Voir la fiche complète du film : Diary of the Dead - Chronique des Morts Vivants (George A. Romero - 2007)

Diary of the Dead - Chronique des Morts Vivants

Diary of the Dead est un film éblouissant, radical, et terriblement maîtrisé. Le film de genre le plus abouti de la décennie. Une réflexion sur des questions majeures : l’identité, l’information, le subjectivisme, et surtout la condition humaine, prise dans sa totalité.
Publié le 1 Janvier 2008 par Ghislain BenhessaVoir la fiche de Diary of the Dead - Chronique des Morts Vivants
10
Zombie Internet Voyeurisme

Attention, chef-d’œuvre ! En effet, cinquième volet de la saga créée par Romero en 1968 avec le célèbre Night of the living Dead, Diary of the dead est une réussite absolue. Loin de n’être qu’une énième variation sur le thème des zombies, cette œuvre, par sa profondeur, par la qualité de sa réalisation, par l’immensité des thèmes qu’elle aborde, est une réussite sans précédent dans la filmographie de Romero et dans toute l’histoire du cinéma d’horreur.

En 2005, lors de la sortie du quatrième opus Land of the Dead, il semblait alors incontestable que George Romero, bien qu’ayant à nouveau réalisé un film horrifique intéressant, truffé de références sociales, paraissait légèrement en bout de course, comme si le concept du « mort-vivant » ne l’intéressait plus comme auparavant. Si Land of the Dead se révélait être un bon film, bien réalisé, dont les aspects visuels et gores étaient nouveaux dans le cinéma de Romero, rien de révolutionnaire n’y était développé. Cependant, malgré les défauts et le manque d’ambition de Land of the Dead, qui ne constituait « qu’une » critique un peu facile des Etats-Unis et du repli sur soi comme mode de réponse au terrorisme, le plaisir de retrouver ce franc-tireur de Romero suffisait à consoler les fans.

Dès lors, quelle surprise au premier visionnage de ce Diary of the Dead ! En effet, renouant avec l’esprit des premiers opus, Romero fait preuve d’une remarquable maestria formelle, et retrouve l’esprit contestataire qu’il avait su insuffler dans ses premières œuvres. Ici, le concept du mort-vivant lui permet de toucher à la question du point de vue, du rapport à l’information, et, plus profondément encore, à la thématique du subjectivisme. Les questions centrales autour desquelles Romero construit son récit sont les suivantes : peut-on informer sans mentir ? Peut-on montrer la réalité telle qu’elle est, sans recourir à des dispositifs, à des stratagèmes ? L’image n’est-elle par nature que mensonge car simple représentation du réel et non réalité objective ? L’Homme peut-il être objectif, lui qui se révèle souvent poussé vers le pire, voyeur, à la fois participant et spectateur de l’horreur qu’il aime à mettre en scène ? Plus largement encore, le metteur en scène peut-il s’extirper de l’idée selon laquelle il ne fait que se mettre lui-même en scène ?

Le postulat à partir duquel Romero articule son film est le suivant. Plusieurs étudiants en cinéma, en plein tournage d’un un film d’horreur, découvrent avec stupeur que les morts reviennent à la vie pour s’abreuver du sang des vivants. Dès lors, l’un des membres de cette petite troupe d’étudiants, Jay, décide d’utiliser sa caméra pour filmer les évènements. Il pense ainsi construire une sorte de chronique, un journal destiné à montrer au monde entier la réalité du cauchemar qui est en train de se dérouler. Pour cette raison, le film, dans sa totalité, est tourné caméra à l’épaule. Le film de Romero coïncide avec le film de Jay : ce n’est pas un « film dans le film », mais le « film du film ». Romero met en place un système dont il montre les défauts, en participant directement à l’Histoire, la place de Jay étant (un peu) la sienne. Or, tout au long du récit, alors que la troupe se trouve peu à peu décimée, Jay ne parvient plus à lâcher sa caméra, quitte à laisser ses amis mourir sous ses yeux : il veut tout filmer, tout montrer, faire partager au spectateur l’Horreur dans toute son atrocité. Ne souhaitant rien rater du spectacle sordide qui se déroule sous ses yeux, Jay incarne la subjectivité, ne comprenant pas que, malgré sa volonté de tout enregistrer, il ne pourra jamais parvenir à l’objectivité et ne pourra devenir qu’un « accro » de l’image. Sans information, sans sa « dose » d’horreur, il n’est plus que transparent : l’ontologie qui le définit n’est que l’image, la représentation de l’horreur, la volonté de dénicher le scoop. Sans image, le personnage n’a plus d’identité, ne possède plus de vie ou d’existence propre. Simple outil destiné à véhiculer l’information, il n’est plus qu’un magnétoscope subjectif, pris au piège par le visuel, la démonstration, destiné à enregistrer les données, sans aucun recul, dépourvu de toute distance critique. A l’image du personnage de Max Renn, incarné par James Woods dans l’excellent film de David Cronenberg Videodrome, Jay, en tant qu’Homme, n’existe plus. Il n’est qu’un instrument au service des images. Il faut d’ailleurs noter que, au fur et à mesure de l’avancement du récit, Jay participe de moins en moins à l’action ; il n’est plus qu’un metteur en scène indifférent, un voyeur froid et distant, participant de la pire des manières au déclin de notre société.

