Voir la fiche complète du film : Mutant (John 'Bud' Cardos - 1984)
[[

Mutant

Encore un titre rare et intéressant proposé par Rimini Editions qui continue d’élargir son catalogue dédié au cinéma d’horreur, et on l’en remercie.
Publié le 23 Mai 2023 par GeoffreyVoir la fiche de Mutant
7
Zombie

On ne remerciera jamais assez Rimini Editions de nous faire découvrir, année après année, des pépites oubliées du cinéma de genre à travers de sublimes coffrets qui leur rendent à chaque fois justice. Pour les amateurs de cinéma « autre » que nous sommes, c’est toujours du petit lait, et cela même si les films proposés ne sont pas forcément des chefs-d’œuvre intemporels qui méritent leur place au panthéon du 7ème art. C’est d’ailleurs le cas de ce Mutant réalisé par John « Bud » Cardos en 1984, car autant le dire sans attendre, certains aspects du film ont vieilli et les effets spéciaux ne sont plus aussi efficaces aujourd’hui qu’ils pouvaient l’être en 1984.

Néanmoins, cela n’a que peu d’importance au final puisque le charme du film demeure et le plaisir qui accompagne son visionnage également, deux gages de sa qualité.

Josh et Mike, frangins de leur état, débarquent pour quelques jours dans une petite ville du Texas. Fraîchement accueillis par les locaux, ils découvrent alors que de nombreux habitants sont morts récemment ou ont été portés disparus.

Lorsque Mike disparaît à son tour, Josh fait équipe avec le shérif local et une institutrice pour le retrouver…

Si le cinéaste John « Bud » Cardos est moins connu que certains de ses confrères contemporains, il mérite cependant une certaine reconnaissance, car malgré sa non-célébrité, il n’en reste pas moins un artisan efficace dans le domaine de la série B. Des « classiques » comme L'Horrible Invasion (Kingdom of the Spiders, 1977), Le Jour de la fin des temps (The Day Time Ended, 1979) ou même le fantabulesque Les Bannis de Gor (Outlaw of Gor, 1989) sont là pour en témoigner.

Dommage qu’il ait pris sa retraite en 1990, car malgré qu’il ait principalement officié sur des films de commande, on ne peut lui enlever un talent indéniable pour la réalisation.

Un duo principal hautement sympathique

C’est d’ailleurs l’une des forces de son Mutant qui, par ailleurs, est un pur film d’horreur estampillé à 100% années 80 avec son budget riquiqui et sa violence croquignolesque. L’histoire n’est pas rappeler Le Retour des Morts Vivants de Dan O’Banonn qui sortira un an plus tard avec ses zombies qui s'avèrent en réalité des gens infectés par une substance chimique, mais le métrage de John « Bud » Cardos diffère radicalement de son homologue car il préfère (essayer de) délivrer un récit basé sur une atmosphère sérieuse et propice à susciter l’angoisse en lieu et place du gore qui tâche.

Dans Mutant, vous aurez d’ailleurs droit à l'attaque d'une horde d’enfants-zombies, ce qui est suffisamment rare pour être signalé.

Un sherif qui en a gros...

Il faut le savoir, le long-métrage est construit en crescendo et commence donc assez lentement (voire très lentement pour certains). Heureusement, la sympathie dégagée par les acteurs principaux (et notamment le duo Wings Hauser-Jody Medford) permet de capter et surtout de maintenir l’attention du spectateur.

Car il faut également se montrer honnête, ce n’est pas du côté des maquillages que l’amateur de zombies moderne y trouvera son compte. En revanche, les effets sanglants et de liquides en tous genres sont plutôt réussis et font toujours leur petit effet 40 ans plus tard.

Du maquillage qui suinte...

Fidèle à ses habitudes, Rimini Editions offre au film un écrin du plus bel effet, ainsi qu'un duo DVD/Blu-ray basé sur un master HD plus que correct, ce qui rend le visionnage du film encore plus plaisant. On notera également le livret de 24 pages intitulé  « John "Bud" Cardos, le cow-boy dans l’horreur » rédigé comme à chaque fois par le journaliste spécialisé Marc Toullec, lequel revient sur la production du présent métrage, ainsi que sur la façon dont le réalisateur a évolué dans le cinéma horrifique de l’époque. Bref, encore un titre rare et intéressant proposé par Rimini Editions qui continue d’élargir son catalogue dédié au cinéma d’horreur, et on l’en remercie.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...
8th Wonderland: Le Pays de la 8ème Merveille
Dans un monde où les véritables problèmes sont laissés de côté ; Dans une société qui n’a que faire des laissés-pour-compte, un site Internet voit le jour : 8th Wonderland . Un lieu où l’on débat sur des sujets aussi sensibles que les conflits entre les peuples ou les contrats de grosses multinationales en jeu. Une démocratie virtuelle qui, peu à peu, prend de l’ampleur. Son...
St. Agatha
Portée par la franchise Saw , la carrière de Darren Lynn Bousman reste relativement inconstante au vu de ses différents projets. Si ceux-ci se succèdent et ne se ressemblent pas, ils soufflent le chaud et le froid si bien qu’il est difficile d’anticiper la qualité du suivant. En parallèle de films assez singuliers, comme Repo ou la saga The Devil’s Carnival , le réalisateur se...
Ghost Game
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif ( The Grudge, Réincarnations, Dark Water , et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir. Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa...
Pas un mot
On l'a souvent dit, le cinéma de genre espagnol est résolument l'un des plus inventifs au monde. Figure de proue de ce genre, Alex de la Iglesia s'est même forgé une réputation mondiale, faisant même un film de commande avec des acteurs américains ( Crimes à Oxford ). Mais si on veut voir une vraie créativité, il faut se plonger dans les premiers films des auteurs hispaniques. Ainsi, on peut voir...
Mutant
Réalisateur:
Durée:
99 min.
8.33333
Moyenne : 8.3 (3 votes)

Mutant aka Night Shadows (1984) - trailer

Thématiques