Voir la fiche complète du film : Phantasm (Don Coscarelli - 1979)

Phantasm

Phantasm est un film d'horreur qui fait peur et c'est bien là l'essentiel.
Publié le 19 Septembre 2012 par AqMEVoir la fiche de Phantasm
8
Cimetière

Quand on évoque les grands films d'horreur "à suite" et leur boogeyman charismatique, on pense de suite à des sagas cultes comme Les griffes de la nuit et Freddy Krueger, Vendredi 13 et Jason Voorhees, Halloween et Michael Myers ou encore la série des Chucky.
Mais il y a une autre saga, composée de 4 épisodes (paraitrait qu'un cinquième verra le jour dans un avenir incertain), qui a effrayé et marqué plus d'un bambin dans les années 80.
C'est en 1979 que sort le premier Phantasm, né du cerveau malade de Don Coscarelli. Avec une jaquette rouge sang et une histoire assez macabre, le film va nous transporter dans une recherche étrange et vers un grand méchant effrayant, énigmatique et assez malsain. Le Tall Man fait partie de ses personnages d'horreur qui ont marqué une jeunesse et qui faute d'un pseudonyme intéressant passe par moment aux oubliettes. Sauf que Phantasm fait vraiment peur, que son méchant est très charismatique et qu'en plus, son scénario est très alambiqué.
Ouvrons ce cercueil pour voir de quoi il en retourne.


Voici le "grand" méchant, environ 2m12...

Bien loin du slasher simple mais efficace comme un Halloween ou un Vendredi 13, Phantasm va plutôt dans la catégorie horreur fantastique, proposant un homme étrange, aux pouvoirs surnaturels plutôt glauque et à l'armada plus que bizarre. Le scénario raconte l'histoire d'un jeune garçon orphelin qui se cache pour assister à l'enterrement du meilleur ami de son frère, rock star de surcroit. Il va alors voir le croque-mort porter à lui seul le cercueil alors qu'il pèse dans les 200 kilos. Inquiet, il va mener une enquête et découvrir que cet homme n'est pas humain, avec un sang jaune et qu'une bande de nains l'accompagne pour l'aider dans sa sombre demeure. Il va alors embarquer son grand frère et leur ami dans un combat contre le grand homme qui transforme les corps des morts en nain pour les réduire en esclavage.
Le scénario est très complexe et il faut dire que pour le cerner, il faut être bien barré. Mélangeant plusieurs styles, passant du monstre, à l'extraterrestre, aux rêves puis à la réalité, alternant phases de transformation et phases d'hallucinations, le film accumule des moments dérangeants pour que le spectateur se sente mal à l'aise et ça marche. L'histoire peut d'ailleurs sembler être en avance sur son temps car elle est vraiment novatrice et même aujourd'hui, aucune autre histoire ne semble lui ressembler. D'ailleurs la révélation finale, aussi abrupte qu'inattendue laisse le spectateur sur le cul et en proie à bien des questions.

Mais en plus d'un scénario alambiqué et complexe, le film peut se targuer d'avoir un impact visuel très fort, au même titre qu'un Hellraiser. Profondément maladif dans son traitement et vraiment décousu, le film propose sur chaque phase des moments de frayeur et de tension intense. Ainsi, Coscarelli joue avec nos nerfs pour mieux nous plonger dans l'enfer des personnages principaux. Les phases de sursaut se multiplient et on prend vraiment peur pour le jeune Mike. C'est d'ailleurs la force de métrage, qui arrive, sur chaque phase différente de montrer quelque chose d'effrayant ou d'angoissant. La tension ne retombe jamais et on est toujours en alerte, ce qui est une bonne chose, surtout pour un film de cette époque.
Le passage où Mike rêve du grand homme à côté de lui et des zombies qui se lèvent de terre pour l'emporter, ou encore la séquence du grand homme en ville devant la fumée du camion de glaces, ou encore celle de l'attaque du nain dans les bois, ...etc, ...etc. Je pourrai en citer encore des dizaines, mais le film est vraiment bien foutu.
Jouant aussi sur les bruits et sur les ombre, Coscarelli propose des passages déroutants que l'on va retrouver dans un nombre incalculable de films d'horreur, comme le coup du briquet avec le nain qui apparait d'un coup ou encore les silhouette qui se cachent entre les tombes en émettant un petit bruit. Tout cela instaure une ambiance bizarre qui dérange un peu. Tout comme le décor intérieur du mausolée, tout en marbre blanc et en urne funéraire.


Attention ça tâche !

