Voir la fiche complète du film : Le Fantôme Vivant (T. Hayes Hunter - 1933)

Le Fantôme Vivant

Dans une sinistre demeure, divers personnages se réunissent à l'occasion de la mort du propriétaire des lieux, l'étrange Henry Morlant. Ce polar fantastique, merveilleusement restauré, est un élégant long-métrage qui inspirera sans doute la future génération britannique (celle de la mythique Hammer).
Publié le 27 Février 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Fantôme Vivant
7
Fantôme

Dans une sinistre demeure perdue au fin fond de la campagne anglaise, divers personnages se réunissent à l'occasion de la mort du propriétaire des lieux, l'étrange Henry Morlant.

Le succès des premiers films d'épouvante des studios Universal aux Etats-Unis inspirent les producteurs européens qui, à leur tour, se projettent dans plusieurs projets du même genre. Le Fantôme Vivant, qui fait partie de ces premiers essais, a longtemps figuré au tristepalmarès des oeuvres disparues. A ce titre, il est déjà remarquable de pouvoir le redécouvrir dans des conditions aussi bonnes que l'édition proposée par Elephant Films depuis près d'un mois (le combo incluant même une copie Blu-Ray).

Le Fantôme Vivant

L'intrigue du métrage, malgré sa traduction française plutôt basique, lorgne du côté de la Momie de Karl Freund, tandis que la demeure au centre de la seconde moitié du film évoque la Maison de la Mort de James Whale (également éditée le mois dernier en DVD chez le même éditeur). De ces deux films, le Fantôme Vivant partage une photographie très expressionniste, même si la lumière est ici davantage mise en avant que les jeux d'ombre, permettant d'offrir un relief inattendu aux faciès déments ou terrifiés de Karloff et de l'inquiétant Ernest Thesiger (la Fiancée de Frankenstein).

Déjà présents au générique de la Maison de la Mort, les deux comédiens s'offrent deux rôles bien plus intéressants. Thesiger, passionné par les rôles troubles, y trouve sans doute l'un de ses rôles les plus marquants. Avec une chevelure diabolique à la Brad Dourif, il hante la vieille demeure avec beaucoup de talent jusqu'au retour de son maître. Boris Karloff, aussi effrayant mort que vivant, balance des regards oppressants durant tout le film, prouvant, dans des rôles presque muets, une prestance effroyable sublimant le caractère fantastique du film.

Le Fantôme Vivant

Heureusement, car ce Fantôme Vivant oscille clairement vers le polar à la Edgar Wallace, la première moitié du métrage nous présentant les différents acteurs au centre d'une future tragédie. Sans livrer tous les rebondissements d'une intrigue à tiroir, avouons que ce long-métrage est riche en rebondissements, le thème principal du bijou égyptien louchant officieusement du côté d'une excellent nouvelle de Bram Stoker, adapté par la suite à quelques reprises sur le grand écran (le Joyau des Sept Etoiles).

Point fort souvent sous-estimé dans un film, sa photographie est ici à souligner, tant son travail a été soigné et optimisé par l'allemand Gunther Krampf. La séquence nocturne dans les rues de la ville, baignant dans un brouillard clair-obscur de toute beauté, est merveilleuse, et rendue avec beaucoup de fidélité par cette édition DVD & Blu-Ray. On appréciera aussi de dépaysants décors égyptiens, se mariant bien avec le cottage anglais, ainsi que le savoureux personnage de Dragore, dont le jeu de séduction avec l'une des héroïnes constitue les rares scènes humoristiques du métrage, qui ne nuisent en rien à l'ensemble du Fantôme Vivant. Ces divers éléments permettent d'attendre paisiblement le retour de Karloff, malheureusement absent un bon tiers du film.

Le Fantôme Vivant

Même si le caractère surnaturel de Morlant est remis en doute durant l'épilogue, ce polar fantastique, merveilleusement restauré, est un élégant long-métrage qui inspirera sans doute la future génération britannique (celle de la mythique Hammer). En prime, elle permet de revoir Karloff dans une fascinante composition, même si la réalisation de Hayes Hunter, cinéaste de commande américain à la carrière plutôt modeste, ne transcende pas toujours ce Fantôme Vivant à sa juste valeur.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...
ABC of Death
Quand on veut faire un film à sketches, il faut une idée de base cohérente et claire. Si Creepshow s’est fait, c’est grâce à la BD de Bernie Wrightson. Si on a eu Deux Yeux Maléfiques , c’était pour présenter deux fils sur la mort de façon très différente. Si on a eu V/H/S , c’était pour mettre en avant de vieux films horrifiques sur ce support culte. Bref, tout cela part...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Zombie Honeymoon
Il faut bien reconnaître une chose concernant les films traitant des mort-vivants, c’est que beaucoup se ressemblent. Du coup, pour s’extraire de la masse et briller quelque peu afin d’attirer l’attention du spectateur blasé, il convient de ruser. 28 jours plus tard et ses infectés, L’armée des morts et ses zombies ultra-rapides, Shaun of the dead et son humour décapant ou encore Zombie Anonymous...