Diary of the Dead est un film qui, tout en étant riche en scènes gores dignes d’un très bon film de genre, est construit autour de cette thématique de l’addiction à l’image. Cette réflexion, poussée à un point inégalé dans toute l’histoire du cinéma d’horreur, est d’une richesse incommensurable. Ne s’arrêtant pas au stade des « pistes » et du simple jeu des questionnements, Romero nous donne son point de vue, nous délivre une réponse dont la complexité et la rudesse peuvent vous faire frissonner bien après le visionnage du film. La dernière scène du film, d’une intelligence rare, nous ouvre d’ailleurs les yeux sur la nature de la condition humaine ainsi que sur l’horreur de notre monde. La fin de Diary of the Dead, par son nihilisme, sa maîtrise, ainsi que par son intensité, est d’ailleurs une des plus fabuleuses conclusions de toute l’histoire du cinéma (peut-être même depuis la mise à mort du colonel Kürtz dans Apocalypse now). Loin de verser dans la facilité, Romero conclue son œuvre de la plus fantastique des manières, et dresse un état du monde d’un pessimisme radical.

Car, à la fin de son film, Romero n’imagine pas une réponse toute faite, ne désigne pas une porte de sortie vers laquelle l’individu, pour échapper à ses pulsions, pourrait se tourner. La perversion par l’image, comme un virus, contamine peu à peu chacun de personnages, tiraillés par cette irrésistible envie de voir le réel en représentation. La quête d’objectivité étant, par nature même, une course vers une vérité impossible, il ne reste à l’Homme que ses instincts, ses pulsions qui l’entraînent vers le pire, c’est-à-dire la méconnaissance, la tromperie, le mensonge, et l’auto-célébration. Car, qu’est-ce qu’une image sinon la représentation du représentant plus que du représenté ? Qu'est-ce que la caméra sinon l’instrument par lequel le cinéaste met en scène son « moi », son acception du réel, sa subjectivité ? La perception d’une chose n’est-elle que le fruit de son acception par chacun, de façon individuelle et subjective ? L’objectivité n’est-elle qu’une illusion universelle ? Si l’on part du postulat établi par Romero selon lequel le réel n’est qu’affaire de perception, l’éclatement et la multiplication des perspectives, des opinions et des points de vue, par le biais d’Internet et des nouveaux canaux de communication, par lesquels chacun peut donner sa représentation de la réalité, ne peuvent qu’aboutir à un chaos généralisé. Diary of the Dead en constitue la plus fascinante illustration.

A propos de l'auteur : Ghislain Benhessa
Portrait de Ghislain Benhessa

J'adore le cinéma depuis très longtemps. Ma motivation a toujours été de voir quelles sont les questions que les films me posent, en quoi toute image, de par son utilisation, peut se révéler source d'évocations à destination du spectateur. Le cinéma d'horreur parvient précisément à utiliser ses codes pour suggérer des émotions et des idées.

Autres critiques

Meurtres à la Saint-Valentin 3D
Pour certains, les remakes sont un fléau et on peut les comprendre. Très souvent inférieurs aux originaux, ils ont en plus tendance à dénaturer les mythes et à rabaisser nos boogeymen préférés au rang de fillettes bougonnes et inoffensives. Prenons l'exemple le plus flagrant avec le dernier Freddy et son lot d'acteurs imberbes face à un tueur qui pourrait jouer dans Plus belle la vie . De plus,...
Dead Season
Attention, cette critique contient des spoilers. Suite à l'apparition d'une épidémie qui a décimé une grande majorité de la population, un groupe de survivants tente d'échapper à l'assaut des zombies, sur une île d'apparence paradisiaque, au large de la Floride. Depuis le succès de l'adaptation cinématographique du jeu vidéo Resident Evil , il y a dix ans, le film de zombies a retrouvé une...
Douce Nuit, Sanglante Nuit 2
En 1984, Douce Nuit, Sanglante Nuit s'offre une petite place dans le paysage très prisé des slashers. On se souvient d'un film modeste, parfois longuet, mais assez honnête dans l'ensemble. Il semblait presque inévitable qu'une suite surgisse quelques années plus tard (trois pour être précis). On n'aura pas droit au syndrome de l'increvable et voir Billy s'extirper de...
Nurse
Attention, cette critique contient des spoilers. Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret. Depuis plusieurs décennies, l'hôpital sert de repaire à bon nombre de praticiens dégénérés ayant offert quelques sueurs froides aux amateurs de sensations fortes. La 3D pouvant permettre de prolonger le plaisir...
Phantom Racer
Comme vous le savez peut-être, les Américains aiment les courses de Nascar, sorte de bolides urbains qui tournent en rond sur un circuit fermé dont vitesse et prise de risque sont les maître mots. Genre quasiment inconnu en France, il s'agit pourtant d'un sport automobile que l'on voit souvent à la télé ou parfois dans des films. Je pense bien évidemment à Destination Finale 4 ...