Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : The Jungle (Andrew Traucki - 2013)

The Jungle

Un found footage (très) ennuyeux. A éviter...
Publié le 16 Juillet 2014 par GeoffreyVoir la fiche de The Jungle
1
Jungle

La première chose qui m'est venu à l'esprit après avoir vu l'image finale de The Jungle a été : mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir raconter sur ce film ? Car si je devais résumer en un mot ce que j'en ai pensé, je dirais nul. Ou chiant. Ou affreux, c'est au choix.

Ce résultat est d'autant plus surprenant que le réalisateur et scénariste du film n'est autre que l'Australien Andrew Traucki, lequel n'est pourtant pas un novice en matière de survival animalier puisqu'il a tout de même réalisé Black Water et The Reef qui comptent parmi les meilleurs films du genre.

Est-ce l'orientation Found Footage du projet qui l'a perturbé ? Franchement, on serait amené à le croire au vu du produit final.

Au moins là c'est clair, y a rien à voir...

Une équipe d’écologistes tente de retracer la route prise par l’insaisissable léopard de Jan. L’expédition dans les profondeurs de la jungle indonésienne devient de plus en plus bizarre et se transforme rapidement en véritable enfer...

Et hop, un peu de vaudou pour faire bonne figure.

The Jungle est donc un Found Footage animalier comme on en a vu fleurir plusieurs depuis l'avénement de ce sous-genre cinématographique si particulier. Déjà que le genre animalier est difficile en lui-même, le mixer avec celui, encore plus casse-gueule, du Found Footage relève presque du masochisme, et même quand les effets spéciaux sont très réussis, cela n'empêche pas le film de sombrer dans l'ennui. The Dinosaur Project en est un exemple frappant.

Alors quand d'effets spéciaux il n'est pas question et que tout ce que vous voyez se résume à des arbres filmés de nuit, à une poule et à des gens qui s'engueulent, il ne faut pas s'étonner que le film provoque l'assoupissement du spectateur. Pour un peu, on se croirait presque devant une télé-réalité du style Loft Story à Bornéo. Je ne sais pas si Andrew traucki a cru que The Jungle serait intéressant, mais en l'état, ce n'est clairement pas le cas.

T'as vu ? T'as vu ? Non, rien...

Voici le film résumé en quelques lignes : Présentation de l'équipe... bla bla bla... voyage en avion... bla bla bla... départ pour la jungle... bla bla bla... ambiance détendue... bla bla bla... super, des traces de pattes... bla bla bla... oh, quelle belle crotte de panthère... bla bla bla... t'as entendu ce bruit ?... bla bla bla... c'était quoi ça ?... bla bla bla... la poule n'est pas morte... bla bla bla... un type qui fait du vaudou dans la jungle... bla bla bla... T'as entendu ce bruit ?... bla bla bla... premières dissensions au sein de l'équipe... bla bla bla... premier mort... bla bla bla... traque de la bête... bla bla bla... confrontation avec la bête... bla bla bla... fin.

En gros, on nous promet du stress, de l'angoisse et du suspense, et on se retrouve avec une adaptation grand écran de Chasse et pêche. Dans le genre, The Jungle fait aussi fort que Welcome to the Jungle il y a quelques années en ne proposant strictement rien à se mettre sous la dent. Il faut croire que la jungle n'inspire pas les scénaristes...

...ouais mais la mienne elle est longue comme ça et grosse comme ça.

Enfin voilà. Vous me pardonnerez pour la brièveté de cette critique, mais quand on n'a rien à dire, ben on n'a rien à dire. Si vous avez envie de perdre 80 minutes de votre vie, vous pouvez toujours tenter l'aventure The Jungle. Et pour les plus téméraires, je conseille la soirée combo The Jungle/Welcome to the Jungle. Vous m'en direz des nouvelles !

Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

8th Wonderland: Le Pays de la 8ème Merveille
Dans un monde où les véritables problèmes sont laissés de côté ; Dans une société qui n’a que faire des laissés-pour-compte, un site Internet voit le jour : 8th Wonderland . Un lieu où l’on débat sur des sujets aussi sensibles que les conflits entre les peuples ou les contrats de grosses multinationales en jeu. Une démocratie virtuelle qui, peu à peu, prend de l’ampleur. Son...
ABC of Death
Quand on veut faire un film à sketches, il faut une idée de base cohérente et claire. Si Creepshow s’est fait, c’est grâce à la BD de Bernie Wrightson. Si on a eu Deux Yeux Maléfiques , c’était pour présenter deux fils sur la mort de façon très différente. Si on a eu V/H/S , c’était pour mettre en avant de vieux films horrifiques sur ce support culte. Bref, tout cela part...
L'Effet Papillon 2
Mais pourquoi diable les producteurs ont-ils choisi de faire une suite Direct-to-video à l'excellent Effet Papillon alors que ce dernier avait rencontré un énorme succès, tant public que critique? Une décision d'autant plus incompréhensible que la fin du premier film telle qu'elle apparaissait dans le Director's cut n'ouvrait pas la porte à une suite et que pour obtenir une...
I Spit on Your Grave
Avant de commencer cette critique, je me dois de vous dire que je n'ai pas vu l'original, Day of the woman , et que mon jugement ne va donc porter que sur cette adaptation, ce remake. Alors oui, il s'agit d'un remake, mais celui-ci est porteur d'un sujet presque tabou. En effet, il s'agit d'un Rape and Revenge, c'est-à-dire d'un viol, souvent collectif, suivi d...
La malédiction d'Arkham
Si Lovecraft est considéré comme l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, son succès n’a pas toujours été constant, voire tardif. Une influence posthume qui, au début des années1960, n’en était encore qu’à ses balbutiements. Alors que Roger Corman multipliait les réussites commerciales avec les adaptations de l’univers de Poe ( La chute de la maison Usher , La chambre des tortures ...), il s...