Voir la fiche complète du film : Raspoutine: le Moine Fou (Don Sharp - 1966)

Raspoutine: le Moine Fou

En Russie, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine, personnage hors du commun, incarné avec brio par l'immense Christopher Lee.
Publié le 3 Septembre 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Raspoutine: le Moine Fou
8
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

En Russie, à la fin du XIX ème siècle et au début du XX ème, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine.

En 1966, la Hammer décide de s'attaquer au biopic de l'un des personnages les plus mystérieux et fascinants de l'Histoire, à qui l'on octroyait moults pouvoirs dans la Russie des tzars.
Bonne idée, le nom de Raspoutine (signifiant débauché en russe) évoquant des moeurs et des doctrines que ne renieraient pas les principaux héros tourmentés de la firme britannique. Néanmoins, à la seule condition que le rôle principal soit tenu par un acteur charismatique, ce genre d'adaptation ne pouvant se permettre des choix de second ordre.

Auréolé de quelques rôles déjà captivants (du comte Dracula au monstre de Frankenstein, en passant par la momie et Fu Manchu), Christopher Lee endosse donc ce rôle sur mesure.

Le film débute dans la campagne russe. Un aubergiste pense que sa femme est sur le point de succomber lorsque un étranger assoiffé la sauve en retirant son mal par simple apposition des mains.

Premier miracle de Raspoutine, qui s'ensuivra d'une nuit de fête et d'une bagarre sanglante, bien dans l'esprit de cet aventurier qui s'était en quelque sorte autoproclamé moine dans la réalité.
Décidant de prendre la direction de la capitale, Saint-Petersbourg, son charisme, son opporturnisme et sa malice lui permettront de séduire l'une des dames de confiance de la tsarine, et d'entrer dans les hautes sphères du pouvoir.

La Hammer prendra quelques libertés avec les faits historiques durant le film. Ainsi, la capacité hypnotique du moine fou sera mis en avant par le jeu époustouflant d'un Lee au sommet de son art, qui livre probablement ici sa meilleure prestation. Les mains guérisseuses de Raspoutine sont l'autre détail fort du métrage, alors que les connaissances occultes du personnage sont laissées de côté.
Pêle-mêle aventurier, amateur de bonne chair (dans tous les sens du terme) et de bon vin, danseur et bagarreur, le Raspoutine de la Hammer est un personnage haut en couleurs, tour à tour captivant et odieux, qui finira par attirer les rivalités et les jalousies dans une Russie joliment reconstituée, tant au niveau des costumes et des décors, les quelques séquences dansées apportant un aspect typique indéniable à l'ensemble du métrage, très esthétique donc.

La prestation de Lee reste toutefois l'atout majeur de ce film. La scène des acides, avec une caméra joueuse alternant les zones d'ombres et les yeux hallucinés de Raspoutine, est d'une incroyable force, la cruauté du héros traversant l'écran.
A mesure que son personnage s'isole, l'interprétation de Christopher Lee s'intensifie, portant à lui seul un métrage bien dans l'esprit de la Hammer, associant baroque, terreur psychologique et charme rétro.

Le soin apporté pour chaque scène fait désormais école devant le nombre incalculable de bandes fauchées inondant le marché de la vidéo.

L'épilogue peut se diviser en deux séquences bien distinctes. La première, presque à prendre au second degré, dévoile un Raspoutine gourmand et primitif, Lee s'en donnant à coeur joie dans cette composition à la limite de la parodie, à contre-courant du reste du film.
La seconde partie, effroyable, marque une rupture totale avec la séquence précédente. Raspoutine, résistant à un empoisonnement, livrera un duel final épique et violent, le métrage se clôturant de manière subite et brutale, à l'instar de sa figure centrale, dont la mort suscita bon nombre d'interrogations et de légendes.

Selon les faits, Raspoutine aurait résisté à un poison et aurait été abattu de trois balles avant d'être castré puis noyé dans un lac alors qu'il était encore en vie.
Sa disparition engendrera ensuite celle de la famille impériale, amplifiant l'aspect légendaire de ce personnage hors du commun, incarné avec brio par l'immense Christopher Lee.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Reeker
En 2005, date de la sortie de Reeker , le réalisateur Dave Payne n'était connu comme réalisateur que grâce à des "oeuvres" telles que Alien Terminator ou La famille Addams: Les Retrouvailles (Ouch!). C'est dire si le voir aux commandes d'un slasher mâtiné de survival n'avait rien d'excitant. Et pourtant, Reeker créa la sensation dans les divers festivals où il fut présenté et c'est donc nanti d'...
Ghost Shark
Si l’on peut regretter la médiocrité permanente qui suinte du survival animalier, il faut reconnaître que les producteurs ne se découragent pas pour donner vie aux concepts les plus idiots. En 2013, Asylum entamait la saga Sharknado . Auparavant, on avait également eu droit à Sharktopus . Outre la volonté d’infliger quelques aberrations génétiques aux squales, on remarque une certaine...
La dernière maison sur la plage
Particulièrement prisé du cinéma bis, le rape and revenge a connu un succès notable dans les années 1970-1980 où les pellicules scabreuses rivalisées de perversions, de violences et d’humiliation envers la gent féminine. Avec des titres comme La dernière maison sur la gauche ou I spit on your grave , les Anglo-saxons ont posé les bases d’un sous-genre qui, au même titre que le slasher ou le...
Alcatraz
Alcatraz a déjà été la figure de proue du monde cinématographique. On songe notamment à Rock, Meurtre à Alcatraz ou L'évadé d'Alcatraz pour ne citer que les plus connus. Hormis des séries telles que Prison break ou Oz, l'univers carcéral est assez peu usité à la télévision. Aussi, le mariage de la célèbre prison sur un support qui permet une certaine largesse (surtout sur la longueur...
Penny Dreadful
S’il faut citer des mythes littéraires, alors l’Angleterre victorienne est l’un des viviers les plus prolifiques en la matière. Ses histoires et ses personnages marquent les générations au fer rouge avec leur lot d’adaptation au fil des décennies. Cinéma, romans inédits, séries ou bande dessinée, l’influence de cette époque ne cesse d’inspirer les auteurs et artistes à travers des fresques...