Voir la fiche complète du film : The Legend of Boggy Creek (Charles B. Pierce - 1972)

The legend of Boggy Creek

Un faux documentaire qui augurait une troublante incursion dans les contrées sauvages et reculées de l’Arkansas. Malheureusement, l’approche manque de rigueur pour pleinement convaincre son public. La progression fait s’enchaîner des témoignages à l’intérêt inégal et des passages complètement ratés, proche de l’amateurisme. Frustrant au vu de sa réputation outre-Atlantique.
Publié le 9 Février 2019 par Dante_1984Voir la fiche de The Legend of Boggy Creek
5
Primate Forêt

Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue explore le mythe, mais par un truchement des événements. Pour l’époque, cela déconcerte et présente un aspect novateur qui floue la frontière entre réalité et fiction. En effet, le film de Charles B. Pierce s’avance comme un faux documentaire, sorte de précurseur en la matière.

 thelegendofboggycreekp1

Le monstre de Fouke serait-il une de vos connaissances ?

Nourrie par les légendes et le folklore local, l’histoire ne s’attache pas au bigfoot ou au sasquatch à proprement parler, mais à un proche cousin. Surnommée le monstre de Fouke, la créature hante la forêt autour d’une bourgade perdue de l’Arkansas. Ses caractéristiques physiques sont toutefois similaires. On songe notamment à son gigantisme et son allure simiesque. Sa présence serait rapportée dès le XIXe siècle avec des « pics » d’apparition et des périodes d’accalmie. Eu égard aux férus de cryptozoologie, l’aspect sensationnaliste d’une telle affaire est donc particulièrement adapté à la production d’un film qui, malheureusement, souffle le chaud et le froid.

Exception faite des irruptions inopportunes du monstre de Fouke, on se heurte à l’absence d’un fil directeur. À la manière d’un reportage étiré sur la longueur, la narration fait s’enchaîner les témoignages et les séances de reconstitution sans trouver une réelle cohérence, ne serait-ce que d’un point de vue temporel. Les déclarations sont d’un intérêt fluctuant et sont en partie décrédibilisées par la voix off qui, loin de l’objectivité propre à cet exercice, se pare de considérations douteuses et d’introspections surfaites. Découvrir la vérité, rapporter les faits, participer aux battues organisées par les locaux… Tout un programme qui manque de recul pour rendre le style faux documentaire vraiment pertinent.

 thelegendofboggycreekp2

Que pensez-vous de ces trouble-fêtes qui empiètent sur votre territoire ?

D’ailleurs, Charles B. Pierce confond réalisme et voyeurisme sadique. Là où le premier exige de la rigueur pour présenter le sujet, le second se perd dans une attraction touristique qui s’écarte bien vite du ton posé et pragmatique constaté dans les premières séquences. Pour preuve, le goût immodéré de la chasse est ici traduit par des mises à mort réelles d’animaux, préfigurant cette injustifiable pratique dans Cannibal Holocaust. Ce dernier officiant pour sa part dans le domaine du found-footage. Dans ces contrées reculées où le second amendement sert de commandement, inutile de préciser que cela touche aussi les têtes blondes de ces rednecks dès le plus jeune âge.

Autre aspect pour le moins raté de ce faux documentaire : les reconstitutions en elle-même. L’idée est bonne pour rendre les récits des différents intervenants plus vivants. Malheureusement, le surjeu de certains acteurs, dont la majorité reprend leur propre rôle, et la gestion du rythme dans ces moments de tension s’avèrent assez pathétiques. Dommage, car la présence du monstre de Fouke évolue d’une rencontre impressionnante et néanmoins inoffensive à des attaques sur des personnes ou des habitations. L’hostilité des hommes à son égard est assez bien représentée pour expliquer ce changement d’humeur. De même, il sera toujours masqué d’une aura sombre et indiscernable. Seule sa silhouette se distingue.

 thelegendofboggycreekp3

Quels sont vos conseils pour une soirée pyjama réussie ? Un invité surprise, peut-être ?

Derrière ses atours de film culte pour initiés, The Legend of Boggy Creek est un métrage moyen à plus d’un titre. On apprécie le concept de faux documentaire avant l’heure pour brouiller les pistes et rendre certains témoignages plus saisissants. La suggestion y occupe une place prépondérante pour attester de l’étrangeté des lieux. Pour autant, l’intrigue patauge dans un traitement maladroit qui se trompe de cible en prônant les vertus de la chasse au détriment du monstre de Fouke lui-même. Il en ressort de nombreuses digressions qui débouchent sur un rythme inégal. La pertinence de certaines scènes est aussi sujette à caution, tout comme la qualité des reconstitutions, censées mettre en exergue la créature. Bref, une initiative sans grande conséquence pourtant responsable de la vague de films sur le bigfoot qui s’ensuivra.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et enfin, de l'...
La Morte-Vivante
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Chargés de se débarrasser de futs toxiques, trois hommes réveillent une jeune femme morte depuis deux ans, dans les catacombes d'un château. Unique cinéaste français pouvant se targuer d'être resté fidèle durant toute sa carrière au cinéma fantastique, dès la fin des années 60, Jean Rollin s'attaquait dès le début des années 80...
Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Paranormal Activity 3
Ils sont forts ces producteurs et scénaristes. Ils savent exactement comment rebondir sur un filon doré. Le premier film a marché, autant faire une suite. La suite a fonctionné, on a qu'à transposer l'idée du film dans un autre pays. Les ventes de DVD ont bien marché, on n'a qu’à faire un préquel maintenant non ? Et voila que déboule Paranormal Activity 3 , narrant la jeunesse des deux soeurs et...
La Dame en Noir
Après son éprouvant et néanmoins intéressant Eden Lake (dont le final laissait tout de même une vive polémique), James Watkins nous revient avec une histoire de maison hantée et non des moindres. Arthur Kipps est un jeune notaire chargé de s'occuper des papiers d'une cliente décédée. Pour cela, il doit se rendre dans son village natal où les rumeurs inquiétantes sur son compte se propagent...