Si l'on doit décrire quelque chose qui se passe durant les années 70/80, je parlerai bien entendu des tenues vestimentaires. Mais aussi du jeu des acteurs dans certains films. Quand on voit les plus grandes screaming queen ou encore les grands méchants avec leurs mimiques à deux balles, il y a de quoi s'esclaffer aujourd'hui. Sauf qu'avec Phantasm, on n'a pas ces moments de franche rigolade et la faute en incombe à Angus Scrimm qui incarne un méchant vraiment effrayant. Que ce soit sa démarche ample, son regard vide et froid, sa dégaine absolument intemporelle ou encore le peu de phrase qu'il dit, mais il s'impose comme un méchant charismatique et inquiétant. D'autant plus que ses pouvoirs, à base de formation de nain et de boules transperçantes, sont tout aussi mystérieux. A ces côtés, le jeune acteur incarnant le héros, Mike, est très crédible. Sans aucun surjeu, il arrive à être sympathique aux yeux du spectateur et on a vraiment peur pour lui. Symbolisant la jeunesse perdue mais la soif de vivre, on a vraiment envie qu'il s'en sorte. Son grand frère est lui aussi très attachant, jouant le beau gosse de service mais étant convaincant et bien dans son rôle de grand frère protecteur. On pourra aussi parler des seconds rôles, assez bons et convaincants, comme Reggie Bannister qui incarne le bon pote et qui est lui aussi très convaincant.

Ayant un impact visuel fort, le film va aussi faire dans le gore bien crade pour instaurer une pointe de dégout dans les yeux des gens. Il faut dire qu'à cette époque, les effets gores n'étaient pas dans les m½urs et cela a du choquer plus d'une personne. Le coup de la boule qui fore la tête du gars est le passage culte de ce film, montrant une maestria dans les effets spéciaux sanglants incroyables. C'est sale, c'est outrancier, mais ça fonctionne. Par contre, on ne pourra pas dire que le reste des effets spéciaux soient très convaincants. En effet, parfois les effets sont un peu grossiers et on voit les trucages. Prenons par exemple le doigt coupé qui bouge encore, puis qui se transforme en mouche géante, et bien on voit très bien que cette mouche est une marionnette, mais surtout, on voit le fil qui la fait bouger, c'est assez préjudiciable. Il y a plusieurs effets comme cela et c'est dommage. Cela dit, le film ne se repose pas sur ces effets là et c'es tant mieux, préférant proposer une ambiance lourde et bien glauque. La fin réserve une surprise de taille et laisse le spectateur dans une sorte d'incompréhension qui ne m'a pas forcément plu. Cela dit, elle colle tout à fait avec le titre du film.


Capillairement parlant, t'es au top mec !

Au final, Phantasm est un film d'horreur qui fait peur et c'est bien là l'essentiel. Angus Scrimm assure en tant que grand méchant effrayant et le film possède son propre univers visuel. Très coupé, voir saccadé, le film en profite pour superposer des images stressantes tout au long du métrage, donnant un rythme effréné. Si les effets spéciaux semblent désuets et que le scénario demeure halluciné, il n'en demeure pas moins un film sympathique qui donne envie de connaître la suite de cette saga.

Autres critiques

L'homme au masque de cire
Pour des raisons de qualité et d’opportunisme, on a tendance à rejeter les remakes, basses initiatives mercantiles peu inspirées. Pourtant, le procédé a pour volonté de proposer un regard différent sur une histoire particulière, en y apportant quelques ajustements pour la «moderniser». Les véritables réussites, celles où le remake est supérieur à son modèle, sont rares, mais...
Flesh for the Beast
Le cinéma horrifique est un cinéma novateur, bourré d'idées plus ou moins bonnes. Parfois, il y a des films qui sortent du lot amlgré un manque de budget flagrant, parce qu'ils sont juste maîtrisés ou parce que le scénario est vraiment extraordinaire. Mais parfois, on tombe sur des immondices réalisés avec trois sous et une caméra de chez Lidl. C'est le cas de ce Flesh for the beast (de la chair...
Paranormal Activity 3
Ils sont forts ces producteurs et scénaristes. Ils savent exactement comment rebondir sur un filon doré. Le premier film a marché, autant faire une suite. La suite a fonctionné, on a qu'à transposer l'idée du film dans un autre pays. Les ventes de DVD ont bien marché, on n'a qu’à faire un préquel maintenant non ? Et voila que déboule Paranormal Activity 3 , narrant la jeunesse des deux soeurs et...
Petits suicides entre amis
Zia, victime d’un chagrin d’amour, décide d’en finir avec la vie et de toutes ces désillusions qui l’accablent. Après sa mort, il apprend que les suicidés ont un endroit particulier qui leur est réservé. Dans ce lieu où il n’a rien oublié de ses déboires, il découvre un univers très proche de sa vie passée, peut-être pire… Au bout du tunnel, il y a... Après...
Ouvert 24/7
Un camionneur fait une halte bien méritée dans un petit café perdu en pleine campagne. Pour s'attirer les faveurs de la serveuse, il se met en tête de lui raconter une histoire épouvantable. Le cinéma français regorge, paraît-il, de nouveaux talents en matière d'horreur. Le Chat qui Fume en possède d'ailleurs tout un catalogue. Après l'hommage au giallo avec Blackaria , c'est...