Voir la fiche complète du film : Woochi: Le magicien des temps modernes (Dong-hun Choi - 2009)

Woochi: Le magicien des temps modernes

Un film exotique et sympathique, mais parfois brouillon et qui contient quelques chutes de rythme...
Publié le 24 Mars 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Woochi: Le magicien des temps modernes
7
Les superproductions asiatiques ont mis le temps à se frayer un passage jusque chez nous, mais peu à peu, elles commencent à se faire connaître par un plus large public. Ce qui est très bien, car ce cinéma venu de l'autre bout du monde est souvent rafraichissant et bourré d'idées. Il ne plaira certes pas à tout le monde, mais il a le mérite d'être différent.

Le film qui nous occupe aujourd'hui est sud-coréen et selon la jaquette, a attiré pas moins de 7 millions de spectateurs dans les salles obscures.

L'histoire?
A la création du monde, des Dieux Taoistes reçurent comme mission de garder prisonniers des démons maléfiques, les gobelins durant 3000 jours. Hélas, ils les laissèrent s’échapper, et ceux-ci se mirent en quête d’une flûte pour dominer le monde.
Woochi, un jeune magicien talentueux toujours accompagné de Chorangyi, passe son temps à utiliser son pouvoir dans le but de troubler l’ordre public, et en particulier la royauté. Hélas pour lui, ses facéties prendront fin lorsqu’il se retrouvera piégé dans une peinture.
500 ans plus tard, à notre époque, les divinités taoistes n’ayant toujours pas réussi à stopper les gobelins, réveilleront Woochi pour qu’il exécute la tâche à leur place, mais c’était sans prévoir à quel point il deviendrait incontrôlable dans le monde moderne...

Bigre, voilà un pitch fichtrement prometteur, improbable croisement des Visiteurs et de légendes asiatiques.


Le contre-jour : classique, mais toujours efficace...

Bon, autant éventer le suspense directement: le film ne tient pas toutes ses promesses. Est-ce que cela tient aux différences culturelles entre les pays Asiatiques et les Européens ? Ou bien est-ce parce que le film contient certaines faiblesses ?
Personnellement, avec mes yeux d'occidentaux, c'est la deuxième option que je privilégie. Parce qu'un cadrage raté reste un cadragé raté, où qu'on se place sur la mappemonde. De même qu'un montage trop cut en Corée du Sud restera trop cut en France.
De fait, le premier problème auquel doit faire face le spectateur qui s'attaque à Woochi, c'est une première demi-heure franchement brouillonne, tant au niveau du scénario que de la réalisation. Les enjeux ne sont pas très clairs car on passe d'un personnage à l'autre (voire d'une époque à l'autre) sans transition. Ce n'est qu'au bout d'une trentaine de minutes que l'enchaînement frénétique des situations va se calmer et que le film va enfin devenir compréhensible.
Gageons qu'à ce moment, certains spectateurs auront déjà décroché.
Heureusement, les courageux seront récompensés, car la suite va se montrer plus réussie.


La contre-plongée : toujours efficace également...

Il faut dire que graphiquement, le film dépote pas mal. Quelques effets sont franchement impressionnants et certains affrontements valent le détour. Pas tous malheureusement, car quelques uns sont trop "câblés" pour être honnêtes. Je veux dire par là qu'on sent un peu trop les techniciens qui tirent les acteurs dans les airs. Les mouvements sont moins "naturels" que ce que l'on a pu voir dans des films tels que Tigre et Dragon et Zu, les guerriers de la montage magique pour ne citer que les plus connus.
Ceci entraîne une certaine mollesse dans les combats qui apparaissent comme trop chorégraphiés.
De plus, il convient de signaler que la réalisation n'est pas exempte de reproches. Trop souvent elle cache ce qu'elle est censée montrer et frustre parfois. L'exemple des gobelins est le plus frappant. Impressionnantes et stylées, ces créatures sont trop peu présentes à l'écran et quand elles le sont, c'est par tranches d'une ou deux secondes, ce qui ne laisse pas le temps au spectateur de les admirer. Rageant !

Pour en terminer avec les points négatifs, signalons quelques chutes de rythme dans la seconde partie avant d'arriver au combat final.


Un méchant tout feu, tout flamme...

Venons-en maintenant aux acteurs. Pour faire court, ils sont parfaits dans leurs rôles. Les personnages sont parfois horripilants, souvent ridicules, mais c'est fait exprès. Le plus étonnant réside dans le fait que seuls les gentils sont humiliés, alors qu'à contrario, le méchant a la classe et du charisme. Le héros, par contre... quand il ne s'habille pas avec les fringues de Michael Jackson, il arbore une tenue un poil ringarde.
Et que dire de son acolyte, l'homme-chien? Plus tête à claques, tu meurs. Quoique dans leur genre, les trois divinités taoistes ne sont pas mal non plus.
Bref, les gentils sont bien grâtinés, alors que les méchants ont la classe impériale (raaaah, ces gobelins!).


Trois divinités ridicules et un homme-chien: toute la classe taoiste...


...opposée aux gobelins en armure.

L'histoire est également très intéressante malgré sa complexité. Les Dieux, les parchemins magiques, les luttes de pouvoir, tout cela apporte un vent de fraicheur par rapport à ce que l'on a l'habitude de voir dans nos contrées.
L'humour déployé ici apporte un plus à l'ensemble, malgré une lourdeur et une naïveté parfois touchantes. Mais l'humour étant une chose tellement subjective, il serait malvenu de le critiquer ici. Pour rappel, même dans l'excellent Shaolin Soccer, tous les gags ne fonctionnaient pas aux yeux des Occidentaux.
A vous de voir si adhèrerez.


Michael Jackson-style...

En résumé, Woochi: le Magicien des Temps Modernes est un film à conseiller aux curieux qui aimeraient s'essayer en douceur à un autre type de cinéma. Les amateurs de films d'arts martiaux et de légendes asiatiques y trouveront également leur compte.
Le spectateur lambda et non-initié sera peut-être moins intéressé, mais pour les autres, n'hésitez pas à visionner ce film exotique et rafraichissant.
Dommage que ses quelques défauts lui fassent rater le coche, à savoir devenir un incontournable.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...
Alita : Battle Angel
Les adaptations live des mangas sont à double tranchant. D’une part, le matériau de base et la complexité sous-jacente de certaines œuvres sont souvent édulcorés pour toucher un plus large public. D’autre part, les univers dépeints font montre d’une certaine démesure qui semble bien difficile à retranscrire. On songe au projet avorté d’ Akira , à la récente version de...
A Dangerous Method
« Ce qui frappe, dans l’oeuvre de Cronenberg, c’est la volonté de se démarquer de la vision traditionnelle du corps dans l’art. Si j’osais une comparaison avec les arts plastiques, je dirais que le corps, dans ses films, est celui qu’on voit chez Bacon », écrit Serge Grünberg, spécialiste de l’½uvre de Cronenberg. Le corps, dans l’oeuvre cinématographique du cinéaste canadien, est soumis à un...
Le mystère de la bête humaine
Au même titre que le vampire, le loup-garou est ancré dans l’imaginaire collectif avec une telle force que d’aucuns développent des hypothèses sur son existence, à tout le moins ce qui pourrait expliquer la lycanthropie. C’est donc tout naturellement que les films de loup-garou ont alimenté le cinéma de genre avec une certaine constance productive, mais pas forcément qualitative...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...