Voir la fiche complète du film : Re-Animator (Stuart Gordon - 1985)

Re-Animator

Une excellente série B avec tout ce qu'il faut pour passer un bon moment : du gore, de l'humour et un zeste d'érotisme...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Re-Animator
10
Zombie Hôpital

L'histoire:

Le docteur Herbert West (Jeffrey Combs) est un brillant chercheur qui a mis au point un mystérieux sérum permettant de faire revivre les morts. Après un cuisant échec en Suisse, le docteur West débarque aux Etats-Unis et emménage chez le docteur Dan Cain (Bruce Abbot). Avec l'aide de ce dernier, il va expérimenter son sérum dans la morgue de l'hôpital où travaille Dan et va devoir faire face aux terribles effets secondaires de son sérum qui ramène les morts à la vie...

L'histoire du film se base sur une nouvelle de H.P. Lovecraft. Stuart Gordon abandonne le premier degré du livre et décide un pur film de série B. Et quel film ! Un film déjanté, au scénario complètement barré et à l'humour noir omniprésent. Stuart Gordon ne fait pas dans la dentelle et n'hésite pas à verser dans le gore bien craspec dès les premières minutes du film.

Le film est dominé par la présence de Jeffrey Combs. L'acteur, un habitué des films de Gordon (From Beyond), porte sur ses épaules le film grâce à son charisme particulier. De petite taille, avec sa tête de premier de la classe, il incarne parfaitement ce rôle de savant un peu (même complètement) fou qui met au point un curieux sérum de couleur verdâtre. Celui-ci, une fois injecté dans le corps d'un cadavre, redonne vie au mort. Pratiquant dans un premier temps ses petites expériences dans le sous-sol de la maison de son locataire (le docteur Dan Cain/Bruce Abbot), il va rapidement ressentir le besoin d'élargir son champ de recherche. Le docteur Cain travaille à l'hôpital de Miskatonic. Il flirte avec la fille du directeur de l'établissement, Megan Halsey (la ravissante Barbara Crampton). West va alors se servir de Dan pour infiltrer l'hôpital et poursuivre ses expériences malsaines dans la morgue.

Le film se déroule sans temps morts et on assiste à un grand nombre de scènes tour à tour gores (un zombie transpercé par une sorte de mini hachoir qui ressort par son abdomen), burlesques (une course-poursuite avec un chat zombifié qui finit éclaté à la batte de base ball contre un mur), comiques (une tête vivante pratiquant un cunnilingus sur l'actrice Barbara Crampton ! slurp !).
En ce qui concerne les effets spéciaux, rien à redire. Ceux-ci sont saisissants et originaux (crânes ouverts au scalpel, broyés à mains nues...). Encore aujourd'hui, malgré les progrès faits dans le domaine du maquillage, ils demeurent terriblement efficaces.

Que dire de plus ? Le film est un cocktail détonnant de gore, d'action, avec un zeste d'érotisme (merci Barbara Crampton !). L'histoire se suit avec plaisir et même après plusieurs visions, le plaisir reste intact. Je ne saurai que trop le recommander à tout amateur de films d'horreur sympas et pas prise de tête.

Note: Une suite à été tourné quelques années plus tard. Intitulée fort judicieusement Ré-Animator 2 (Bride of Re-animator aux USA, en hommage au classique de James Whale, La Fiancée de Frankenstein - 1935), le film est malheureusement de moins bonne facture que l'original. Malgré la présence derrière la caméra de Brian Yuzna, un autre grand faiseur de série B, et de quelques effets spéciaux sympathiques, le film ne marquera pas les esprits.
Longtemps attendu, Beyond Re-Animator est sorti en 2003, avec toujours Brian Yuzna aux commandes pour une séquelle cette fois à la hauteur des espérences...

Autres critiques

Contagion
Après un voyage à Hong Kong, Beth contracte un virus extrêmement contagieux qui la tue subitement. La pandémie mondiale débute et une course contre la montre s'engage pour trouver un vaccin au plus vite. Anticonformiste par excellence, Steven Soderbergh est un réalisateur qui se démarque de l'actuelle production hollywoodienne par une filmographie éclectique et une curieuse (et néanmoins...
Revolution
Le sous-genre du post-apocalyptique se porte très bien dans le monde du cinéma et de la télévision. Qu’il s’agisse de zombies, d’extraterrestres, de catastrophes plus ou moins naturelles, de guerres, la planète bleue subit toutes sortes d’exactions pour notre simple divertissement. Le résultat ? Une pléthore de produits d’un niveau qualitatif correct (si l’on excepte SyFy et Asylum) qui promet...
The muthers
Les années1970 auront été favorables à l’émergence et au développement de divers courants cinématographiques. Parmi ceux-ci, les films grindhouse ont fourni pléthores de bobines vite tournées pour engranger un retour sur investissement des plus rapides. Si certaines d’entre elles sont tombées dans l’oubli, d’autres ont gagné leurs galons d’œuvres cultes. Au même titre que les intentions des...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
District 9
Inconnu il y a encore peu de temps, Neill Blomkamp risque bien d’être considéré dès à présent comme le nouveau cinéaste de génie à suivre de près. Il faut dire que son premier long, District 9 , adapté de son propre court-métrage Alive in Joburg a fait un carton planétaire et a réussi l’exploit d’emballer aussi bien les critiques que le public. Près de 200.000.000$ ont ainsi été récolté à travers...