Voir la fiche complète du film : Scream (Wes Craven - 1996)

Scream

Premier neo-slasher et coup de maître de Wes Craven. C'est moderne et bourré de références au genre.
Publié le 1 Janvier 2008 Voir la fiche de Scream
9
Nous sommes en 1996, et l'un des grands maîtres du cinéma d'horreur, Wes Craven, semble être en fin de carrière. Difficile de se remettre du flop d'"Un Vampire à Brooklyn". Mais le destin semble être vraiment bienveillant envers le réalisateur, alors en train de plancher sur le projet de remake de "La maison du diable" (que réalisera malheureusement Jan De Bont). Après l'abandon de ce projet, un nouveau scénario échoit sur le bureau de Craven. Signé d'un certain Kevin Williamson, il relate les tueries peprétrées par un tueur masqué dans la ville de Woodsboro. Ce qui pourrait apparaître à beaucoup comme un simple slasher-movie de plus, se révèle aux yeux de ce spécialiste de l'horreur comme un moyen de mettre en abîme les vingt dernières années du cinéma d'épouvante.

Quelle claque! Auréolé d'un succès innatendue aux Etats-Unis, Scream sort un peu dans l'indifférence en France au cours de l'été 1997. Et,je dois reconnaître qu'ayant assisté à la première séance du film le jour de sa sortie (un peu par hasard), le public n'était pas au rendez-vous. Dès le générique, on reste scotché à son siège, incapable de quitter l'écran des yeux car on assiste là à une pure réussite du cinéma d'épouvante. La scène d'introduction met dans l'ambiance du film car contrairement à ses deux séquelles (et malgré un aspect parodique relativement léger) le premier Scream est terrifiant. Personne n'aurait pu imaginer que Casey Becker qui se révèle rapidement sympatique aux yeux du spectateur soit ainsi massacré sans que personne puisse venir à son secours. Nombreux sursauts, meurtres sanglants et atroces (pauvre Tatum), répliques qui font mouche ,musique angoissante signée Marco Beltrami: le film peut aussi bien être regardé au premier qu'au second degré.

C'est aussi l'occasion de révéler à un large public de jeunes acteurs relativement inconnu qui constituent le pilier de la Scream Génération. D'abord Neve Campbell, la douce et tourmentée héroïne qui vit dans le souvenir de l'assassinat de sa mère. Ensuite, on trouve Courteney Cox, l'interprête de la peu regardante journaliste Gale Weathers et le shérif adjoint et un peu benêt Dewey (David Arquette). Tous les rôles ont été bien écrits par le scénariste Kevin Williamson ce qui explique la crédibilité des personnages. Le suspense est omniprésent et la caméra virevoltante de Wes Craven ne laisse pas un instant de répit pour ce cauchemar qui fonctionne à tout les coups. Scream marque bien une nouvelle étape du cinéma d'horreur.

Comme son modèle, Halloween qui est pris en référence durant tout le film, il y a un avant et un après Scream. Peuplé de références (même aux "Griffes de la nuit" de Craven) à la plupart des films d'horreurs des années 70 aux années 90 (une petite apparition de Linda "L'Exorciste" Blair), il est censé montrer les limites d'un certain cinéma d'horreur. Mais, contre toute attente, le revers de la médaille pour tout chef d'oeuvre est d'enfanter malgré lui des enfants illégitimes. Suivront ainsi des "Souviens-toi...l'été dernier " et autres "Urban Legend" sans oublier les inévitables séquelles "Scream 2 & 3" qui seront de moins en moins gore (Wes Craven a du tellement lutter contre la censure qu'il souhaitait alors ne plus avoir ces problèmes). 

Autres critiques

Créature
Il n'est pas difficile de mesurer l'impact incroyable qu'à eu Les Dents de la Mer de Spielberg sur le cinéma de genre. Il suffit de regarder toutes les suites de piètre qualité et les films s'en inspirant largement comme La Mort au Large , Peur Bleue et consorts. Mais ce n'est pas le seul film à avoir eu cette force. En effet, on peut aussi compter parmi les grands films qui...
Étrange Couleur des Larmes de ton Corps, L'
Sous ce titre mystérieux et séduisant se présente le deuxième long-métrage d’Hélène Cattet et de Bruno Forzani, près de cinq ans après Amer . Ce premier essai surprenant était passé inaperçu à l’époque pour cause de projections exclusives dans les festivals. La sortie dans un certain nombre de salles de leur nouveau film aura été la marque d’un grand pas en avant pour le duo de réalisateurs...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...
X-Men Origins : Wolverine
Le passé de Logan/Wolverine ayant déjà été longuement évoqué dans X-men 2 , était-il réellement nécessaire d'y revenir une nouvelle fois? Poser la question c'est bien sûr y répondre, même si la création du plus célèbre des mutants reste un sujet en or... De plus, la volonté commerciale clairement affichée par la Fox avait déjà voué ce X-Men Origins : Wolverine à l'enfer des critiques...
Dernier Maître de l'air, Le
Il n'y a pas si longtemps, chaque nouveau film de M. Night Shyamalan déclenchait une vive attente chez les spectateurs et la plupart des critiques de cinéma. Ce temps semble désormais révolu puisque outre le désamour des critiques depuis Le Village , Shyamalan doit aussi faire face à la défection du public. Il faut dire que ledit Village , ainsi que le film suivant, La Jeune Fille de l'...