Voir la fiche complète du film : Le Silence des Agneaux (Jonathan Demme - 1991)

Le Silence des Agneaux

Un excellent thriller glauque porté par un Anthony Hopkins époustouflant dans le rôle d'Hannibal Lecter.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Le Silence des Agneaux
10
Cannibales Tueur en série Prison

L’agent spécial du FBI, Clarice Starling (Jodie Foster), enquête sur un serial killer surnommé « Buffalo Bill » (Ted Levine). Sur les conseils de son supérieur, Jack Crawford (Scott Glenn), elle va proposer au docteur Hannibal Lecter (Anthony Hopkins), un serial killer sous les verrous, de l’aider dans son enquête en échange d’une remise de peine…

Le film est l’adaptation d’un roman de l’écrivain Thomas Harris. Cependant, il est intéressant de rappeler que Le Silence des Agneaux n’est en fait que le second volet d’une trilogie entamée avec Dragon Rouge (adapté une première fois au cinéma par le réalisateur Michael Mann en 1986 dans Manhunter puis par Brett Ratner en 2002) et terminée par Hannibal (adapté au cinéma en 2001 par un Ridley Scott alors peu inspiré).

Le Silence des Agneaux est un thriller absolument remarquable. Ma critique risque donc d’être assez courte étant donné que je n’ai quasiment aucun reproche particulier à faire envers le film de Jonathan Demme…

D’un point de vue technique, c’est un sans faute : une réalisation inspirée qui sait mettre en valeur à merveille décors et acteurs (voir les entrevues entre Starling et Lecter), des décors glauques à souhait (les prisons de Lecter en particulier) et une musique envoûtante (composée par le grand Howard Shore, responsable des scores épiques de la trilogie du Seigneur des Agneaux de Peter Jackson) qui participe à l’ambiance générale du film avec brio.
Du côté du casting… que dire ? Anthony Hopkins confirme qu’il est un grand acteur et sa prestation dans le film aura marqué les esprits de millions de personnes. Il possède une présence incroyable et chaque scène au cours desquelles il intervient est à la fois terrifiante et fascinante. Hopkins est secondé par une Jodie Foster tout simplement parfaite dans le rôle de cette jeune inspectrice, à peine sortie des bancs de l’académie, profondément marqué par un passage douloureux de son enfance. Le reste de la distribution est du même calibre et on saluera les prestations intéressantes de Scott Glenn (Jack Crawford), Anthony Heald (le docteur Chilton) et Ted Levine (Jame « Buffalo Bill » Gumb).

L’intrigue est passionnante et l’on suit avec un plaisir non dissimulé l’enquête de l’agent spécial du FBI, Clarice Starling, aux trousses d’un tueur en série insaisissable. La relation entre Starling et le docteur Hannibal Lecter est à la fois troublante, ambiguë et émouvante. On retrouve un peu le syndrome de l’infirmière qui tombe amoureuse de son malade transcendée d’une manière remarquable. En ce qui concerne le tueur en série « Buffalo Bill », il est évident que ses agissements sanglants font référence (tout comme le Psychose de Hitchcock et le Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper) aux crimes abominables perpétrés par un certain Edward Gein, un fermier qui, entre 1954 et 1957, dans le comté de Plainfield dans le Wisconsin, tua des femmes pour leur arracher des lambeaux de chair mais aussi prélever leur organes génitaux. A noter qu’un très bon film lui est entièrement consacré : Ed Gein, tout simplement !

Le Silence des Agneaux est donc définitivement un thriller prenant et sans doute l’une des meilleures réalisations de Jonathan Demme. Un thriller qui réserve quelques moments de frissons et quelques effets sanglants discrets mais tout à fait saisissants.
Malgré la médiocrité de Hannibal et de Dragon Rouge, les producteurs croient toujours en Hannibal Lecter. Et en effet, est annoncé pour 2005 : The Lecter Variations, qui nous dévoilerait l’enfance de Lecter...

Autres critiques

Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...
Contagion
Après un voyage à Hong Kong, Beth contracte un virus extrêmement contagieux qui la tue subitement. La pandémie mondiale débute et une course contre la montre s'engage pour trouver un vaccin au plus vite. Anticonformiste par excellence, Steven Soderbergh est un réalisateur qui se démarque de l'actuelle production hollywoodienne par une filmographie éclectique et une curieuse (et néanmoins...
En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
L'Inspecteur Harry
Au début des années 70, l'inspecteur Harry Callahan tente de mettre un terme aux agissements d'un psychopathe, surnommé Scorpio. Inspiré du célèbre Tueur du Zodiaque , l'histoire de ce premier Dirty Harry est un tournant décisif dans la carrière de Clint Eastwood. En 1971, l'acteur vient de fêter ses quarante ans en réalisant son premier long-métrage, un thriller inventif et...
Mortal Kombat 2 : Destruction Finale
Comment le dire gentiment et sans méchanceté? Mortal Kombat 2: Destruction Finale est... euh... un OVNI dans le ciel du paysage cinématographique. Même pas une aberration de la nature puisque ce film a été pensé par des hommes comme vous et moi. Enfin, comme vous et moi c'est vite dit car je ne voudrais pas vous insulter en vous associant aux gens qui ont pondu cette chose filmique. Ce film ne se...