En cela, La pluie du diable distille un climat anxiogène parfaitement représentatif de la philosophie satanique. On pourrait même y déceler une subtile allusion à l’aveuglement des masses avec des croyants dont la vue leur a été ôtée par énucléation. Mais en dehors de cette présentation, un rien ostentatoire, il persiste de très grosses lacunes tant sur la narration, sur l’interprétation que sur le rythme ou les discours complaisants. Dès lors, certaines contradictions sont flagrantes, surtout pour les spectateurs ayant parcouru la bible satanique d’Anton LaVey.

Même en Satan, la foi rend aveugle...

L’histoire multiplie les prétextes afin d’entraîner ses protagonistes dans une spirale infernale, littéralement. On évoque un livre, la disparition de proches, la couardise des locaux et même une vieille malédiction familiale que ne renieraient pas certaines productions gothiques de la Hammer. Les propos avancés soutiennent que le satanisme puise ses racines dans un folklore bien plus ancien que le christianisme ou toute autre religion. Premier point divergent, la considération du satanisme en tant que croyance et non en tant que philosophie. De l’aveu même de son fondateur, l’église de Satan se repose sur le côté faillible de l’homme et son libre-arbitre.

En aucun cas, il n’est question d’une approche toute maléfique. D’ailleurs, Anton LaVey conceptualisait Satan comme une idée abstraite et non comme une entité ou une déité. De son point de vue, il fallait considérer Satan, comme un chemin de vie empruntant des valeurs similaires à celles d’Aleister Crowley. Autrement dit, « Fais ce qu’il te plaît ». Bref, cela peut paraître contradictoire, voire risible à certains égards. Toujours est-il que l’ensemble demeure terriblement bavard, un peu comme ce film qui tourne en rond en se contemplant le nombril. L’intérêt s’étiole au fur et à mesure que l’intrigue sombre dans la facilité et le grand-guignolesque.

Le satanisme rend chèvre !

Au-delà de trucages surannés, c’est véritablement l’interprétation d’acteurs empêtrés dans des situations convenues et peu crédibles qui entraîne l’ambiance dans un délire pas forcément assumé. En cause ? Le cabotinage d’Ernest Borgnine et sa ridicule transformation en homme-bouc, les réactions des différents intervenants, sans oublier un dénouement aussi improbable que long. On pourrait également ajouter cette fâcheuse propension à occulter certains pans narratifs évoqués au profit d’une mise en scène trop démonstrative et pittoresque. Cela vaut autant pour la réalisation du film que pour le déroulement des rituels sataniques.

Malgré une entame convaincante faisant la part belle à une atmosphère travaillée et glauque, La pluie du diable se révèle finalement une production en demi-teinte, beaucoup trop conciliante sur le satanisme. Ressassant plus de clichés que de vérités, le film de Robert Fuest se conforme à l’image d’Anton LaVey et de son incomparable propension à sombrer dans la scénographie de mauvais goût. Verbeux, contradictoire et confus, il en résulte un métrage inabouti où le réalisme initial cède la place à des choix artistiques douteux. Entre certaines situations risibles et d’autres poussives, on ne retiendra qu’une symbolique exhaustive, mais guère influente sur le reste de l’histoire.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...
Il Gatto Dal Viso d'Uomo
Tandis que la ville est la proie de meurtres sanglants commis par un mystérieux tueur masqué surnommé "Il Gatto" (le chat), un homme solitaire et désabusé rencontre une auto-stoppeuse avec qui il passe la nuit. Depuis quelques années, le giallo renaît de ses cendres. De manière paradoxale, ce retour en force de ce sous-genre cinématographique bien particulier a lieu en dehors de l'Italie. En...
Dark Hour, The
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Une poignée de survivants d'une guerre bactériologique considérable se terre dans des sous-terrains envahis par divers dangers. Le cinéma de genre ibérique se porte bien. Après quelques tentatives érotico-fantastiques assez fantaisistes durant les années 60-70 (cf les filmographies de Jesus Franco et de Jacinto Molina), le cinéma espagnol...
Dangerous Method, A
« Ce qui frappe, dans l’½uvre de Cronenberg, c’est la volonté de se démarquer de la vision traditionnelle du corps dans l’art. Si j’osais une comparaison avec les arts plastiques, je dirais que le corps, dans ses films, est celui qu’on voit chez Bacon », écrit Serge Grünberg, spécialiste de l’½uvre de Cronenberg. Le corps, dans l’½uvre cinématographique du cinéaste canadien, est soumis à un...
Aftershock : l'Enfer sur Terre
La jaquette d' Aftershock : L'enfer sur Terre annonce d'emblée la couleur : par les producteurs d' Hostel . De fait, en visionnant le film, on ne peut nier la filiation entre les deux métrages car le principal défaut du second, à savoir une interminable introduction, se retrouve dans le premier. L'influence d' Eli Roth , réalisateur d'Hostel et ici acteur secondaire,...

Sur Horreur.net